Compte rendu de la 3e séance du Groupe de Travail

La troisième séance du groupe de travail a eu lieu le vendredi 29 juin 2012 de 17h à 19h, en salle 7 à l’EHESS. Elle a été animée par Sophie Némoz et a réuni Fabrice Andreani, Marieke Blondet, Alexandra Borsari, Malcom Ferdinand, Mathieu Gervais, ainsi que Miwon Seo.

Lors de cet atelier, les lignes directrices de nos travaux respectifs ont été mises en commun dans le but d’interroger le sens de la catégorie « environnement » et de la déconstruire.
Cette interrogation a été déclinée à travers plusieurs pistes de réflexion :
– il s’agit tout d’abord de revenir sur la traduction française du vocable « sustainable » et de comprendre dans quelle mesure le terme « durable » a fait fortune dans la littérature des SHS ;
– il semble également intéressant de questionner les catégories de « protection », de « préservation » et de « conservation » afin de préciser ce qui définit leur emploi et de savoir en quoi leur usage est interchangeable dans les travaux scientifiques sur l’environnement ;
– la question des territoires et des jeux d’acteurs aux différentes échelles (globale, nationale et locale) mérite par ailleurs d’être approfondie autour des problématiques environnementales et des controverses soulevées, notamment par rapport aux effets de marginalisation des populations autochtones ;
– d’autres pistes de réflexion envisagées portent sur les liens entre l’engagement écologique et les représentations du corps, ainsi qu’entre des conceptions différentielles de l’environnement et les pratiques effectives.
– Comment sortir d’une approche normative ? Est-il inéluctable que les chercheurs, de toutes disciplines confondues, s’intéressant à l’écologisme soient eux aussi des écologistes convaincus ? Peut être est-ce là le meilleur argument assimilant l’écologie à une idéologie ; comme le marxisme en son temps, elle forme les chercheurs à un cadre de pensée pourvu d’un objectif normatif ? Dans ce contexte, comment peut-on concevoir d’en faire un objet pour la sociologie ?
– Pourquoi réduire l’écologisme, même dans sa version idéologique, à une question quantitative ? Qu’il s’agisse de l’évaluation du nombre d’espèces amenées à disparaître, de la quantification des surfaces nécessaires pour vivre, de la monétarisation de la nature, peut-on maintenir une approche chiffrée, ou doit-on également s’interroger sur les représentations et les pratiques qui façonnent l’écologie, d’un point de vue quantitatif ?
– La question des risques environnementaux et leur inscription dans une théorie de l’événement, qui pose la question de la temporalité.
– Environnement et démocratie
– Environnement et lutte des classes
– Il est commun d’opposer l’écologie institutionnalisée, telle qu’elle est reprise dans le discours politique et dans les entreprises, sous des terminologies variées (greenwashing, développement durable, écomarketing) et la décroissance. Or, les adeptes de la décroissance sont aussi des acteurs économiques, même dans les cas les plus extrêmes ; de la même façon, la variété des structures économiques qui mettent en circulation et réalisent les principes liés à l’environnement est grande et ne peut se réduire à une simple intégration de l’écologie au marché. Dans ce contexte, comment intégrer les questions liées à une conception linéaire de l’espace et du temps, marquée par la quête de la croissance et l’idéologie du développement, à une approche scientifique sur l’environnement ?
– Les rapports qu’entretiennent l’extrême gauche et l’écologie. A priori, ces deux mouvements s’opposent, dans leur rapport au travail et à la croissance, mais également dans leurs modes d’action. Alors que l’un propose un changement radical de la société, passant par la révolution, l’autre consiste avant tout en une prise de conscience individuelle, impliquant un changement au niveau du mode de vie, mais sans aucune velléité de mobilisation collective visant à l’institutionnalisation sur le long terme. Pourtant, si l’on étudie non seulement le discours des acteurs de l’un et de l’autre bord, mais aussi leurs pratiques, on s’aperçoit que loin d’être aussi rigides, les cadres d’action sont poreux. Dès lors se pose la question du public et du privé, de l’individuel et du collectif.

Suite à la discussion de ces différentes thématiques, Malcom Ferdinand a été invité à présenter la recherche PEPS sur les inégalités écologiques dans les projets de reconstruction d’Haïti après le tremblement de terre.
En amont de la passation des enquêtes de terrain avec Anahita Grisoni, le groupe de travail a été l’occasion d’échanger sur les modalités de la démarche méthodologique et leurs enjeux dans cette étude de cas.

Agenda – prochaine séance du groupe de travail
Cette prochaine séance se déroulera le mercredi 21 novembre à l’EHESS, autour des points suivants :
– brève présentation du groupe de travail et des thématiques de recherche par Anahita Grisoni et Sophie Némoz
– présentation du projet lauréat du PEPS « inégalités sociales et environnementales » par Malcom Ferdinand et Anahita Grisoni
– présentation du travail de thèse de Valentine van Gameren intitulé « Faire face aux impacts environnementaux et territoriaux des changements climatiques en Région wallonne : quelle stratégie d’adaptation ? » (IGEAT – Université Libre de Bruxelles, sous la direction d’Edwin Zaccaï et le suivi de Sophie Némoz). La séance se poursuivra par un débat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *