Archives de catégorie : Actualités

Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement – Appel à contribution – Varia

La Revue d’Etude en Agriculture et Environnement profite de son récent classement dans la liste des revues AERES pour le domaine sociologie-démographie (http://www.aeres-evaluation.fr/Publications/Methodologie-de-l-evaluation/Listes-de-revues-SHS-sciences-humaines-et-sociales) pour lancer un nouvel appel à contribution varia. Les articles porteront sur l’ensemble des thèmes de la revue et pourront aborder par exemple la production agricole et agro-alimentaire, le monde de la distribution alimentaire, la population agricole, l’alimentation domestique, les consommations alimentaires à l’extérieur, les mondes agricoles, le monde rural, les relations humains/animaux, espaces et territoires, etc.

Pour consulter les derniers numéros de la revue : http://www.raestud.eu/accueil.php

 

 

 

 

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Ateliers Développement Durable et Acceptabilité Sociale – Gis ReHaL et AC-DD

L’ Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Val de Seine (Amphi 180) accueillera trois ateliers s’ intéressant à la dimension performative du développement durable, les 7 décembre 2012, 15 février et le 12 avril 2013

La notion d’acceptabilité sociale, directement issue de la gestion des risques et du calcul rationnel a progressivement été reprise par les institutions alors qu’elle soulève de nombreuses questions.

Cet atelier commun au réseau AC/DD et au GIS ReHaL souhaite apporter dès sa première année d’existence une contribution à ce débat, à travers trois séances, la première consacrée à la conception de la ville durable, la seconde à son appropriation et la dernière au travail du chercheur vis-à-vis de cette problématique de l’acceptabilité sociale du développement durable.

Le détail de l’argumentaire et le programme des journées est disponible Programme atelier Acceptabilite du DD (au 10 novembre 2012)

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Trame Verte urbaine – Paris 2030

 

 

Les programmes ‘Paris 2030’ de la Ville de Paris et ‘Changement Climatique et Trame Verte urbaine (CCTV)’ porté par le LADYSS-CNRS au sein du GIS Climat, vous invitent à un après-midi de rencontres entre chercheurs, praticiens et politiques, autour des fonctions écologiques et sociales de la végétation urbaine, dans un contexte d’adaptation climatique.

Cette demi-journée aura lieu le 3 décembre 2012 à l’auditorium de la ville de Paris.

 

 

Inscription indispensable à l’adresse suivante :  paris2030.ladyss@gmail.com. Merci de préciser vos nom, prénom, statut, et votre institution ou organisation d’appartenance. Le nombre de place est limité, une confirmation de réservation vous sera envoyée par la suite.

Programme journée LADYSS Paris 2030 végétation ville climat

 

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Séminaire 2012-2013 Controverses environnementales et anthropologies de la nature

SÉMINAIRE 2012-2013

Controverses environnementales et anthropologies de la nature

Dans le cadre des séminaires de l’EHESS et des enseignements de la mention RCAHS (Recherches Comparatives en Anthropologie, Histoire et Sociologie), master et formation doctorale de sciences sociales (Marseille),

Le séminaire est ouvert aux étudiants du master (M1 et M2).
Pour tout renseignement : valeria.siniscalchi@ehess.fr, ou le secrétariat du master et de la formation doctorale, laure.ginod@univ-amu.fr

Intervenants :

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
Suzanne de Cheveigné, directeur de recherche au CNRS
Bernard Hubert, directeur d’études à l’EHESS
Jean-Michel Fourniaudirecteur de recherche à l’IFSTTAR
Valeria Siniscalchi, maître de conférences à l’EHESS

Dates :

Le 2e vendredi du mois, 14h00-17h00, salle A, 2ème étage, Centre de la Vieille Charité, 13002 Marseille 

Première séance : vendredi 9 novembre 2012

Séances suivantes : 14 décembre, 11 janvier, 8 février, 8 mars, 12 avril et une journée en mai (date précisée ultérieurement)

Thématique :

Qu’il s’agisse de mouvements sociaux autour d’enjeux environnementaux, de politiques de conservation de la biodiversité, de processus de recherche et d’expertise face aux perspectives de changement climatique, les questions environnementales sont à la croisée de multiples dimensions de la vie sociale. Dans le cadre de ce séminaire, les problématiques portées par de nombreux acteurs autour de l’environnement, du développement durable et de la biodiversité seront analysées à l’aune de différentes disciplines. Un des avantages du point de vue pluridisciplinaire est de contraindre à l’explicitation de notions utilisées comme autant de passeurs ou de médiateurs conceptuels, alors même qu’elles recouvrent des conceptions différentes, voire antagoniques des rapports entre milieux vivants, sciences et sociétés. Dans le but de clarifier les notions, nous croiserons plusieurs logiques d’enquête : l’histoire de la notion d’environnement ; les redéfinitions des politiques de la nature ; les formes d’engagement des questions environnementales dans les controverses et les débats publics ; les enjeux sociaux, économiques et scientifiques de la protection des espaces et des espèces ; et enfin le point de vue international ou cosmopolitique, avec la redéfinition des rapports Nord/Sud à travers la cause climatique et la biodiversité, mais aussi les enjeux énergétiques que l’on peut difficilement dissocier aujourd’hui. Nous prêterons attention également aux différentes pratiques de la nature, aux rapports entre visions globales et constructions locales de l’écologie pratique, tout comme aux discours des médias et au rôle des sciences de la nature et des sciences sociales dans les protocoles de la « bonne gouvernance ».

___________

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Centre de la Vieille Charité
2 rue de la Charité
13236 Marseille cedex 02 (France)
Tél : 33(0)4 91 14 07 27 (standard) 29 (direct)

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Pour une socio-anthropologie de l’environnement

Pour une socio-anthropologie de l’environnement
Tome 1 – Par-delà le local et le global
Tome 2 – Regards sur la crise écologique

Sous la direction de Sophie Poirot-Delpech et Laurence Raineau

Collection : Logiques Sociales

Série : SocioAnthropo-Logiques

Pour une socio-anthropologie de l’environnement

Cet ouvrage collectif s’attache à dessiner les contours d’une approche socio-anthropologique des problèmes environnementaux. Il s’agit ici de questionner l’évidence d’une formule souvent associée aux questions écologiques : « Penser global, agir local » et de faire transiter les problèmes entre le global et le local, mais aussi entre le penser et l’agir, à travers une multiplicité de situations décrites et analysées par des chercheurs en sciences humaines et du vivant. L’enjeu est moins de chercher des solutions que de faire exister des postures nouvelles à partir desquelles des solutions et des devenirs différents pourraient être imaginés, faisant apparaître la pluralité comme une réponse à la crise écologique.

Les contributions rassemblées dans le premier volume abordent les nouveaux problèmes soulevés par les conflits d’échelles de perception et de définition des questions environnementales. Elles donnent à voir des objets aussi variés que l’énergie, les déchets, les légumes « bios », la ville, l’eau ou les invasions biologiques.

Le deuxième volume, en partant de l’étude de réponses locales et chaque fois singulières apportées aux problèmes environnementaux, propose une pluralité d’approches pour comprendre comment se nouent dans chaque cas des questions sociales, économiques, psychologiques ou technoscientifiques distribuées sur différentes échelles d’appréhension.

Les auteurs

Sophie Poirot-Delpech et Laurence Raineau sont socio-anthropologues. Elles enseignent à l’Université Paris 1 Sorbonne et sont membres du CETCOPRA (Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques). Toutes deux dans leurs domaines considèrent les sociétés contemporaines à travers le prisme d’une réflexion sur les objets techniques.

Les autres auteurs de cet ouvrage ont été choisis pour la pertinence de leur réponse à l’appel à communications « Pour une socio-anthropologie de l’environnement » à l’occasion d’un colloque qui s’est tenu les 23 et 24 septembre 2010 à la Sorbonne.

Avec les contributions de :

Sylvia Becerra

Laurent Bocéno

Christophe Bonneuil

Claire Bouteloup

Marina Casula

Aurélien Cohen

François-Joseph Daniel

Ariane Debourdeau

Laure Dobigny

Bérénice Dreux-Gerphagnon

Alexandre Duclos

Agathe Euzen

Marianna Fenzi

Alexandre Gaudin

Pierre-Henri Gouyon

Géraldine Guérillot

Maïa Martin

Mercedes Martìnez-Iglesias

Anne Mathieu

Béatrice Maurines

Baptiste Monsaingeon

Jean-Luc Moriceau

Sophie Némoz

Jean-Philippe Pierron

Sophie Poirot-Delpech

Laurence Raineau

Brigitte Remy

Nadine Ribet

Marie Roué

Florence Rudolf

Luc Semal

Glàucia Silva

Aude Sturma

Hélène Subrémon

Mathilde Szuba

Jacques Tassin

Didier Taverne

Grégoire Wallenborn

Journées d’étude- 4 et 5 octobre 2012 -Développement durable, conservation de l’environnement et savoirs locaux : confrontation des projets avec les « réalités » de terrain

Journées d’étude

Développement durable, conservation de l’environnement et savoirs locaux : confrontation des projets avec les « réalités » de terrain

co-organisées par Marieke Blondet (AgroParisTech, Nancy), Elodie Fache (CREDO, Marseille) et Simonne Pauwels (CREDO, Marseille)

Les 4 et 5 Octobre 2012 – Campus St Charles de l’Université Aix-Marseille, à Marseille (dans les locaux jouxtant le CREDO) Continuer la lecture

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Rapport de vulgarisation – La construction sociale des Espèces Exotiques Envahissantes à La Réunion

page de garde du rapportProblématique de l’étude : dans quelles mesures est-il possible d’interroger le concept d’invasion biologique dans sa globalité ? L’opinion publique se saisit-elle de cet objet en dehors du cas par cas? En quels termes le « grand public » pose-t-il la question des risques pour la biodiversité ? Quelles tensions animent les logiques de la construction sociale de ces risques ?

Ce rapport a pour objectif de vulgariser les résultats d’une étude quantitative menée en 2011 auprès de 638 personnes sur L’Ile de La Réunion. Il met à disposition des associatifs, des élus, des gestionnaires ou des curieux quelques-uns des nombreux résultats de cette étude subventionnée par la DEAL et le Parc National de La Réunion.

 

Sommaire :

2. Nature et objectifs de l’étude…………………………………………………………………………… p.7
3. Méthodologie………………………………………………………………………………………………….. p.8
4. Reconnaître les espèces présentées sur les planches photographiques ………… p.15
5. Juger une espèce comme menacée…………………………………………………………………. p.23
6. Juger une espèce comme nuisible……………………………………………………………………. p.33
7. Les espèces jugées manquantes………………………………………………………………………. p.38
8. Que sont les invasions biologiques pour les Réunionnais ? ……………………………… p.42
9. Que faire contre les invasions biologiques ? ……………………………………………………. p.45
10. Conclusion…………………………………………………………………………………………………….. p.47
11. Sélection bibliographique.……………………………………………………………………………. p.49

Un lien vers le document intégral sera très prochainement disponible.

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Nouvelle publication : De l’eau agricole à l’eau environnementale

De l’eau agricole à l’eau environnementale.

Résistance et adaptation aux nouveaux enjeux de partage de l’eau en Méditerranée

Chantal Aspe, coord.couverture du livre

Collection Update Sciences & technologies

Éditions Quae, 2012

384 pages

ISBN 978-2-7592-1696-3, référence 02297

38 euros

Disponible au format numérique sur www.quae.com

 

« Les choses de la nature n’ont de statut que celui que les sociétés leur accordent ».
C’est à partir de cette hypothèse que les auteurs de cet ouvrage analysent le changement actuel du statut de l’eau dans les pays du Bassin méditerranéen. Peu à peu, l’« eau agricole » laisse place à l’« eau environnementale ».

Aujourd’hui, les ouvrages hydrauliques à vocation agricole sont conçus pour rendre des services environnementaux comme la protection de la biodiversité et du paysage, l’arrosage des jardins, la gestion des inondations et du débit d’étiage des rivières ou les recharges de nappe phréatique. Déjà, en 2000, une directive cadre européenne sur l’eau témoignait de ces mutations et les suscitait à travers la nécessité de faire des économies d’eau. Mais ces transformations ne se font pas au même rythme au nord ou au sud du Bassin méditerranéen. D’un pays à l’autre, les formes de résistance et d’adaptation sont très diverses.
Les auteurs donnent de ces nouveaux enjeux de partage de l’eau un éclairage multiple, international et pluridisciplinaire. Sociologues, économistes, géographes, spécialistes de l’écologie ou de l’hydrobiologie, ils présentent des expériences issues de leur pays d’origine, la France, l’Espagne, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et l’Italie. Au cœur de l’actualité économique et sociale contemporaine, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux chercheurs, enseignants et étudiants qui s’intéressent à la gestion de l’eau en Méditerranée qu’aux décideurs et professionnels en charge de la recomposition de ce secteur.

Chantal Aspe est maître de conférences en sociologie à l’Université d’Aix-Marseille et chercheure au laboratoire population environnement développement (LPED). Depuis de nombreuses années, elle collabore avec des chercheurs d’autres disciplines, en particulier des sciences de la vie et de la nature, et s’interroge sur les interactions entre la nature et les sociétés au sud et au nord du Bassin méditerranéen. Spécialiste des questions d’environnement et de gestion de l’eau, elle a publié sous sa direction, en 1991, Chercheurs d’eau en Méditerranée (Éd. du Félin). En 2012, elle est co-auteur avec
Marie Jacqué de Environnement et société. La question environnementale au regard de la sociologie, co-édité par Quæ et la Fondation de la Maison des sciences de l’homme.

 

Sommaire

Partie I. Irrigation et ouvrages hydrauliques, des mutations en cours
1. Des canaux d’irrigation aux canaux de distribution d’eau brute ?

2. L’irrigation en Espagne et son avenir

3. « La privatisation » de l’eau d’irrigation, un enjeu social et politique.

4. Réflexions sur le processus de modernisation de l’irrigation en Espagne

5. Évolution et perspectives des canaux d’irrigation dans le Haut Ampurdan (Catalogne)

6. L’eau: une culture sociale ksourienne

7. Effets de la modernisation sur les terres irrigables méditerranéennes espagnoles

8. Les nouvelles techniques d’irrigation ont-elles modifié le comportement de la paysannerie en Tunisie centrale?

9. Les effets économiques de la modernisation de l’irrigation dans les zones irrigables
du Bajo Guadalquivir (Andalousie)

10. Compétition sur les ressources hydrauliques et marginalisation sociale, à qui profite la disparition des canaux ?

Partie II. L’eau agricole aujourd’hui : d’autres besoins, d’autres représentations

11. Impact de la gestion des eaux d’irrigation sur la recharge des nappes en basse
Provence

12. Le canal de la rive droite du fleuve de Llobregat

13. Contribution à la connaissance du rôle des petits canaux dans la circulation
des poissons en région

14. Perception et évaluation sociale de l’irrigation traditionnelle dans le Bas Ter
(Bas Ampurdan, Catalogne).

15. Les conséquences écologiques d’une gestion non raisonnée des eaux agricoles
dans les oasis du Sahara algérien

16. Jorox

17. Interdépendance des milieux superficiels et souterrains et choix technologiques
d’irrigation.

18. Terrasses et eau des versants en Méditerranée

Partie III. Vers de nouvelles formes de prise en charge gestionnaire

19. Évaluation de l’impact de la participation paysanne dans les aménagements hydro-agricoles.
20. La complexité territoriale de l’eau d’irrigation en Méditerranée

21. Directive cadre européenne et problèmes de gestion hydrique

22. Le contrat de canal : une contribution à un nouveau mode de gouvernance de la gestion de l’eau agricole à l’échelle locale ?

23. Un modèle de gestion durable de l’eau d’irrigation dans le sud-est de l’Espagne

24. Les mesures d’adaptation du secteur de l’irrigation à la suite des événements de la crise hydrique en Italie (2003-2007)

25. Vers une gestion territoriale de l’irrigation ?

26. De la gestion communautaire à la gestion associative de l’eau

27. Vers une nouvelle « gouvernance » des canaux, entre logiques territoriales et stratégies locales
Listes des auteurs

 

Podcast Un monde vivant, histoires de biodiversité

A l’occasion de l’année de la biodiversité en 2010, le CNRS a réalisé une série de 19  films de 3 minutes en moyenne pour découvrir en images 4 grandes notions de la biodiversité : la définition, la valeur, l’extinction et la conservation. Les voix de Virginie Marris, Devictor Vincent, Gildas Merceron ou de Jean-Michel Salles mettent en perspective ces différents points de vue sur la biodiversité ou encore questionnent le rapport de l’homme à la « nature ».

A voir et à revoir…

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Emission radio La fabrique de l’histoire et l’agriculture (France Culture)

A l’approche du salon de l’agriculture, les émissions de  « La fabrique de l’histoire » diffusées sur France Culture sont consacrées cette semaine aux transformations du monde paysan

Vous pouvez déjà podcaster les émissions d’hier et d’aujourd’hui

lundi 20 février 2012 : « Nourrir la ville » : grand témoin Edgard Pisani,  (rediffusion du 4 mai 2009)

Ancien Ministre de l’agriculture du Général de Gaulle de 1961 à 1966, il fut en effet l’inventeur de la Politique Agricole Commune dans les années 1960 Par la suite, son regard a évolué et il observe aujourd’hui avec un peu plus de réserves cette phase de modernisation idéalisée.

mardi 21 février 2012: Quand les céréaliers s’unissent : naissance des coopératives agricoles dans les années 30 (rediff. de l’émission du 26/04/2004)

Un documentaire d’Emmanuel Laurentin, réalisé par Christine Robert

 

Séminaire avec Michel Marié, « Eau, Pouvoir et Territoire », 09/03.

Michel Marié, Sociologue, DR CNRS Emérite

« EAU, POUVOIR ET TERRITOIRE »

VENDREDI 9 MARS 2012
9H30-12H30
AMPHI DE CHIMIE
Centre Saint-Charles, 3, place Victor Hugo – 13003 – Marseille

Alors que s’ouvre à Marseille le Forum Mondial de l’Eau, Michel Marié nous interrogera sur les relations entre « Eau, pouvoir et territoire » permettant d’approcher la question des rapports entre l’eau, les hydrauliciens, le territoire et ses habitants dans la longue durée. Ces notions seront approchées dans leurs tensions dialectiques telles que par exemple celle du conflit et de la négociation, celle de l’ « aménagement » et du « ménagement » de l’espace, du changement-rupture et du changement-capillaire des techniques et des territoires. Si on veut comprendre comment fonctionne un réseau hydraulique il n’est pas suffisant de voir ce que les objets produits par les ingénieurs font à l’espace. Encore faut-il voir en même temps comment, par adaptation réciproque, par conflit ou par ruse les sociétés locales influent sur le réseau. Peut-être pourrait-on dire alors, que pour qu’un dispositif technique ait quelque chance de bien fonctionner, sans doute faut-il qu’il soit capable d’affronter des sociétés locales suffisamment fortes pour lui résister, autrement dit qu’il ait été capable de s’accommoder à l’épaisseur sociale d’un territoire.

 

Quelques références bibliographiques :
• Michel Marié, Danièle Larcena, Pierre Dérioz, 1999, Cultures, usages et stratégies de l’eau en méditerranée occidentale. Tensions, conflits et régulations, L’Harmattan Villes et Entreprises, 543 pp
• Michel Marié, 1984, Pour une anthropologie des grands ouvrages, le canal de Provence, in Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 21, pp. 5-35.
• Michel Marié, 1993, Territoires hydrauliques, la Société du Canal de Provence, dix ans après », in Documents SCP, février 1993, 51 pp
• Michel Marié, 1989, Les terres et les mots, Méridiens Klincksieck, Analyse Institutionnelle, 1989, 212 pp.
• Michel Marié, 2004, Las huellas hidráulicas en el territorio : la experiencia francesa, El Colegio de San Luis – IMTA – SEMARNAT, coleccion inveztigaciones, prólogo Francisco Peña y Claudia Cirelli, 101 pp.

Le compte-rendu après le 9 mars !

 

Nouvelle thèse soutenue – Dynamiques associatives et santé environnementale : Vers un nouveau mode de développement ?

Le 21 novembre 2011 s’est tenue, au sein de l’Université Paris Dauphine, la soutenance de thèse de sociologie de Régine Boutrais dont les questionnements et résultats nous semblent suffisamment stimulants pour faire l’objet d’une discussion en sociologie de l’environnement. Dans une salle remplie – témoignant de l’intérêt que suscite son thème de recherche – Régine Boutrais nous a présenté l’aboutissement de son travail portant sur les dynamiques associatives autour des liens entre santé et environnement, dynamiques qui questionnent les modes de développement (que ce soit dans le domaine agricole, industriel ou les modes de commercialisation et de consommation)

Encore assez peu investie par la sociologie française – mais mieux connue au Canada ( particulièrement au Québec) (1) et aux États-Unis comme le montre la traduction récente d’articles importants dans ce domaine (2) – la « santé environnementale » est un domaine particulièrement intéressant qui englobe dans un questionnement commun une pluralité de thèmes autrefois pensés de manière autonomes (habitat, changement climatique, conditions de travail, pollutions, alimentation, risque industriel…) ou considérés dans des espaces sociaux restreints, rendant ainsi visibles un certain nombre d’enjeux sociaux. Les interrogations que suscite l’émergence de ce champ sont nombreuses et touchent notamment aux sciences et techniques, aux mouvements sociaux et aux processus de changement.

Régine Boutrais met en avant le caractère multidimensionnel et non stabilisé de la santé environnementale qui voit s’affronter et coexister une pluralité de définitions et de controverses ayant pour point commun de participer à la requalification environnementale d’un nombre de plus en plus important de maladies (cancers, maladies cardiovasculaires, allergies, asthme, obésité, maladies neurologiques, baisse de la fertilité, hypersensibilités aux ondes électromagnétiques, aux substances chimiques) et de questionner les limites des politiques de santé publique contemporaines.

La rapidité des évolutions des mobilisations, les recompositions incessantes,  le nombre de création de nouveaux projets d’action collective, et les luttes de légitimité entre porte-parole associatifs rendent la réalisation d’une thèse sur la situation française de ce champ d’étude particulièrement haletante. Pour mener à bien sa recherche, elle a adopté une approche macrosociologique qui repose sur 76 entretiens avec des représentants associatifs et syndicaux actifs dans des structures à but non lucratif d’échelle régionale, nationale ou internationale retenus pour leur identité militante en France et au Québec. De plus, son travail est enrichi par une connaissance intime de cet espace militant liée à son parcours personnel et à son activité salariée au sein de l’unité risque et société de l’ANSES (3).

Afin d’analyser les dynamiques associatives, Régine Boutrais a construit un cadre théorique composite qui mobilise la théorie de l’acteur d’Alain Touraine, l’associationisme de Jean-Louis Laville, les travaux sur les représentations sociales de la santé de Claudine Herzlich et des éléments de sociologie des risques et des techniques empruntés à Ulrich Beck et à l’ouvrage collectif de Michel Callon, Bruno Latour et Yannick Barthe (4).

Durant sa recherche plusieurs hypothèses ont été mises à l’épreuve dont l’autonomisation de la santé environnementale en tant que domaine distinct de la santé publique, le rôle central des associations dans l’impulsion des dynamiques de structuration de ce domaine et la remise en cause de modes de développement  et notamment du rôle des sciences et des techniques. Ces différents éléments ont également fait l’objet de travaux en sociologie de l’environnement et méritent à ce titre d’être mis en discussion.

Ses observations la conduisent à mettre en doute l’existence d’une crise du militantisme et lui préférer l’idée de mutations dans l’engagement car les revendications exprimées sont éminemment politiques et portent, par exemple, sur la moralisation du capitalisme, la critique des modes de développement, des modes de vie et de consommation. Les associations militantes dans le domaine de la santé environnementale se caractérisent également par leur éclatement entre associations généralistes, spécialistes ou transversales, une très forte vitalité et un large répertoire d’actions novatrices comprenant un recours accru à la justice, une rénovation des visées politiques et des pratiques organisationnelles, des rapports aux institutions (ministères, agences sanitaires…) et aux médias y compris dans l’usage d’Internet. Elles jouent un rôle croissant dans la reconnaissance des liens entre santé et environnement par la mobilisation de contre-expertise, l’accroissement des ressources cognitives associatives et leur montée en généralité.

Dans un contexte de mondialisation des risques (Beck), particulièrement des risques chimiques, les individus, sous la pression de campagnes de prévention moralisatrices et culpabilisantes sur la responsabilité individuelle en matière de santé, tendent à se tourner vers la recherche de solutions individuelles pour se protéger et pallier aux défaillances de régulation de la part des industries et de l’État (5). Régine Boutrais parle d’ailleurs d’une montée en puissance de la figure d’un individu inquiet face à des risques collectifs émaillés d’incertitudes scientifiques. Ces incertitudes font l’objet de réappropriations stratégiques par les différents acteurs en jeu en vue de les maximiser ou au contraire de les minimiser. Ainsi, l’État est plutôt en retrait tandis que les entreprises se référent au respect de la règlementation en vigueur et au secret commercial pour ralentir les processus de substitution de substances dangereuses mais rentables. La déficit de mesure  de régulation des risques liés aux expositions quotidiennes à des toxiques a suscité la création de nouveaux collectifs associatifs qui apparaissent, à l’inverse, comme les dépositaires de la confiance et un relais d’information considéré comme fiable mis en œuvre et la production de connaissances alternatives à travers une « expertise profane » dans des espaces de co-production des savoirs.

Selon Régine Boutrais, le ressort d’autonomisation de la santé environnementale vis-à-vis de la santé publique réside dans la critique des modes de développement technologiques et des savoirs médicaux. Les associations questionnent le statut de la science et de l’expertise dans la régulation des risques sanitaires et environnementaux. En effet, la santé environnementale représente une ressource importante pour les groupes d’acteurs opposés à une conception économiciste du développement et un véhicule pour exprimer des revendications plus larges concernant l’ordre des valeurs, les conceptions du progrès, les modes de production industriels et agricoles, les modes de vie et de consommation, les relations entre science et société. Pour autant, ces associations ne se situent pas non plus dans un registre utopiste et intègre des références scientifiques en tant que mode de légitimation incontournable. Elle note donc une limite floue entre les discours militants et savants ainsi qu’une « scientificisation de la protestation contre la science » (Beck). L’intégration de préoccupations liées à la santé occupe ici une place centrale en tant et que  métaphore du « bien » et du « bonheur » et montre que la santé environnementale participe aussi au renforcement du mouvement contemporain d’individualisation. La société devient une source de perturbation, ici incarnées par les pollutions chimiques, contre lesquelles l’individu tente de se protéger (Herzlich).

Si Régine Boutrais souhaiterait approfondir son travail en examinant de plus près l’influence du plurimilitantisme dans la réalisation d’interconnexion entre divers milieux associatifs ainsi que le rôle des syndicats dans la santé au travail, les membres du jury ont d’ores et déjà mis en avant un travail passionnant et pionnier. Elle ouvre aussi une perspective sur des travaux qui pourraient interroger l’ambivalence du rôle de l’Etat qui, au-delà d’un jeu sur les incertitudes investit également beaucoup sur les technosciences mises en cause par les associations (investissements massifs dans les nanotechnologies notamment) et, selon Louise Vandelac, produit des mécanismes d’ignorance autour de certains domaines considérés comme économiquement porteurs. Ces différents éléments pourraient être éclairés par les travaux portants sur les histoires et logiques institutionnelles divergentes notamment entre ministères de l’industrie, de l’équipement, de la santé, de l’environnement, de l’enseignement supérieur etc. qui mettent au jour les rapports de force à l’œuvre dans nos sociétés.

(1)     Jean-Guy Vaillancourt, Liliane Cotnoi, Sociologie de la santé environnementale, in Gérin Michel, Gosselin Pierre, Cordier Sylvaine, Viau Claude, Quénel Philippe, Dewailly Eric (eds) Environnement et santé publique. Fondements et pratiques, Paris : Diffusion TEC & DOC, Edisem, 2003, p 251-257
(2)    Madeleine Akrich, Yannick Barthe, Catherine Rémy (dir), Sur la piste environnementale. Menaces sanitaires et mobilisations profanes, Paris, Presses des Mines, 2010.
(3)    Avant la fusion avec l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation (AFSSA) en juillet 2010, il s’agissait de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail (AFSSET).

(4) Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001
(5) Sur ce sujet, voir aussi  Norah A. MacKendrick, Media framing of body burdens: precautionnary consumption and the individualization of risk, Sociological Inquiry, 80, 1, 126-149, 2010.

RÉSUME DE LA THÈSE: « Dynamiques associatives et santé environnementale : Vers un nouveau mode de développement ? »

La prolifération et la mondialisation de risques sanitaires dus à la présence de produits toxiques diffus dans l’environnement et la recrudescence de certaines pathologies d’origine environnementale (telles que cancers hormono-dépendants, maladies neurodégénératives, allergies ou syndromes inexpliqués, etc.) provoquent des mobilisations citoyennes croissantes. Les incertitudes scientifiques dans l’évaluation des risques sanitaires induits par ces faibles doses de substances chimiques transmises à l’être humain par différents vecteurs (eau, air, sol, alimentation), qui s’accumulent et interagissent au fil du temps dans l’organisme, interrogent des politiques de santé publique et de prévention inadaptées. Des collectifs se créent, se repositionnent, des coordinations inter-associatives se nouent et se recomposent autour des multiples facettes des déterminants environnementaux de la santé pour dénoncer les failles dans la régulation de ces risques et faire pression sur les pouvoirs publics pour la mise à l’agenda politique de ces questions. Ces dynamiques associatives participent à la structuration et à la visibilité du champ émergent de la santé environnementale et questionnent des modes de développement qui favorisent l’économie et l’environnement au détriment des aspects sociaux et de la santé humaine.

Membres du jury :
–          Jean-Louis LAVILLE, Professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), Paris
–          Dominique MEDA,  Professeur des Universités, Université Paris-Dauphine
–          Sylvaine TRINH, Professeur des Universités, Université Paris-Dauphine
–          Louise VANDELAC, Directrice de l’Institut des Sciences de l’Environnement, Université du Québec à Montréal (UQAM), Montréal, Québec

Journée doctorale Interdisciplinaire – Biodiversité Outre-Mer

Journée Doctorale Interdisciplinaire

Les sciences de l’homme et de la société & la protection de la biodiversité outre-mer

Mardi 15 Novembre, La Réunion

Résumé

Cette journée, soutenue par l’Observatoire des Sociétés de l’Océan Indien (OSOI), a pour ambition première de permettre la rencontre de jeunes chercheurs d’horizons différents autour de la thématique biodiversité Outre-Mer. Elle souhaite également faire émerger des pistes de réflexion originales en fédérant des initiatives malheureusement trop souvent dispersées.

Continuer la lecture

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website