Archives de l’auteur : Sophie Nemoz

Call for papers: XVIII ISA World Congress of Sociology, 13-19 July 2014, Yokohama, Japan

Call for papers: XVIII ISA World Congress of Sociology, 13-19 July 2014, Yokohama, Japan

Dans le cadre du XVIII congrès mondial de sociologie de l’Association Internationale de Sociologie (ISA), à Yokohama du 13 au 19 juillet 2014, nous organisons une session du Research Committee 47 (Social Classes and Social Movements).

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication.
Les propositions de contribution doivent impérativement être transmises avant le 30 septembre 2013, via le formulaire électronique de l’ISA qui est disponible à l’adresse suivante: https://isaconf.confex.com/isaconf/wc2014/rc/papers

————————————–
Présentation de la session:

Social Movements, Inequality and Global Environmental Change:
Exploring New Actors and Evolving Institutional Frameworks at Multiple Levels of Governance

Session Organizers
Anahita GRISONI, École Normale Supérieure de Lyon, France, anahita.grisoni@ens-lyon.fr
Sophie NEMOZ, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France, sophie.nemoz@uvsq.fr
Deborah DELGADO-PUGLEY, École des Hautes Études en Sciences Sociales, France, Deborah.delgado@uclouvain.be
David ROJAS, Cornell University, USA, dmr242@cornell.edu

Session in English/French

One aspect of the domination of and by the environment operates through its definition in the normativity advanced by institutions and public policies. Going against these trends, several actors on the ground propose alternative ways of establishing and understanding relations among society and the biophysical environment. While some of these alternative socio-environmental postures carry the seeds of new models of society, others convey ‘good governance’ concerns that challenge institutional frameworks movements deem defective. These socio-ecological stances, both individual and collective, can be understood through the prism developed by the sociology of social movements. Conversely, individual and collective socio-environmental actions raise new theoretical questions and suggest analytical strategies that may be followed in the examination of the evolving relationship between modern societies and “nature.”

In this panel, we examine how socio-environmental movements challenge environmental institutional frameworks and governance strategies, and how, by so doing, they offer new insights that may be used in the sociological field to revisit theoretical and methodological approaches. Collective mobilizations around environmental matters are unusual in that their engagements are not limited or, apparently, not centred in “social” stakes. Their repertoires of action encompass issues that emerge from the relations that “society” establishes with “nature.” Collective mobilizations underline the links between the social problem of inequality and environmental issues. They manifest through collective mobilizations (against the construction of major development projects such as dams, airports and highways); diffuse networks (such as those against shale gas exploitation or GMO crops) or shared individual practices.

These new social movements – which Alain Touraine argues emerged around anti-nuclear protests – were all similarly born through reflective engagements that bring to the fore subject positions and make it possible to posit new social models. Similarly, their claims are driven by a dual dynamic – which is contradictory only in appearance: on the one hand, they resist the imposition of meaning and of a model of society in which actors do not recognize themselves (this is sometimes interpreted as a reactionary and backward-looking posture). On the other hand, they display innovative capacities – both social and technical – and modify day-to-day practices. Meanwhile, at the global level, received
wisdom about environmental change facilitated making the case for the creation and funding of national-level executive agencies with responsibility for environmental management.

This trend, established during the colonial period (Agrawal 2005, Leach and Mearns 1996), develops to the present day. How do social movements face evolving environmental institutions at global and regional scales? How do they try to gain influence in policies that shape the access to environmental
and natural resources? How do governments relate to, and assimilate, local critiques social movement advance against external structures that aim to control the access and use of natural resources? What relationships are currently privileged between officials working in governments, international donor agencies, and non-governmental organizations [(NGOs)] and local actors? Which governance structures are accepted and fostered in the international arena?

We would like to explore the interfaces between society and governmental structures related to environmental issues and the place social movements take in this stake. At the intersection of environmental sociology and social movements – and drawing on the situated practices of social movements – this panel intends to opens new paths for exploring the socio-environmental problem of inequality.

———————————————————-

Journée d’études: « La sociologie de l’énergie dans l’innovation ouverte entre universités et entreprises ».

Guyancourt – 27 Septembre 2013
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Amphithéâtre Mégie

Contexte :
La sociologie de l’énergie, en tant que champ scientifique, est en pleine structuration. Si l’on observe un nombre croissant d’interventions sur le sujet, au cours de colloques et séminaires , ces événements passés se sont davantage focalisés sur un aspect restreint (la précarité énergétique, les usages dans le bâtiment), et sous l’angle de plusieurs disciplines. Or, dernièrement, un événement international a été spécifiquement dédié à la sociologie de l’énergie . La journée d’études portée par la Chaire Econoving s’inscrit dans ce champ d’investigation qui reste encore à approfondir tant pour l’enrichissement des connaissances que des actions.

Objectifs scientifiques :
Cette journée d’études propose d’interroger les modes d’appropriation de solutions innovantes en matière d’énergie. A l’interface entre le monde de l’entreprise et celui de la recherche académique, il s’agit de croiser les regards de sociologues issus d’environnements différents. L’objet « énergie » constitue le point nodal des contributions des chercheurs et nous nous attacherons à analyser comment l’innovation s’opère à travers des processus systémiques . L’idée d’innovation ouverte, « open innovation », exprimée par Chesbrough et Appleyard , s’étend au-delà du management des entreprises. Elle se traduit de plus en plus par des programmes de recherche partenariale, mobilisant la sociologie. Les sessions présenteront quelques projets collaboratifs autour de l’énergie (smart grid, habitat, véhicule électrique) et poseront la question des représentations, des pratiques et des jeux d’acteurs liés à leur utilisation.
Les retours d’expériences, ainsi que les échanges, seront également l’occasion de réfléchir aux modes de construction de la connaissance sociologique au regard des divers ancrages des intervenants. L’objectif est de contribuer à la réflexion épistémologique sur l’énergie, en identifiant les opportunités et les défis des travaux menés dans différentes arènes sociales. Par exemple, comment travaille-t-on en tant que chercheur universitaire dans des projets dirigés par des grands groupes industriels ? Quels types de stratégies individuelles et/ou collectives sont mises en place ? Avec quelles formes de partage et de renouvellement de la connaissance ? Voilà quelques questions auxquelles cette journée souhaite apporter des éléments de réponse.

Cette journée d’études portée par la Chaire Econoving s’adresse ainsi tant aux chercheurs, aux étudiants, qu’aux acteurs économiques et institutionnels de l’énergie. Un panorama des travaux de recherche et d’enseignement effectués en sociologie au sein de la chaire introduira la journée. Hélène-Yvonne Meynaud (CRESPPA, CNRS), Chantal Derkenne et Albane Gaspard (ADEME), Anne-Cécile Baud (Veolia), Jean-Philippe Fouquet (Université François Rabelais, Tours), Sandra Slim (Bouygues Telecom), Nadjma Ahamada (CRIGEN, GDF SUEZ) et Stéphane Labranche (PACTE, Chaire Planète Energie Climat, IEP de Grenoble) contribueront notamment à ce moment privilégié de discussions et d’échanges. Dominique Desjeux (Université Paris Descartes, Sorbonne) clôturera la journée.

La Chaire Econoving
La Chaire internationale Econoving est portée par l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et cinq entreprises partenaires (Alstom, GDF SUEZ, Italcementi, Saur, SNCF). Elle vise, au travers d’activités interdisciplinaires de recherche et d’enseignement associant acteurs du monde académique et de l’entreprise, à favoriser le développement des éco-innovations pour les villes durables dans les domaines de l’énergie, de l’eau, des déchets, de la construction et des transports. Ses travaux traitent des conditions permettant d’accélérer l’émergence et la diffusion des éco-innovations de rupture, des outils à mettre en œuvre, des partenariats à construire, des verrous à lever. L’éco-innovation en tant qu’avantage concurrentiel y est appréhendée comme un processus créatif et collectif depuis la recherche, l’exploration des besoins, la formulation des stratégies de mise en œuvre, le pilotage financier jusqu’au développement, la mise sur le marché du produit ou service, la création d’entreprise.

La Chaire Econoving est rattachée au Pôle INET (Innovation, Environnement et Territoires) du laboratoire REEDS (Recherche en Economie Ecologique, Eco-innovation et ingénierie du Développement Soutenable).

Responsables scientifiques:
Sophie Némoz et Amélie Coulbaut-Lazzarini

Coordination:
Christelle Hue
econoving@uvsq.fr

Séminaire inaugural « L’éco-citoyen un concept recyclable ? » – 31 janvier 2013, Université Paul-Valéry Montpellier 3

SEMINAIRE INAUGURAL « L’ECO-CITOYEN UN CONCEPT RECYCLABLE ? » -UNIVERSITE PAUL-VALERY – MONTPELLIER 3

LERSEM – CRI/IRSA DEPARTEMENT DE SOCIOLOGIE, 31 JANVIER 2013 SALLE CAMPROUX

En ce début de XXI° siècle, on découvre que Marx aurait eu une pensée proto-écologiste Foster (2011). Durkheim, le naturaliste est présenté comme ayant des points de convergences avec le constructivisme (De Fornel ; Lemieux, 2007). Plus généralement les problématiques environnementales, souvent controversées sont un terrain de questionnements et d’investigations très largement renouvelés, comme en témoignent les nombreuses publications récentes. En croisant les regards anthropologique, ethnologique, sociologique, voire philosophique cette journée thématique tend à revisiter la façon dont les individus appréhendent cognitivement et empiriquement leur environnement. L’objectif de cette journée est de définir des questions de recherche autour de la notion d’éco-citoyen et de ses rapports à l’environnement.
Pour cela nous proposons trois axes de réflexions, les imaginaires, les fondements épistémologiques, et l’approche réflexive. En croisant ces axes, nous pourrons ainsi aborder plusieurs types de questions : Que peut apporter la sociologie de l’imaginaire à la sociologie de l’environnement ? Comment les mythes et les croyances s’articulent-elles dans l’expérience sensible du temps et de l’espace de l’éco-citoyen ? Quelles approches méthodologiques peut-on et doit-on construire pour une approche systémique de la complexité de ces nouveaux objets ? Comment l’éco-citoyen s’est-il construit une place centrale dans nos sociétés ? Est-ce un concept recyclé? Comment les sciences humaines et sociales peuvent-elles aborder ces questions tout en interrogeant leur propre part de normativité ?

COMITE SCIENTIFIQUE ET D’ORGANISATION
LIONEL SCOTTO D’APOLLONIA (Doctorant en Sociologie UPV Montpellier 3 Analyse socioépistémique des controverses climatiques sous la direction de Jean-Bruno Renard – Professeur de Sciences Physiques Montpellier – scotto.lionel@neuf.fr)
HELENE HOUDAYER (MCF en Sociologie UPV Montpellier 3 – Responsable L3 Sociologie – houdayer@sociologie.net)

PROGRAMME

9h Ouverture du séminaire HELENE HOUDAYER – LIONEL SCOTTO D’APOLLONIA

9h15 ALIENOR BERTRAND « Marx et la justice des champs »
(Responsable Justice écologique, justice sociale Chargé de Recherche Laboratoire : CNRS UMR5037 Institut d’Histoire de la Pensée classique Lyon.)

11h Table Ronde 1 Fondations épistémologiques (discutant Jean-Bruno Renard Professeur de Sociologie UPV)

PHILIPPE BOUDES « Regard sociologique sur la nature en ville » (Chercheur associé au LADYSS-CNRS – GIS Climat Environnement Société – Rennes)

ANAHITA GRISONI « La notion d’environnement en sociologie : brève histoire d’un terme aux contours flous » (Post doctorante EVS, ENS de Lyon – Maître assistant en sociologie, ENSAPLV Paris)

LIONEL SCOTTO D’APOLLONIA « Un cadre d’analyse des controverses environnementales : un exemple à travers les controverses climatiques » (Doctorant en Sociologie CRI – IRSA Montpellier 3 – attaché au LIRDEF Montpellier 2 – Professeur de Sciences Physiques)

12h30 Pause déjeuner

14h HELENE HOUDAYER « L’Appel de l’environnement » (Maître de conférence CRI-IRSA Université Montpellier 3)

15h Table Ronde 1 Les imaginaires environnementaux (discutant Hélène HOUDAYER

SOPHIE NEMOZ « La part de l’imaginaire dans la construction sociale de l’habitat durable » (Enseignant-chercheur de la Chaire Internationale sur les Eco-innovations, REEDS, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

HENRY DICKS « L’image poétique du « fleuve rond » » (Postdoctoral Researcher in Philosophy Université Jean Moulin Lyon 3 – Doctor of University of Oxford)

ALEXANDRA BORSARI « L’homme au sommet : archaïsme et ambigüité du rapport à la nature » (Chercheuse en théorie de l’imaginaire avec la Chaire Modélisations des Imaginaires, Télécom ParisTech, associée au Centre de Recherche sur l’Imaginaire – Université Grenoble 3)

BERTRAND VIDAL « Eco-fictions et les mythes de la fin » (Docteur en Sociologie CRI-IRSA UPV Montpellier 3)

17h Fin de la journée Synthèse

26th PhD Workshop on International Climate Policy

– The European PhD Network on International Climate Policy –

26th PhD Workshop on International Climate Policy

Studies in economics, politics & social sciences
in Paris, France

organized in collaboration with KIC Climate, EDF R&D

April 25-26, 2013

Call for Papers

The 26th PhD Workshop on International Climate Policy (ICP) will take place inside Paris (specific location to be confirmed) on April 25-26, 2013.

The ICP workshops series is organized semi-annually under the auspices of the European PhD Network on International Climate Policy. It aims to offer doctoral candidates the opportunity to present their research ideas and results, receive feedback, and exchange information and assistance in an informal and interdisciplinary setting. PhD students from all disciplines working on topics relevant to climate policy and environmental economics are invited to submit applications.

The 26th ICP workshop will cover topics of relevance for climate change mitigation and adaptation, such as:

•climate change and energy economics
• media and discourse research on climate change policies
• construction of climate change representations
• science-policy interface
• politics, policies, polity and public opinion
• climate change negotiations and new climate governance architectures
• policy instrument design and market mechanisms

Participation is free of charge, but workshop participants are expected to cover their travel and accommodation expenses. Active participation is required by presenting a paper and/or by serving as a discussant for a paper presented by a fellow PhD candidate. To apply for the workshop, please submit the application form available on the workshop’s website. If you intend to present a paper, please add an informative abstract of 300 to 500 words. Please send your documents via email to 26icpworkshop@gmail.com by February 15, 2013. Notification of acceptance/rejection will be given by March 1st, and full papers will be due by April 10, 2013.

We look forward to welcoming you in Paris.

The organizing committee:
Claire-Marie Bono, Jérémy Bouillet, Oskar Lecuyer, Marion Mauger-Parat, Marie Renner, Romain Riollet.

Compte rendu de la 3e séance du Groupe de Travail

La troisième séance du groupe de travail a eu lieu le vendredi 29 juin 2012 de 17h à 19h, en salle 7 à l’EHESS. Elle a été animée par Sophie Némoz et a réuni Fabrice Andreani, Marieke Blondet, Alexandra Borsari, Malcom Ferdinand, Mathieu Gervais, ainsi que Miwon Seo.

Lors de cet atelier, les lignes directrices de nos travaux respectifs ont été mises en commun dans le but d’interroger le sens de la catégorie « environnement » et de la déconstruire.
Cette interrogation a été déclinée à travers plusieurs pistes de réflexion :
– il s’agit tout d’abord de revenir sur la traduction française du vocable « sustainable » et de comprendre dans quelle mesure le terme « durable » a fait fortune dans la littérature des SHS ;
– il semble également intéressant de questionner les catégories de « protection », de « préservation » et de « conservation » afin de préciser ce qui définit leur emploi et de savoir en quoi leur usage est interchangeable dans les travaux scientifiques sur l’environnement ;
– la question des territoires et des jeux d’acteurs aux différentes échelles (globale, nationale et locale) mérite par ailleurs d’être approfondie autour des problématiques environnementales et des controverses soulevées, notamment par rapport aux effets de marginalisation des populations autochtones ;
– d’autres pistes de réflexion envisagées portent sur les liens entre l’engagement écologique et les représentations du corps, ainsi qu’entre des conceptions différentielles de l’environnement et les pratiques effectives.
– Comment sortir d’une approche normative ? Est-il inéluctable que les chercheurs, de toutes disciplines confondues, s’intéressant à l’écologisme soient eux aussi des écologistes convaincus ? Peut être est-ce là le meilleur argument assimilant l’écologie à une idéologie ; comme le marxisme en son temps, elle forme les chercheurs à un cadre de pensée pourvu d’un objectif normatif ? Dans ce contexte, comment peut-on concevoir d’en faire un objet pour la sociologie ?
– Pourquoi réduire l’écologisme, même dans sa version idéologique, à une question quantitative ? Qu’il s’agisse de l’évaluation du nombre d’espèces amenées à disparaître, de la quantification des surfaces nécessaires pour vivre, de la monétarisation de la nature, peut-on maintenir une approche chiffrée, ou doit-on également s’interroger sur les représentations et les pratiques qui façonnent l’écologie, d’un point de vue quantitatif ?
– La question des risques environnementaux et leur inscription dans une théorie de l’événement, qui pose la question de la temporalité.
– Environnement et démocratie
– Environnement et lutte des classes
– Il est commun d’opposer l’écologie institutionnalisée, telle qu’elle est reprise dans le discours politique et dans les entreprises, sous des terminologies variées (greenwashing, développement durable, écomarketing) et la décroissance. Or, les adeptes de la décroissance sont aussi des acteurs économiques, même dans les cas les plus extrêmes ; de la même façon, la variété des structures économiques qui mettent en circulation et réalisent les principes liés à l’environnement est grande et ne peut se réduire à une simple intégration de l’écologie au marché. Dans ce contexte, comment intégrer les questions liées à une conception linéaire de l’espace et du temps, marquée par la quête de la croissance et l’idéologie du développement, à une approche scientifique sur l’environnement ?
– Les rapports qu’entretiennent l’extrême gauche et l’écologie. A priori, ces deux mouvements s’opposent, dans leur rapport au travail et à la croissance, mais également dans leurs modes d’action. Alors que l’un propose un changement radical de la société, passant par la révolution, l’autre consiste avant tout en une prise de conscience individuelle, impliquant un changement au niveau du mode de vie, mais sans aucune velléité de mobilisation collective visant à l’institutionnalisation sur le long terme. Pourtant, si l’on étudie non seulement le discours des acteurs de l’un et de l’autre bord, mais aussi leurs pratiques, on s’aperçoit que loin d’être aussi rigides, les cadres d’action sont poreux. Dès lors se pose la question du public et du privé, de l’individuel et du collectif.

Suite à la discussion de ces différentes thématiques, Malcom Ferdinand a été invité à présenter la recherche PEPS sur les inégalités écologiques dans les projets de reconstruction d’Haïti après le tremblement de terre.
En amont de la passation des enquêtes de terrain avec Anahita Grisoni, le groupe de travail a été l’occasion d’échanger sur les modalités de la démarche méthodologique et leurs enjeux dans cette étude de cas.

Agenda – prochaine séance du groupe de travail
Cette prochaine séance se déroulera le mercredi 21 novembre à l’EHESS, autour des points suivants :
– brève présentation du groupe de travail et des thématiques de recherche par Anahita Grisoni et Sophie Némoz
– présentation du projet lauréat du PEPS « inégalités sociales et environnementales » par Malcom Ferdinand et Anahita Grisoni
– présentation du travail de thèse de Valentine van Gameren intitulé « Faire face aux impacts environnementaux et territoriaux des changements climatiques en Région wallonne : quelle stratégie d’adaptation ? » (IGEAT – Université Libre de Bruxelles, sous la direction d’Edwin Zaccaï et le suivi de Sophie Némoz). La séance se poursuivra par un débat.

Pour une socio-anthropologie de l’environnement

Pour une socio-anthropologie de l’environnement
Tome 1 – Par-delà le local et le global
Tome 2 – Regards sur la crise écologique

Sous la direction de Sophie Poirot-Delpech et Laurence Raineau

Collection : Logiques Sociales

Série : SocioAnthropo-Logiques

Pour une socio-anthropologie de l’environnement

Cet ouvrage collectif s’attache à dessiner les contours d’une approche socio-anthropologique des problèmes environnementaux. Il s’agit ici de questionner l’évidence d’une formule souvent associée aux questions écologiques : « Penser global, agir local » et de faire transiter les problèmes entre le global et le local, mais aussi entre le penser et l’agir, à travers une multiplicité de situations décrites et analysées par des chercheurs en sciences humaines et du vivant. L’enjeu est moins de chercher des solutions que de faire exister des postures nouvelles à partir desquelles des solutions et des devenirs différents pourraient être imaginés, faisant apparaître la pluralité comme une réponse à la crise écologique.

Les contributions rassemblées dans le premier volume abordent les nouveaux problèmes soulevés par les conflits d’échelles de perception et de définition des questions environnementales. Elles donnent à voir des objets aussi variés que l’énergie, les déchets, les légumes « bios », la ville, l’eau ou les invasions biologiques.

Le deuxième volume, en partant de l’étude de réponses locales et chaque fois singulières apportées aux problèmes environnementaux, propose une pluralité d’approches pour comprendre comment se nouent dans chaque cas des questions sociales, économiques, psychologiques ou technoscientifiques distribuées sur différentes échelles d’appréhension.

Les auteurs

Sophie Poirot-Delpech et Laurence Raineau sont socio-anthropologues. Elles enseignent à l’Université Paris 1 Sorbonne et sont membres du CETCOPRA (Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques). Toutes deux dans leurs domaines considèrent les sociétés contemporaines à travers le prisme d’une réflexion sur les objets techniques.

Les autres auteurs de cet ouvrage ont été choisis pour la pertinence de leur réponse à l’appel à communications « Pour une socio-anthropologie de l’environnement » à l’occasion d’un colloque qui s’est tenu les 23 et 24 septembre 2010 à la Sorbonne.

Avec les contributions de :

Sylvia Becerra

Laurent Bocéno

Christophe Bonneuil

Claire Bouteloup

Marina Casula

Aurélien Cohen

François-Joseph Daniel

Ariane Debourdeau

Laure Dobigny

Bérénice Dreux-Gerphagnon

Alexandre Duclos

Agathe Euzen

Marianna Fenzi

Alexandre Gaudin

Pierre-Henri Gouyon

Géraldine Guérillot

Maïa Martin

Mercedes Martìnez-Iglesias

Anne Mathieu

Béatrice Maurines

Baptiste Monsaingeon

Jean-Luc Moriceau

Sophie Némoz

Jean-Philippe Pierron

Sophie Poirot-Delpech

Laurence Raineau

Brigitte Remy

Nadine Ribet

Marie Roué

Florence Rudolf

Luc Semal

Glàucia Silva

Aude Sturma

Hélène Subrémon

Mathilde Szuba

Jacques Tassin

Didier Taverne

Grégoire Wallenborn

Patrimoines et développement durable Ressources, enjeux, lien social

Loin de considérer les cultures locales comme une forme de repli ou de résistance au changement, cet ouvrage questionne les liens de proximité, les singularités locales et l’action publique dans leur interaction avec d’autres échelles du territoire. Il s’agit de mettre en lumière la place du patrimoine (bâti et naturel) dans le développement durable et la formation du lien social.
Comment et par quels moyens le patrimoine contribue-t-il au développement durable des territoires? Pour y répondre, cet ouvrage situe le débat à l’interface de trois notions essentielles : Patrimoine, Développement Durable et Lien Social. Ces notions ouvrent des perspectives plus larges sur la localité, les valeurs, la diversité, l’équité sociale et spatiale et, soulèvent par là même, de nombreuses questions théoriques et empiriques.
En traitant le rapport entre le local et le global, la compétition et le partenariat, le passé et le présent, l’homme et la nature, le développement durable renseigne sur l’état et le devenir des sociétés contemporaines sur la longue durée.
Les auteurs (sociologues, géographes, historiens, philosophes, architectes, urbanistes, anthro- pologues, ethnologues) réunis dans cet ouvrage discutent ces questions par la confrontation de champs théoriques et d’expériences locales situées en France et dans d’autres pays (Algérie, Cameroun, Canada, Italie, Maroc, Sénégal, Tunisie).
Nassima DRIS qui a dirigé cet ouvrage est sociologue de l’urbain et urbaniste. Elle est Maître de Conférences à l’université de Rouen et membre du l’équipe de recherche « Dynamiques Sociales et Langagières » (DySoLa). Ses recherches portent sur la fabrication des villes, l’espace public, l’habiter, l’urbanité, le patrimoine, l’environnement et le développement territorial. Elle a publié aux Editions de l’Harmattan, Territoire et territorialité en 2007 et La ville mouvementée Espace public, Centralité et Mémoire urbaine à Alger en 2001.

Compte-rendu du groupe de travail « l’environnement peut-il être un objet pour la sociologie ? » – séance du 19 mars 2012

La deuxième séance de ce groupe de travail a eu lieu le lundi 19 mars de 17h à 19h, en salle 6 à l’EHESS. Il a réuni les deux organisatrices Sophie Némoz et Anahita Grisoni, ainsi que Céline Guilleux et Miwon Seo.

Contenu – réunion de travail, mars 2012

La discussion a porté sur l’intérêt d’examiner les liens de la sociologie de l’environnement avec d’autres champs de la discipline : sociologie rurale, sociologie urbaine, sociologie des mouvements sociaux, sociologie marxiste, sociologie déconstructiviste, sociologie du risque, sociologie de la distinction, sociologie des conflits, sociologie des professions…

De nombreuses contributions sociologiques émergent sur les questions environnementales mais, elles restent encore dispersées. Dans le cadre du groupe de travail sur la sociologie de l’environnement, il apparaît opportun de réunir et confronter les contributions et les analyses dans le domaine. Il s’agit de mieux comprendre la place et les apports de différents courants sociologiques à ce champ de recherche. Quelles approches de la sociologie sont privilégiées ? Quels en sont les résultats saillants aujourd’hui et par le passé ?

Un autre questionnement consiste à interroger les interactions entre la sociologie et les sciences appliquées. Comment concilier sciences de l’ingénieur et sciences de la société dans les travaux de recherche sur l’environnement ? Comment la sociologie peut être mobilisée dans la production de connaissances interdisciplinaires ?

A l’issue de cette rencontre, les participants ont convenu d’enrichir ces réflexions par une série d’ateliers thématiques à débuter en juin prochain. A chacune de ces rencontres, un intervenant pourra présenter une petite revue de la littérature issue d’un courant ou d’un champ spécifique de recherche, en montrant les contributions à la sociologie de l’environnement.

Agenda – prochaine séance du groupe de travail, mai 2012

Lors de la prochaine séance au mois de mai, le groupe de travail discutera plus en détails de l’intérêt et des modalités du développement d’une bibliographie commune autour des « sociologies de l’environnement ». Chaque participant sera invité à préciser les thématiques qu’il souhaite approfondir lors des prochains ateliers.
La séance sera également consacrée à l’échange de nos expériences à l’étranger et des connaissances acquises en sociologie de l’environnement au-delà du champ francophone.