Journées d’étude- 4 et 5 octobre 2012 -Développement durable, conservation de l’environnement et savoirs locaux : confrontation des projets avec les « réalités » de terrain

Journées d’étude

Développement durable, conservation de l’environnement et savoirs locaux : confrontation des projets avec les « réalités » de terrain

co-organisées par Marieke Blondet (AgroParisTech, Nancy), Elodie Fache (CREDO, Marseille) et Simonne Pauwels (CREDO, Marseille)

Les 4 et 5 Octobre 2012 – Campus St Charles de l’Université Aix-Marseille, à Marseille (dans les locaux jouxtant le CREDO)

Depuis les années 70-80, la nécessité de concilier développement durable et préservation de l’environnement naturel et de la biodiversité a émergé dans le discours national; on pense par exemple aux notions d’éco-développement ou d’écologie économique (Fritz, 1997). aujourd’hui, aucun projet de développement n’est considéré comme sérieux, et donc financé, s’il n’inclut pas dans définition des aspects environnementaux et inversement (Rist, 2001). Parfois même, l’objectif de développement des populations locales se concentre sur la préservation du milieu naturel ou la promotion d’une « gestion patrimoniale de la biodiversité à des fins de développement économique et humain durable » (Godefroit, 2002: 129, voir aussi Dugast, 200é: 32).

Plus récemment une autre tendance a émergé, celle du « développement participatif », c’est-à-dire la prise en compte des motivations et de l’implication des populations locales dans les projets de développement et de conservation de l’environnement(Dugast, 2002: 31). il est ainsi recommandé de privilégier les processus de décision dits bottom-up. La valeur des savoirs traditionnels, parfois labellisés Traditional Ecological Knowledge (ou TEK) a également été davantage reconnue.

Depuis les années 70, de nombreux programmes internationaux, nationaux et régionaux ou locaux, visant à la fois le développement durable (en particulier économique) des communautés locales et la protection de leur environnement naturel ont été mis en place. Cependant, dans bien des cas, les attentes et besoins des populations humains censées être les destinataires , les bénéficiaires, ou les (co-)gestionnaires de ces programmes n’ont pas été et ne sont toujours pas véritablement pris en compte, alors même que la protection de la biodiversité a peu de chances de fonctionner sans le soutien de ces communautés (Blondet, 2010). Plus généralement, la participation des populations locales à la gestion de tels projets ne va pas de soi et mérite d’être interrogée, même lorsque sont présentés comme issus du courant de l’écologie politique, sont nombreux à dénoncer le simpacts négatifs des divers programmes de protection de l’environnement supportés par les isntances internationales censés intégrer davantage les populations locales, tels que l’exacerbation de conflits existants, la création de nouveaux conflits, ou encore la production d’incompréhensions et d’attentes contradictoires entre écologistes et autochtones (Foale & Manele, 2004, Horowitz, 1998, Slattery, 2002, Van Helden, 2009, West, 2006, Li, 2007).

Les anthropologues, sociologues et géographes semblent particulièrement bien placés pour observer la mise ne place, le déroulement et la gestion de tels projet et leurs impacts sur les populations locales. Ils peuvent en particulier analyser les écarts entre, d’une part, la façon dont ces projets sont présentés sur le papier et dans les discours des différents acteurs concernés et d’autre part, les processus tels qu’ils se réalisent sur le terrain. Une telle analyse permet l confrontation des diverses manières de concevoir une gestion bottom-up des projets des développement et de préservation de l’environnement à l’implication effective des communautés locales.

Si ces problématiques sont présentes dans des travaux d’anthropologues et sociologues anglo-saxons, qu’en est-il en France (où les travaux de J.P. Olivier de Sardan semblent largement connus) et en Europe francophone? C’est pour amorcer un état des lieux de la recherche menée dans le monde académique francophone sur ces questions, sans distinction de terrains ou d’aires géographiques, que nous souhaitons organiser des journées d’étude. Celles-ci viseront à donner une plus grande visibilité aux anthropologues, sociologues et projets qui associent intrinsèquement développement durable et protection de l’environnement, et en particulier sur l’implication des populations locales dans le acdre de ceux-ci et les impacts possibles sur leur vie quotidienne et leur organisation sociale. Les communications proposées concerneront trois axes développés dans le texte intégral de l’appel à communication.

Les journées d’étude se clôtureront par une table ronde qui permettra en particulier de discuter la place des sciences sociales (notamment de l’anthropologee, de la sociologie et de la géographie) dans ces débats.

Appel à communication – intégral

Programme


Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *