Journée d’études: « La sociologie de l’énergie dans l’innovation ouverte entre universités et entreprises ».

Guyancourt – 27 Septembre 2013
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Amphithéâtre Mégie

Contexte :
La sociologie de l’énergie, en tant que champ scientifique, est en pleine structuration. Si l’on observe un nombre croissant d’interventions sur le sujet, au cours de colloques et séminaires , ces événements passés se sont davantage focalisés sur un aspect restreint (la précarité énergétique, les usages dans le bâtiment), et sous l’angle de plusieurs disciplines. Or, dernièrement, un événement international a été spécifiquement dédié à la sociologie de l’énergie . La journée d’études portée par la Chaire Econoving s’inscrit dans ce champ d’investigation qui reste encore à approfondir tant pour l’enrichissement des connaissances que des actions.

Objectifs scientifiques :
Cette journée d’études propose d’interroger les modes d’appropriation de solutions innovantes en matière d’énergie. A l’interface entre le monde de l’entreprise et celui de la recherche académique, il s’agit de croiser les regards de sociologues issus d’environnements différents. L’objet « énergie » constitue le point nodal des contributions des chercheurs et nous nous attacherons à analyser comment l’innovation s’opère à travers des processus systémiques . L’idée d’innovation ouverte, « open innovation », exprimée par Chesbrough et Appleyard , s’étend au-delà du management des entreprises. Elle se traduit de plus en plus par des programmes de recherche partenariale, mobilisant la sociologie. Les sessions présenteront quelques projets collaboratifs autour de l’énergie (smart grid, habitat, véhicule électrique) et poseront la question des représentations, des pratiques et des jeux d’acteurs liés à leur utilisation.
Les retours d’expériences, ainsi que les échanges, seront également l’occasion de réfléchir aux modes de construction de la connaissance sociologique au regard des divers ancrages des intervenants. L’objectif est de contribuer à la réflexion épistémologique sur l’énergie, en identifiant les opportunités et les défis des travaux menés dans différentes arènes sociales. Par exemple, comment travaille-t-on en tant que chercheur universitaire dans des projets dirigés par des grands groupes industriels ? Quels types de stratégies individuelles et/ou collectives sont mises en place ? Avec quelles formes de partage et de renouvellement de la connaissance ? Voilà quelques questions auxquelles cette journée souhaite apporter des éléments de réponse.

Cette journée d’études portée par la Chaire Econoving s’adresse ainsi tant aux chercheurs, aux étudiants, qu’aux acteurs économiques et institutionnels de l’énergie. Un panorama des travaux de recherche et d’enseignement effectués en sociologie au sein de la chaire introduira la journée. Hélène-Yvonne Meynaud (CRESPPA, CNRS), Chantal Derkenne et Albane Gaspard (ADEME), Anne-Cécile Baud (Veolia), Jean-Philippe Fouquet (Université François Rabelais, Tours), Sandra Slim (Bouygues Telecom), Nadjma Ahamada (CRIGEN, GDF SUEZ) et Stéphane Labranche (PACTE, Chaire Planète Energie Climat, IEP de Grenoble) contribueront notamment à ce moment privilégié de discussions et d’échanges. Dominique Desjeux (Université Paris Descartes, Sorbonne) clôturera la journée.

La Chaire Econoving
La Chaire internationale Econoving est portée par l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et cinq entreprises partenaires (Alstom, GDF SUEZ, Italcementi, Saur, SNCF). Elle vise, au travers d’activités interdisciplinaires de recherche et d’enseignement associant acteurs du monde académique et de l’entreprise, à favoriser le développement des éco-innovations pour les villes durables dans les domaines de l’énergie, de l’eau, des déchets, de la construction et des transports. Ses travaux traitent des conditions permettant d’accélérer l’émergence et la diffusion des éco-innovations de rupture, des outils à mettre en œuvre, des partenariats à construire, des verrous à lever. L’éco-innovation en tant qu’avantage concurrentiel y est appréhendée comme un processus créatif et collectif depuis la recherche, l’exploration des besoins, la formulation des stratégies de mise en œuvre, le pilotage financier jusqu’au développement, la mise sur le marché du produit ou service, la création d’entreprise.

La Chaire Econoving est rattachée au Pôle INET (Innovation, Environnement et Territoires) du laboratoire REEDS (Recherche en Economie Ecologique, Eco-innovation et ingénierie du Développement Soutenable).

Responsables scientifiques:
Sophie Némoz et Amélie Coulbaut-Lazzarini

Coordination:
Christelle Hue
econoving@uvsq.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *