Nouvelle thèse soutenue – Dynamiques associatives et santé environnementale : Vers un nouveau mode de développement ?

Le 21 novembre 2011 s’est tenue, au sein de l’Université Paris Dauphine, la soutenance de thèse de sociologie de Régine Boutrais dont les questionnements et résultats nous semblent suffisamment stimulants pour faire l’objet d’une discussion en sociologie de l’environnement. Dans une salle remplie – témoignant de l’intérêt que suscite son thème de recherche – Régine Boutrais nous a présenté l’aboutissement de son travail portant sur les dynamiques associatives autour des liens entre santé et environnement, dynamiques qui questionnent les modes de développement (que ce soit dans le domaine agricole, industriel ou les modes de commercialisation et de consommation)

Encore assez peu investie par la sociologie française – mais mieux connue au Canada ( particulièrement au Québec) (1) et aux États-Unis comme le montre la traduction récente d’articles importants dans ce domaine (2) – la « santé environnementale » est un domaine particulièrement intéressant qui englobe dans un questionnement commun une pluralité de thèmes autrefois pensés de manière autonomes (habitat, changement climatique, conditions de travail, pollutions, alimentation, risque industriel…) ou considérés dans des espaces sociaux restreints, rendant ainsi visibles un certain nombre d’enjeux sociaux. Les interrogations que suscite l’émergence de ce champ sont nombreuses et touchent notamment aux sciences et techniques, aux mouvements sociaux et aux processus de changement.

Régine Boutrais met en avant le caractère multidimensionnel et non stabilisé de la santé environnementale qui voit s’affronter et coexister une pluralité de définitions et de controverses ayant pour point commun de participer à la requalification environnementale d’un nombre de plus en plus important de maladies (cancers, maladies cardiovasculaires, allergies, asthme, obésité, maladies neurologiques, baisse de la fertilité, hypersensibilités aux ondes électromagnétiques, aux substances chimiques) et de questionner les limites des politiques de santé publique contemporaines.

La rapidité des évolutions des mobilisations, les recompositions incessantes,  le nombre de création de nouveaux projets d’action collective, et les luttes de légitimité entre porte-parole associatifs rendent la réalisation d’une thèse sur la situation française de ce champ d’étude particulièrement haletante. Pour mener à bien sa recherche, elle a adopté une approche macrosociologique qui repose sur 76 entretiens avec des représentants associatifs et syndicaux actifs dans des structures à but non lucratif d’échelle régionale, nationale ou internationale retenus pour leur identité militante en France et au Québec. De plus, son travail est enrichi par une connaissance intime de cet espace militant liée à son parcours personnel et à son activité salariée au sein de l’unité risque et société de l’ANSES (3).

Afin d’analyser les dynamiques associatives, Régine Boutrais a construit un cadre théorique composite qui mobilise la théorie de l’acteur d’Alain Touraine, l’associationisme de Jean-Louis Laville, les travaux sur les représentations sociales de la santé de Claudine Herzlich et des éléments de sociologie des risques et des techniques empruntés à Ulrich Beck et à l’ouvrage collectif de Michel Callon, Bruno Latour et Yannick Barthe (4).

Durant sa recherche plusieurs hypothèses ont été mises à l’épreuve dont l’autonomisation de la santé environnementale en tant que domaine distinct de la santé publique, le rôle central des associations dans l’impulsion des dynamiques de structuration de ce domaine et la remise en cause de modes de développement  et notamment du rôle des sciences et des techniques. Ces différents éléments ont également fait l’objet de travaux en sociologie de l’environnement et méritent à ce titre d’être mis en discussion.

Ses observations la conduisent à mettre en doute l’existence d’une crise du militantisme et lui préférer l’idée de mutations dans l’engagement car les revendications exprimées sont éminemment politiques et portent, par exemple, sur la moralisation du capitalisme, la critique des modes de développement, des modes de vie et de consommation. Les associations militantes dans le domaine de la santé environnementale se caractérisent également par leur éclatement entre associations généralistes, spécialistes ou transversales, une très forte vitalité et un large répertoire d’actions novatrices comprenant un recours accru à la justice, une rénovation des visées politiques et des pratiques organisationnelles, des rapports aux institutions (ministères, agences sanitaires…) et aux médias y compris dans l’usage d’Internet. Elles jouent un rôle croissant dans la reconnaissance des liens entre santé et environnement par la mobilisation de contre-expertise, l’accroissement des ressources cognitives associatives et leur montée en généralité.

Dans un contexte de mondialisation des risques (Beck), particulièrement des risques chimiques, les individus, sous la pression de campagnes de prévention moralisatrices et culpabilisantes sur la responsabilité individuelle en matière de santé, tendent à se tourner vers la recherche de solutions individuelles pour se protéger et pallier aux défaillances de régulation de la part des industries et de l’État (5). Régine Boutrais parle d’ailleurs d’une montée en puissance de la figure d’un individu inquiet face à des risques collectifs émaillés d’incertitudes scientifiques. Ces incertitudes font l’objet de réappropriations stratégiques par les différents acteurs en jeu en vue de les maximiser ou au contraire de les minimiser. Ainsi, l’État est plutôt en retrait tandis que les entreprises se référent au respect de la règlementation en vigueur et au secret commercial pour ralentir les processus de substitution de substances dangereuses mais rentables. La déficit de mesure  de régulation des risques liés aux expositions quotidiennes à des toxiques a suscité la création de nouveaux collectifs associatifs qui apparaissent, à l’inverse, comme les dépositaires de la confiance et un relais d’information considéré comme fiable mis en œuvre et la production de connaissances alternatives à travers une « expertise profane » dans des espaces de co-production des savoirs.

Selon Régine Boutrais, le ressort d’autonomisation de la santé environnementale vis-à-vis de la santé publique réside dans la critique des modes de développement technologiques et des savoirs médicaux. Les associations questionnent le statut de la science et de l’expertise dans la régulation des risques sanitaires et environnementaux. En effet, la santé environnementale représente une ressource importante pour les groupes d’acteurs opposés à une conception économiciste du développement et un véhicule pour exprimer des revendications plus larges concernant l’ordre des valeurs, les conceptions du progrès, les modes de production industriels et agricoles, les modes de vie et de consommation, les relations entre science et société. Pour autant, ces associations ne se situent pas non plus dans un registre utopiste et intègre des références scientifiques en tant que mode de légitimation incontournable. Elle note donc une limite floue entre les discours militants et savants ainsi qu’une « scientificisation de la protestation contre la science » (Beck). L’intégration de préoccupations liées à la santé occupe ici une place centrale en tant et que  métaphore du « bien » et du « bonheur » et montre que la santé environnementale participe aussi au renforcement du mouvement contemporain d’individualisation. La société devient une source de perturbation, ici incarnées par les pollutions chimiques, contre lesquelles l’individu tente de se protéger (Herzlich).

Si Régine Boutrais souhaiterait approfondir son travail en examinant de plus près l’influence du plurimilitantisme dans la réalisation d’interconnexion entre divers milieux associatifs ainsi que le rôle des syndicats dans la santé au travail, les membres du jury ont d’ores et déjà mis en avant un travail passionnant et pionnier. Elle ouvre aussi une perspective sur des travaux qui pourraient interroger l’ambivalence du rôle de l’Etat qui, au-delà d’un jeu sur les incertitudes investit également beaucoup sur les technosciences mises en cause par les associations (investissements massifs dans les nanotechnologies notamment) et, selon Louise Vandelac, produit des mécanismes d’ignorance autour de certains domaines considérés comme économiquement porteurs. Ces différents éléments pourraient être éclairés par les travaux portants sur les histoires et logiques institutionnelles divergentes notamment entre ministères de l’industrie, de l’équipement, de la santé, de l’environnement, de l’enseignement supérieur etc. qui mettent au jour les rapports de force à l’œuvre dans nos sociétés.

(1)     Jean-Guy Vaillancourt, Liliane Cotnoi, Sociologie de la santé environnementale, in Gérin Michel, Gosselin Pierre, Cordier Sylvaine, Viau Claude, Quénel Philippe, Dewailly Eric (eds) Environnement et santé publique. Fondements et pratiques, Paris : Diffusion TEC & DOC, Edisem, 2003, p 251-257
(2)    Madeleine Akrich, Yannick Barthe, Catherine Rémy (dir), Sur la piste environnementale. Menaces sanitaires et mobilisations profanes, Paris, Presses des Mines, 2010.
(3)    Avant la fusion avec l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation (AFSSA) en juillet 2010, il s’agissait de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail (AFSSET).

(4) Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001
(5) Sur ce sujet, voir aussi  Norah A. MacKendrick, Media framing of body burdens: precautionnary consumption and the individualization of risk, Sociological Inquiry, 80, 1, 126-149, 2010.

RÉSUME DE LA THÈSE: « Dynamiques associatives et santé environnementale : Vers un nouveau mode de développement ? »

La prolifération et la mondialisation de risques sanitaires dus à la présence de produits toxiques diffus dans l’environnement et la recrudescence de certaines pathologies d’origine environnementale (telles que cancers hormono-dépendants, maladies neurodégénératives, allergies ou syndromes inexpliqués, etc.) provoquent des mobilisations citoyennes croissantes. Les incertitudes scientifiques dans l’évaluation des risques sanitaires induits par ces faibles doses de substances chimiques transmises à l’être humain par différents vecteurs (eau, air, sol, alimentation), qui s’accumulent et interagissent au fil du temps dans l’organisme, interrogent des politiques de santé publique et de prévention inadaptées. Des collectifs se créent, se repositionnent, des coordinations inter-associatives se nouent et se recomposent autour des multiples facettes des déterminants environnementaux de la santé pour dénoncer les failles dans la régulation de ces risques et faire pression sur les pouvoirs publics pour la mise à l’agenda politique de ces questions. Ces dynamiques associatives participent à la structuration et à la visibilité du champ émergent de la santé environnementale et questionnent des modes de développement qui favorisent l’économie et l’environnement au détriment des aspects sociaux et de la santé humaine.

Membres du jury :
–          Jean-Louis LAVILLE, Professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), Paris
–          Dominique MEDA,  Professeur des Universités, Université Paris-Dauphine
–          Sylvaine TRINH, Professeur des Universités, Université Paris-Dauphine
–          Louise VANDELAC, Directrice de l’Institut des Sciences de l’Environnement, Université du Québec à Montréal (UQAM), Montréal, Québec


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *