Forum Mondial de l’Eau et Forum Alternatif Mondial de l’Eau : quelles formes de légitimité employées pour justifier leurs actions ?

Du 12 au 17 mars dernier s’est tenu à Marseille le 6e Forum Mondial de l’Eau (FME). Tandis que cet événement débutait au Parc Chanot, le Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME) s’organisait du 14 au 17 mars, de l’autre côté de la ville, au Dock des Suds.

Le FME est un événement organisé tous les trois ans depuis 1997 par le Conseil Mondial de l’Eau et le Comité Mondial de l’Eau, en partenariat avec la Ville de Marseille, la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole, le Conseil Général des Bouches du Rhône, le Conseil Régional PACA, et autres partenaires privés tels que Suez Environnement, réunis pour affronter les problèmes liés à l’eau dans le monde.

Plus d’un an et demi après la décision de l’ONU de faire de l’eau un droit humain fondamental, le thème choisi pour cette 6e édition était « Le temps des solutions ».  L’objectif était de créer, à cette occasion, un espace international de débat et de contribution d’experts pour mobiliser et agir au sein de la communauté internationale. Face au fort investissement des multinationales françaises et leur recherche de marché dans les pays du sud, le FAME est présenté comme version alternative au FME, fondée sur une gestion écologique et commune de l’eau.

La question que nous souhaiterions poser dans ce billet est celle des formes de légitimité mobilisées dans la justification des deux forums. Nous verrons que le FME met en avant l’innovation technologique et le partenariat public/privé comme modes de régulation des problèmes liés à l’eau tandis que le FAME développe les concepts de justice et de construction citoyenne des solutions.

Le Forum Mondial de l’Eau : une communauté exaltée par l’innovation technologique.

Pour cet événement international, tous les bâtiments du Parc Chanot ont été mobilisés : la foule entre par le Palais de la Méditerranée, passe par les détecteurs de métaux, avant d’être accueillie par des hôtesses. Les visiteurs sont ensuite dirigés vers le Palais Phocéen, dans lequel chaque pays dispose d’un stand d’exposition principalement consacré aux nouveaux procédés technologiques de traitement d’eaux usées et de potabilisation.

Grand Palais du Parc Chanot - Photo Rebecca Bernat

La Corée du Sud, qui accueillera le 7e FME en 2015, occupe une place centrale. Chaque jour une centaine de conférences ont eu lieu, en moyenne, dans le Grand Palais, le Palais des Evénements, le Palais de l’Europe, le Palais des Congrès et un espace appelé « Village des Solutions ». Les conférences sont classées par niveau, en fonction des sujets abordés, des connaissances techniques requises ou des personnalités intervenantes.

Par exemple, de nombreux professionnels, membres d’associations et visiteurs ont choisi d’assister mardi 13 mars 2012 au panel de « haut niveau »: Eau et sécurité alimentaire présenté par Bruno Lemaire, à l’époque ministre français de l’Alimentation, l’Agriculture, la Pêche, la Ruralité et l’Aménagement du territoire ainsi que par l’Organisation des Nations Unies sur l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).

Auditorium du Parc Chanot pour la conférence Eau et sécurité alimentaire le 12/03/2012 - Photo Rebecca Bernat

Des personnalités prestigieuses ont été conviées autour du thème de la gestion de l’eau pour l’alimentation de sept milliards d’êtres humains. Concernant le développement du plan d’irrigation dans les zones sèches où les défis apparaissent comme les plus importants, quatre propositions définies comme concrètes ont été choisies par le G20 et exposées par Bruno Lemaire. Parmi l’utilisation lors des sècheresses estivales de l’eau stockée en hiver, le développement d’une agriculture familiale, la mise en place d’une gouvernance de l’eau pour l’agriculture afin d’optimiser la disponibilité des nappes phréatiques, le projet d’implantation de blé résistant au stress hydrique, également soutenu par Raga Ranganathan, directrice indienne de la fédération internationale des semences, a retenu l’attention. Yaya Olanirian (Nigéria), président du Comité sur la Sécurité Alimentaire Mondiale développe un point de vue différent du ministre français. Pour lui, la solution réside dans une compilation des connaissances autochtones et des semences naturellement résistantes à la sècheresse.

Alexander Müller, assistant du directeur général au Département de la gestion des ressources naturelles et de l’environnement de l’Organisation des Nations Unies sur l’Alimentation et l’Agriculture, place l’eau et l’agriculture comme enjeu premier du programme de la FAO. Ainsi, l’implantation de cultures d’OGM est la solution choisie par les ministres, chefs des banques centrales et chefs d’États pour le développement de l’agriculture dans les zones pauvres en eau, malgré une solution alternative naturelle présentée par Yaya Olanirian. Les semences d’OGM étant à usage unique, les autochtones rendus dépendants devront chaque année les acheter aux pays producteurs. En outre, de tels produits permettent certes un rendement de production significatif à cours terme, mais stérilisent les sols sur le long terme. En optant pour cette technique, les principaux pays producteurs des techniques de génie génétique  créent de nouveaux débouchés tout en maintenant potentiellement une situation de domination économique.

Le soir, une conférence Développer une agriculture respectueuse de l’eau en Europe était organisée par le Conseil de l’Agriculture Française afin de montrer que différentes solutions sont possibles pour gérer l’eau durablement et permettre aux agriculteurs d’irriguer leurs parcelles. Pour ce, des solutions techniques sont développées, telle que la mise en place de réseau micro-poreux, enfoui sous les cultures, qui permet de délivrer de l’eau modérément ; grâce à une sonde qui permet de transmettre les informations de réserve du sol à l’agriculteur, celui-ci peut envoyer la juste quantité d’eau nécessaire à la plante. Une solution élaborée afin de réduire considérablement les quantités d’eau utilisées par l’agriculture, première consommatrice d’eau en France. Cette conférence était un exemple d’une réussite technique du Conseil de l’Agriculture Française adaptée au territoire de la Drôme.

Mercredi 14 mars 2012 a eu lieu une conférence sur « Le dessalement, la solution durable et l’espoir pour les générations futures » par l’Association Internationale pour la Désalinisation en partenariat avec Veolia. Des ingénieurs ont exposé les deux techniques utilisées : membranaire ou thermique, et l’enjeu principal qui consiste à réduire leur consommation énergétique. La technique du dessalement de l’eau en elle-même est très onéreuse, d’autant plus qu’elle requiert une étape supplémentaire pour rendre l’eau potable.

Les solutions envisagées lors des conférences du FME étaient axées vers des solutions techniques développées par les géants du traitement de l’eau, tel que Veolia, filiale de Suez Environnement en ce qui concerne la désalinisation de l’eau. Cette technique, gourmande en énergie, demande de grandes infrastructures, et l’eau à sa sortie sera proposée aux populations locales et démunies à un prix exorbitant. Le monde associatif  et la société civile militants pour des solutions locales dans le monde n’étaient pas présents au FME, dont les intervenants étaient composés de personnalités politiques, grandes ONG et leaders mondiaux du traitement de l’eau. Les populations locales qui devraient être les principales cibles d’un tel forum sont absentes au profit de techniques novatrices voire risquées.

 

Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau : une société civile réclamant un accès plus juste à l’eau.

Le FAME était organisé dans les salles du Dock des Suds et du Cabaret Rouge qui est habituellement une salle de spectacle. Les conférences ont eu lieu dans un grand hangar, séparées en compartiments. Une soixantaine de conférences s’y sont tenues pendant les trois jours du forum marqués par la présence d’ONG internationales, d’associations locales et de citoyens. L’entrée au FAME financièrement abordable permettait à tous les publics de suivre les manifestations de cet événement, contrairement au FME pour qui l’accès était clairement destiné aux professionnels, tant par son prix d’entrée que part le contenu des expositions. L’objectif premier était de valoriser les actions menées par ces organisations et de porter des propositions alternatives à celles  des grands groupes.

Par exemple, le jeudi 15 mars 2012, le public du FAME s’est réuni dans une petite salle pour débattre autour du sujet « Or noir contre or bleu : résistances citoyennes face aux transnationales pétrolières ». La séance a commencé avec un reportage sur l’exploitation de la plus grande zone humide du Guatemala, la Laguna del Tigre, par la société pétrolière française Perenco.

Salle du Cabaret Rouge pour la conférence De l’eau qui fait pschiit : eau, gaz et pétrole de schiste le 16/03/2012 - Photo Rebecca Bernat

Après la diffusion de ce reportage poignant retraçant les pressions exercées sur les populations par le gouvernement et les sociétés privées, les réactions du public étaient prévisibles : les questions fusaient, l’intérêt était manifeste et l’indignation au rendez-vous. Le lendemain, l’heure était à la mobilisation au Cabaret Rouge pour l’atelier « De l’eau qui fait pschiit » : eau, gaz et pétrole de schiste. Cette conférence a réuni des militants anti-hydrocarbures de schistes d’Europe et des Etats-Unis venus exposer leurs activités respectives et renforcer la mobilisation pour l’interdiction de la fracturation hydraulique.

Ces deux conférences illustrent le positionnement des organisateurs du FAME qui est d’alerter sur les problèmes actuels concernant les pollutions extrêmes de l’eau. Cette version alternative au Forum Mondial de l’Eau serait plus un état des lieux des difficultés auxquelles les populations doivent faire face, qu’un forum de construction de solutions collectives. Plusieurs personnalités politiques, à l’époque candidates aux présidentielles, ont fait une apparition au FAME, comme Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly. Cette dernière a effectivement rappelé ses convictions écologistes telle que sa position contre l’exploitation des gaz de schistes, sans toutefois exposer concrètement des alternatives pour remplacer ces technologies préjudiciables. Il faut toutefois relever que le FAME se bat pour une gestion commune de l’eau avec comme fer de lance la distribution gratuite des premiers litres vitaux d’eau potable. Cependant, parmi les étudiants et les militants associatifs que nous avons rencontrés lors du FME et du FAME, plusieurs ont questionné la légitimité et la portée d’un forum alternatif. En effet, certains d’entre eux ont soulevé les limites de ce type d’exercice  qui, finalement, n’interpelle que relativement peu les groupes stratégiques en position de décision politique et économique qui, à l’inverse, étaient présents au FME, largement critiqué par le FAME.

Si les objectifs affichés par le FME concernant le développement de solutions techniques via les innovations des leaders mondiaux dans le domaine ont clairement été entendus, ceux du FAME en revanche sont sujets à controverse. En effet, l’un des slogans du FAME « L’eau est un bien commun » s’oppose au second « Eau source de vie, pas de profit ». En effet le terme de « bien » renvoie à la notion de propriété car un « bien » appartient à quelqu’un, individu ou collectif. De plus, un « bien » peut se voir attribuer une valeur marchande. Ce qui dénote pour un forum qui se veut alternatif et militant pour un droit à l’eau plus juste. Cette notion d’appropriation rejoint la sphère marchande du FME et légitime l’existence de techniques de traitement et d’assainissement chères aux grandes entreprises dirigeant le système. L’eau, dont l’usage est commun à tous et qui répugne à toute appropriation est alors imputé à la res communis, chose commune qui n’appartient à personne, mais utilisable par tous les hommes, pour la res propriare, chose qui appartient  de droit à une personne et dont l’appropriation par une autre personne peut faire état d’un vol, par les sociétés des pays du nord lui confèrent un droit de propriété. Les objectifs qui étaient affichés et les sujets qui ont été abordés lors de cette semaine par les deux forums sont à première vue opposés, mais leurs slogans respectifs renvoient toutefois au même système économique.

 

Rebecca Bernat

Etudiante en Master Sciences de l’Environnement Terrestre – spécialité Médiation en environnement, Aix Marseille Université.

Je tiens à remercier l’association Les Petits Débrouillards PACA, pour m’avoir donné accès à ces deux forums.


Une réflexion au sujet de « Forum Mondial de l’Eau et Forum Alternatif Mondial de l’Eau : quelles formes de légitimité employées pour justifier leurs actions ? »

  1. Louise Bétremieux

    Salut Rébecca,
    J’ai enfin lu ton analyse de ces deux évènements… et je te dis chapeau, j’aime beaucoup da façon de réagir et ton propos.
    Bonne continuation,
    Bise,
    louise

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *