Archives de catégorie : Analyses

Forum Mondial de l’Eau et Forum Alternatif Mondial de l’Eau : quelles formes de légitimité employées pour justifier leurs actions ?

Du 12 au 17 mars dernier s’est tenu à Marseille le 6e Forum Mondial de l’Eau (FME). Tandis que cet événement débutait au Parc Chanot, le Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME) s’organisait du 14 au 17 mars, de l’autre côté de la ville, au Dock des Suds.

Le FME est un événement organisé tous les trois ans depuis 1997 par le Conseil Mondial de l’Eau et le Comité Mondial de l’Eau, en partenariat avec la Ville de Marseille, la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole, le Conseil Général des Bouches du Rhône, le Conseil Régional PACA, et autres partenaires privés tels que Suez Environnement, réunis pour affronter les problèmes liés à l’eau dans le monde.

Continuer la lecture

Les pratiques de chasse comme affirmations politiques du principe d’autochtonie : dimensions territoriales des luttes cynégétiques.

 

Voici le texte d’une position de thèse de doctorat en sociologie écrite par Christophe Baticle

 

 Les pratiques de chasse comme affirmations politiques du principe d’autochtonie : dimensions territoriales des luttes cynégétiques.

Christophe BATICLE

 

Thèse de doctorat de sociologie et d’anthropologie, préparée sous la direction de Jean Copans, anthropologue professeur à l’Université Paris 5 René Descartes et la sous la co-direction de Bernard Kalaora, sociologue professeur à l’Université de Picardie Jules Verne et conseiller scientifique au Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres. Soutenue à Amiens, devant un jury présidé par Michel Marié (sociologue et anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS), composé de Jean-Louis Fabiani (sociologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris -rapporteur), Dominique Darbon (politiste, professeur à l’Institut d’études politiques de Bordeaux -rapporteur) et Olivier Lazzarotti (géographe professeur à l’Université de Picardie Jules Verne, directeur de l’équipe de recherche « Habiter : processus identitaires, processus sociaux »). 910 f° hors annexes et documents intercalaires, cartographie, planches photographiques, 3 volumes, mention très honorable avec les félicitations du jury, à l’unanimité.

Natures et cultures : prédation et civilisation

            S’il est des pratiques qui provoquent la polémique, voire l’aversion, la chasse peut prétendre plus que jamais à intégrer les premières places de ce palmarès des conflits sociaux avérés. « Passion » avancée par les uns comme intrinsèquement partie prenante de leur existence, versus détestation du côté des plus virulents de leurs contradicteurs, la quête cynégétique laisse peu de monde indifférent, alors qu’il semble bien que ce soit peut-être encore davantage les chasseurs que la chasse elle-même qui fasse l’objet du casus belli. Un motif supplémentaire pour valider l’intérêt des sciences sociales quant à cette pratique, qui pose la question de la manière dont nos sociétés sont de plus en plus régulièrement amenées à renégocier ce lancinant débat sur l’administration de la mort à l’égard des animaux, en particulier ceux qui convoquent avec leur évocation un imaginaire du sauvage qui a à voir avec la crise de la modernité.

En disparaissant peu à peu dans les vapeurs de la mystification, le mirage d’un progrès continu et ascensionnel, perçu au travers du prisme évolutionniste, a laissé libre cours à une nouvelle utopie : celle d’une « réconciliation » de l’homme et de l’animal, voire d’une refondation du contrat social appliqué à la nature, qui rejetterait cette dichotomie anthropo-centrée, au profit d’un « contrat naturel », dans lequel l’instrumentalisation de la bête ferait place aux « droits de l’animal ». Face à cette sensation d’un avenir prometteur qui s’échappe, l’animal présumé vivre à l’état libre dans la nature se voit investi d’une charge redoublée pour représenter un stade historiquement révolu de l’anthropisation du monde, à un tel point qu’il est en passe de voir son statut juridique évoluer de la res nullius, appropriable par tout un chacun moyennant quelques règles, à celui de la res communis, relevant du « patrimoine commun de l’humanité ». Autrement dit, il s’est agi dans cette réflexion d’appréhender l’acte de chasse comme partie prenante d’un processus de civilisation plus large, désormais en butte avec un concurrent qui lui dispute sa suprématie. Face à ces enjeux qui regardent à minima l’Europe occidentale, les arpenteurs du finage villageois que sont les chasseurs opposent souvent un bouclier qui porte le blason de la « tradition », sans que celle-ci ait une signification autre que celui d’une « ligne Maginot » symbolique, quant à cet « art de vivre » qui s’évertue à taire les positions des uns et des autres dans la stratification sociale. Nous avons cherché à passer discrètement derrière ce rideau bien-pensant de la « culture de la nature », sorte de sophisme qui se déduit des slogans syllogistiques : « la chasse, c’est naturel », « la nature est notre culture », tout en creusant la réalité culturelle du rapport au substrat physique que l’on nomme « nature », mais en le replaçant dans les problématiques de l’ici et du maintenant, pour des acteurs sociaux impliqués dans nombre d’autres situations conflictuelles, à commencer par celles du champ professionnel.

Cachez cette mort que je ne saurais voir

Pour tracer quelques liens très schématiques et donner les lignes de crêtes qui structurent notre propos, on pourrait résumer en précisant que ce travail vise à interroger les pratiques cynégétiques, en particulier en France et tout spécialement en Picardie, en tant que formes d’expression du rapport à la territorialité. Une territorialité tout autant imaginaire que très concrètement vécue comme à la fois trame et enjeu central des dissensions internes au monde local. En d’autres termes, parce que le « gibier » s’impose à la vue de tout observateur, son rôle d’objet transitionnel disparaît derrière la dimension sanguinolente et mortifère au fondement du geste cynégétique. Ce que chassent les nemrods ne se réduit ainsi pas à ce qui remplit la gibecière, mais au-delà c’est la giboyeusité elle-même qui sert de révélateur des modes de gestion du terroir, donc de la place qu’y occupent les chasseurs. Paradoxalement, non seulement la densité de fusils n’est pas inversement proportionnelle à faune recherchée, mais qui plus est la surveillance de tous par tous induit des formes d’auto limitation, qui témoignent d’une contrainte sociale endogène, faisant de chacun le « viandard » de son voisin. De même, au travers du discours des adeptes de Diane eux-mêmes, l’ambiguïté du rapport à la mort transparaît d’autant mieux que le « tableau de chasse » y est tout à la fois totalement central et complètement secondaire. S’agirait-il simplement d’une dénégation formelle à laquelle il ne conviendrait que d’appliquer les grilles de décodage du discours stratégique : réplique défensive face aux détracteurs, ou plus encore logorrhée à usage interne pour la conservation d’une estime de soi devant l’adversité des condamnations sans appel ?

Ce n’est pas ce chemin déjà très emprunté que nous avons choisi de suivre, mais un escarpement qui ne se perçoit que lorsque l’on se positionne en contrebas de l’objet visible, au centre du petit monde social dans lequel la chasse prend tout son sens. Car au-delà de l’image d’hommes en kaki qui parcourent la plaine et les bois, qui escaladent les collines et gravissent la montagne, se terrent dans les huttes des marécages ou des estuaires, entre nombre d’autres modes de pratique, c’est systématiquement le lien avec cette démarche qui consiste à parcourir les lieux et/ou à les occuper qui est revenu avec force dans nos observations. En vis-à-vis, se posait immédiatement une interrogation lourde de signification quant à la légitimité que chacun se donne à exercer cette captation sur le désormais « patrimoine naturel ». En conséquence directe, la recherche de déterminants sociaux structurellement impliqués dans la propension de certaines régions à orienter vers le port du fusil une part conséquente de leur population masculine, ne débouche pas exclusivement sur les possibilités offertes par les biotopes. Si l’histoire des relations locales à la nature se trouve nécessairement impliquée, c’est également le statut du territoire qui est posé comme reconnaissance primordiale, hic et nunc, pour les populations les plus en marge des “bénéfices” de la globalisation. Ce détour par les « traditions » n’enlève ainsi rien aux enjeux très contemporains, qui font qu’en restreignant, même à la marge, les dates de chasse de telle espèce d’anatidés, c’est le pouvoir de décision du cru qui s’estime floué, d’autant plus que l’instance décisionnelle est ressentie comme distante, géographiquement et sociologiquement parlant.

Au-delà de la fonction d’exutoire social attribué à la chasse, ce « jeu » avec l’espace, qui ne se confond pas avec « un loisir comme un autre » tel qu’on voudrait parfois le présenter, exprime donc encore la manière dont une collectivité territoriale se vit dans un concert de plus en plus mondial. Une autre formulation du projet initial reviendrait en somme à s’interroger plus prosaïquement quant à ce que chasser veut dire réellement, pour des cynégètes revendiquant l’authenticité de leur quête, alors qu’en mettant au contraire tout en œuvre afin de promouvoir une « gestion » parfois particulièrement technocratique de la faune sauvage, c’est l’administration du territoire qui transparaît. Dans quelle mesure ils s’éloignent de la vision vestigiale de la prédation vivrière pour se situer dans la concrétude de leurs existences socio-économiques ? Mais l’originalité de cette liaison entre l’être et le faire tient ici dans le localisme qui préside à la mise en exergue de la chasse comme le totem d’une ruralité fantasmée, désormais en passe de se fondre dans des aires métropolitaines tentaculaires.

La méthode, les méthodes

            Avec le recul, il semble que s’il a été possible de s’éloigner de la pente la plus communément admise sur le sens de la chasse, c’est via la démarche adoptée qu’on pourrait l’expliquer. Le choix qui a prévalu tenait en effet à adopter dans un premier temps la posture du « traqueu », ce porteur de bâton qui, comme son nom picard l’indique, « traque » le gibier et le rabat vers les tireurs ; moyen favorable à l’introduction dans le milieu sans générer le soupçon d’objection tacite. Car s’il est exact que la « communauté » se présente extérieurement très fermée, c’est d’abord en raison du syndrome obsidional qui la travaille ; se vivant à la manière d’une confrérie d’hommes de sang incompris de leurs contemporains, leur perception des « intrus » aboutit nécessairement à une dichotomie manichéenne faite d’alliés et d’adversaires. En revanche, la participation à l’action de chasse sans jugement de valeur, concoure à relativiser cette fermeture, de même que l’unité affichée par le monde de la chasse, et fournit un crédit sans comparaison aux dissensions exprimées entre sous-groupes de pratiquants. Une méthode d’approche qui servit également de révélateur quant à l’appréhension que représente parfois ce terrain chez nombre d’universitaires, puisque la question redondante revenait à s’étonner de la facilité avec laquelle il était finalement possible de participer à cet indicible.

Le second avantage que fournit une telle ethnographie de la marche, sur la longue période, à travers plusieurs régions (dont Picardie, Pyrénées, Normandie) et dans différents modes de chasse, c’est de formuler des hypothèses par induction, sans que le « cadre théorique » ne s’impose sur ce qu’il serait bon de regarder a priori. Le résultat en est troublant jusqu’à se rapprocher du doute cartésien, tant l’amoncellement des informations rend délicat le fait de retenir une ligne directrice au milieu d’éléments apparemment si contradictoires. Pourtant, c’est ce temps passé dans les ronciers et les pavillons de chasse qui a permis de saisir par la suite le sens des données chiffrées et des plans factoriels. Les déductions ne sont effectivement venues que dans la période suivante, pendant laquelle de lourdes enquêtes ont permis d’investir différentes directions. On peut distinguer à ce niveau trois sources principales. La première et la plus massive sur le plan quantitatif (5 240 réponses exploitables) tient dans une enquête par questionnaires auprès de l’ensemble des 28 000 chasseurs de la Somme, interrogés quant à leurs systèmes de représentations, en regard de leurs identités sociales et pratiques de chasse. Associées à plusieurs biographies exemplaires, les trajectoires sociologiques sont à même de fournir des typologies qui dénaturalisent l’attirance en faveur de la mise à mort ou le « goût » pour telle ou telle manière d’exercer, et ce toujours en lien avec des configurations territoriales.

Ensuite, deux longues études sur les sites Natura 2000 de la côte picarde, hauts lieux de la « fièvre cynégétique » et fiefs politiques nationaux du Chasse, Pêche, Nature et Traditions (CPNT), complétées par des recherches comparatives sur deux sites de la basse vallée du fleuve Somme, et une troisième le long de l’Authie en limite du Pas-de-Calais, ont rendu possible la constitution de bases de données à propos de ce saint des saints, « Mecque » des chasseurs de gibier d’eau, « Corse du Nord » des sauvaginiers. Au total plusieurs dizaines d’entretiens approfondis, des dizaines de journées d’observation in situ et près de 800 questionnaires de plus de 90 variables fournissent une occasion privilégiée de saisir l’impact symbolique que porte en elle toute politique territoriale, encore plus si elle émane du niveau européen, là où l’espace reste la dernière valeur prétendument intangible devant un univers qui paraît mouvant, instable pour les relégués d’ici. Comme le formula habilement un fin connaisseur de la vie politique sur le littoral picard : « au moins notre Baie de Somme, on ne la délocalisera pas. »

Enfin et en parallèle, des études ponctuelles ont permis de contextualiser certaines formes de chasse dans leurs environnements socio-spatiaux. Ainsi, des recherches menées sur des sujets aussi variés que les résistances ruralistes à un projet de ville nouvelle dans la campagne picarde, ou encore les oppositions à l’implantation de la troisième plate-forme aéroportuaire du grand bassin parisien, apportent des compléments qui resituent le cynégétique dans un cadre sociogéographique plus large.

On ne sera logiquement pas surpris de retrouver, sous l’angle disciplinaire, une approche à la fois socio-anthropologique et historique, combinée à la géographie électorale du vote en faveur du « parti des chasseurs », ce dont la composition du jury se fait l’écho. Il ne nous a pas semblé pertinent d’en rester à la sociologie des pratiquants, tant les luttes cynégétiques obligent à notre sens à embrasser différentes dimensions, qui réunies soulèvent la problématique identitaire.

L’identité au bout de la digue

Quant à l’organisation du texte, les deux premières parties visent à restituer ce sens global de plusieurs années de prospections tournant autour d’un thème central : les spatialités d’hier et d’aujourd’hui, généralement dans les espaces dits ruraux et en particulier avec la chasse bien entendu, mais seulement dans la mesure où cette mise en jambe est apparue comme la plus révélatrice de ces questionnements identitaires qui tiraillent les territoires désormais en marge de l’urbanité généralisée. C’est la raison pour laquelle, de l’étude du monde associatif, jusqu’aux quartiers populaires urbains, avec parfois des pratiques de défense territoriale étonnement ressemblantes à ce qu’il est donné d’observer dans l’univers des propriétaires microparcellaires “géophages”, plusieurs sources ont été mobilisées, rompant avec les « règles de la méthode ». Mais par ailleurs, la forme prise par le travail ne se comprendrait pas sans une position personnelle atypique, “imbibée” dans cette culture du lieu. En ce, le regard porté sur les détenteurs de minuscules lambeaux de terrains, qui semblent vouer un culte païen à leur emprise spatiale, nous a grandement aidé à accéder au système de pensée des « ratindeux », ces « petits chasseurs », comme ils s’appellent eux-mêmes, à l’affût des grands domaines qui laissent s’échapper la faune populeuse qu’ils abritent. Rivalités sociales au final, qui ne sont jamais très éloignées, on le voit, des confrontations de surface et pour la surface.

Il ressort de cette première étape que, par delà les problématiques de la chasse et l’histoire de son encadrement socio-juridique, les « néochtones » (issus des nouvelles formes d’autochtonie) investissent une pratique hautement symbolique. A sa manière, leur démarche emboîte le pas aux modes de socialisation de l’espace, qui, en fondant un être au monde, permettent la revendication du lien territorial comme mode de légitimité, dans des territorialités rurales cependant en crise, dont les formes de sociabilité s’effritent jusqu’à l’affrontement avec une altérité tant réelle que fantasmée. Mais en concomitance avec cette acception du rapport entre espaces et sociétés, la communauté villageoise « civilisant les broussailles », imprimant en quelque-sorte sa marque au terroir, nous avons voulu également adopter l’autre versant, qui rend à la territorialité sa puissance de socialisation, par la matrice des signes qu’elle offre à ses usagers. De par cette approche socio-territoriale, se perçoit le rôle que s’est donnée la quête giboyeuse, se réclamant davantage désormais de la quintessence d’un jeu à l’espace du finage, et ce alors qu’elle fut l’intruse : le cheval de Troie des loisirs bourgeois, pour une « campagne inventée » à destination des nouveaux esthètes du sport désintéressé. Néanmoins, les oppositions entre l’ordre de l’utilitaire et celui d’une symbolique qui en serait le complémentaire, méritent d’être discutées, car même avant la révolution néolithique le jeu avec l’animal fut toujours de mise.

Après ces premiers regards parfois très microsociologiques, voire la plupart du temps ethnographiques, la troisième étape s’est donnée pour objectif d’élargir l’angle, afin de décrire statistiquement parlant ces chasseurs de la Somme, soit un département qui se présente, tout en se voyant assigner le rôle de « pays des chasseurs ». Une assise quantitative qui a offert l’occasion de mesurer la concrétude de ces relations aux territoires locaux, en contrecarrant les risques d’une absence de représentativité de terrains nombreux, mais rendus accessibles au travers du réseau relationnel.

Avec les quatrième et cinquième parties, il s’agit de réaliser un zoom sur cette partie du territoire départemental, ce haut lieu cynégétique qui à lui tout seul résume l’engagement le plus extrême pour la pratique : le littoral picard, dont les célèbres baies de Somme et d’Authie. Ici, on entre dans « la patrie des sauvaginiers », dont on dit chez les plus proches de Jean Saint-Josse : « Nous avons compris ce que c’était que d’être vraiment chasseur quand nous sommes allés là-bas ». Cette focalisation sur les hommes de l’ouest côtier a ouvert un chantier au cœur du questionnement, puisque ce qui reste le plus vaste site Natura 2000 de la France septentrionale est avant toute chose un laboratoire de biodiversité, qui tire son existence de séquences historiques centenaires, mais qui paradoxalement ont produit des paysages « sauvages » largement tributaires de logiques très anthropiques. La relation exacerbée qu’on y relève de la part des populations à l’égard des espaces dits « naturels », explique que toute intervention extérieure y soit plus sujette qu’ailleurs à une levée de fourches. Natura 2000 a de ce fait cristallisé toutes les oppositions à la politique européenne de protection de la nature, alors que ce dispositif d’administration des biotopes rares était qualifié de « vampirisme territorial » par le CPNT. Sur le terrain, pendant que la grippe aviaire défraie la chronique nationale, c’est « la grippe pavillonnaire » qui focalise les antagonismes, bien au-delà de celle atteignant les anatidés. Une façon d’exprimer, par la métaphore pathologique, un phénomène de développement résidentiel, mais plus encore touristique, qui en dit long sur le sentiment de déclassement affectant une part substantielle des résidants permanents, dont les plus modestes ont fait de la chasse le dernier domaine sur lequel ils estiment avoir une emprise. A tel point que le mythe transclassiste du village familial réuni autour de son clocher a fait écho dans la pratique cynégétique, amenant ouvriers du Vimeu et notables du Ponthieu à se fondre pour un temps dans le même combat autour des libertés d’usage du territoire.

Enfin, la partie conclusive cherche à établir une circulation entre le niveau local et le plan national en étudiant les « fiefs » électoraux du CPNT. Car si les chasseurs ont une prédilection développée à territorialiser leur pratique, ils reproduisent cette attitude dans les urnes. Mais ce ne sont pas n’importe quels territoires plutôt ruraux qui jettent leur dévolu sur « la France des différences », dans « la campagne des campagnes », mais ceux où la chasse est devenue le symbole d’une identité en quête de devenir. Les “traditions” sonnent alors comme des repères présumés stables dans une Europe quartier du monde, mais le CPNT ne s’y trompe pas en revendiquant le réengagement de l’État et le « progrès social au pays », surtout là où l’environnement géographique est construit à partir d’une « spécificité » identifiant le lieu en regard de son voisinage, pouvant se prévaloir de « différences » significatives vis-à-vis des usages allogènes de la nature. Pourtant, en arrière-plan de cette configuration du conflit, c’est avant tout de relégation sociale dont il est question, dans un contexte de crise profonde pour la conscience de classe.

En un mot, si au terme de ce travail la formule proposée un temps (l’homme est un lieu pour l’homme) nous apparaît excessive, force est néanmoins de constater la prégnance des liens à la territorialité hyper localisée, en complément presque logique de la mondialisation. En chassant, la majeure partie des pratiquants semble à la recherche d’un temps perdu. C’est en ce sens que l’étude de la pratique cynégétique intéresse les sciences sociales pour comprendre les transformations de la société française, via les relations entretenues à la nature. Parce que la chasse constitue une forme de fait social total, sa compréhension détient une capacité heuristique.

 

Christophe Baticle

UMR CNRS n°7319 CURAPP

Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique : Epistémologie et Sciences Sociales

Département de Sociologie-Anthropologie-Démographie

Université de Picardie Jules Verne, Amiens

 

Michel Marié, Eau, pouvoir et territoire

Avec l’aimable autorisation de Michel Marié, voici le texte de sa présentation

Eau, pouvoir et territoire

 

Conférence-débat du 9 mars 2012

au « Laboratoire  Population – Environnement – Développement »

                                                                      

                                   Michel Marié, anthropologue retraité du CNRS

 

Quand j’ai discuté avec Chantal Aspe des intentions de ce séminaire, j’ai d’abord pensé qu’il s’agissait de reprendre des travaux sur l’hydraulique et les hydrauliciens que j’avais fait il y a une trentaine d’années, alors que je travaillais sur le Canal de Provence, le Bas-Rhône-Languedoc et la Société du Haouz de Marrakech ; et de voir ce qui était encore valable aujourd’hui et ce qui ne l’était plus – soit parce que les choses avaient changé, ou que je m’étais trompé.

C’est pourquoi j’ai lu attentivement un certain nombre de vos travaux que Denis Baudequain m’a procurés, particulièrement ceux de Chantal Aspe, Thierry Ruf, Mohamed El Faiz, Marwan Ladki, Giotti, Christian Tamisier, Gilles Ferreol,… Je crois beaucoup à ce genre d’approche qui consiste à voir ce que disent les chercheurs d’un autre temps, dans la durée, pour ajuster son propre regard. Dans le fond, c’est un peu cela le but de ce séminaire : voir comment s’est construit un discours des sciences humaines sur des questions qui, dans les années 70/80 étaient encore à l’époque à peu près entièrement réservées aux ingénieurs et aux hommes politiques.

Je me souviens, quand j’ai commencé à travailler sur ces questions, parce que j’habitais à trois cents mètres du Canal de Provence, et que je ne comprenais pas grand-chose aux discours dominants à l’époque sur le fonctionnement de cette nouvelle hydraulique, mon premier geste a été de rendre visite au directeur de la société. Et celui-ci m’a gentiment mis à la porte en me disant : « je ne vois pas très bien ce que vient faire un sociologue au canal de Provence. Tout a déjà été écrit, et vous n’avez qu’à lire les trois bouquins dont il m’a donné les références – et qui étaient une sorte de mélange de documents techniques et d’hagiographies du prince, où l’on passait directement, sans trop s’occuper des périodes intermédiaires, d’Adam de Craponne à la SSBD, c’est-à-dire à l’histoire récente de la mise en place de la Société.

Si sur le moment j’eus quelque tendance à mal le prendre, je considère aujourd’hui cette mise à la porte comme une bénédiction, comme une sorte de défi qu’il fallait à tout prix relever et qui m’a donné le courage de travailler de nombreuses années sur des questions qui, à l’époque, n’étaient pas tellement au goût des sciences humaines. Je peux dire aujourd’hui qu’avant même les nombreuses enquêtes que j’ai pu faire sur ces nouvelles formes d’hydraulique, c’est d’abord en travaillant sur les amnésies découvertes dans les trois ouvrages indiqués par le directeur du Canal (particulièrement celle de l’apprentissage colonial des ingénieurs, totalement occultée, ou encore l’impasse totale faite sur l’ancienne hydraulique, et particulièrement le vieux Canal du Verdon auquel la Société était directement confrontée) que j’ai commencé à construire mes principales hypothèses de travail.

Voilà donc ce que j’ai pensé lorsque Chantal m’a proposé d’intervenir. Et puis, très rapidement en préparant cette intervention, je me suis rendu compte que cet aspect franco-français de ma réflexion sur les rapports hydraulique/territoire n’était pas suffisant. C’est qu’après tous ces travaux sur l’hydraulique du midi de la France, il m’est arrivé une série d’événements que je ne peux passer sous silence. En 1981, alors que j’étais un jeune retraité de 70 ans, et que je ne connaissais encore rien du Mexique, une université mexicaine m’a demandé de faire une série de conférences sur mes travaux dans le bassin méditerranéen, face à un public de chercheurs composé d’historiens, de sociologues, d’anthropologues, d’agronomes, économistes et ingénieurs, et dont l’intérêt était de se servir de mes travaux comme approche comparative pour ensuite nourrir toute une réflexion analytique et critique sur leurs propres expériences hydrauliques.

Et quelle ne fut pas ma surprise de voir que, pour moi qui ne savais encore rien du Mexique, les approches que j’avais développées devant les Mexicains concernant notre propre société non seulement avaient été écoutées, mais leur servaient à rendre compte de leurs propres problèmes.

Depuis cette date de 2001, j’ai fait 7 voyages de travail dans cette même université et, en profitant pour faire à chaque fois un peu de tourisme, c’est comme ça que je commence à connaître un pays qui, en dépit de ses problèmes de drogue, me séduit au plus haut point.

Sans doute une des raisons de cette séduction est le fait qu’il s’agit d’un pays de très ancienne culture, profondément marqué par son métissage, par son interculturalité, et par toutes sortes de formes de syncrétisme qu’on trouve non seulement dans les phénomènes religieux – à voir par exemple la manière dont le monde indien évangélisé, le plus souvent par la force, a su introduire ses propres rites, ses propres valeurs, ses propres images dans les pratiques coloniales qui s’imposaient à lui – mais aussi au plus haut point dans la vitalité de ses marchés, dans la richesse et les colorations de son artisanat et de son tourisme, et enfin dans la manière dont il gère son eau et ses territoires.

En 2004 mes conférences ont d’ailleurs été éditées dans un livre qui s’appelle « Las Huellas Hydraulicas en el territorio, la experiencia francesa » et dans lequel, après avoir longuement disserté sur la fondation du Canal de Provence dans une perspective de longue durée et sur la permanence des tensions et conflits d’eau dans le sud de la France, en Espagne et au Maroc, j’essaye d’engager une réflexion méthodologique sur les différentes formes de construction du regard nécessaires à l’approche de telles questions.

Et l’un des principaux intérêts de ce livre, je crois, est de commencer par une très longue introduction où deux de mes interlocuteurs, tous deux professeurs mexicains (Francisco Peña et Claudia Cirelli), tentent d’expliquer en quoi ils se sentent concernés par mes formes d’approche, et en quoi ils en diffèrent.

Et, depuis l’an dernier (2011), les mêmes interlocuteurs qui m’avaient convoqué il y a dix ans pour leur parler d’hydraulique, viennent de m’inviter à l’écriture avec eux d’un livre sur la question des rapports entre la gestion de l’eau et le territoire et qui, je pense, va s’appeler « qu’est-ce qu’un territoire aujourd’hui au Mexique ? ».

Et ce qui me paraît particulièrement intéressant dans cette écriture à plusieurs mains est d’abord la manière dont sont abordées toutes sortes de phénomènes d’hybridation, de métissage que l’on rencontre au fil du temps dans la composition d’un territoire où s’imbriquent, s’opposent ou se conditionnent entre eux toutes sortes d’acteurs différents.

Ce que je retiens donc de cette nouvelle approche, de ce passage par le Mexique, c’est qu’il peut servir de miroir, de mise en perspective. De même que le passage par le temps long, par la longue durée que j’avais souvent pratiqué dans mes débuts, je crois que le voyage, le déplacement dans l’espace, dans une autre culture que la nôtre, peut donner une sorte de profondeur de champs (comme on dit en photographie), de profondeur du regard qu’on n’aurait pas autrement. Cette profondeur du regard, je l’avais déjà un peu éprouvée il y a trente ans quand je voyageais de l’autre côté du Rhône, en Espagne ou au Maroc. Mais je crois que ça prend une toute autre dimension avec l’expérience mexicaine.

La logique d’interventionnisme volontaire

 

Alors, avant de vous parler de conflit, il y a un premier thème que je voudrais développer avec vous, et qui est la manière dont les grands projets hydrauliques promus par des institutions publiques depuis la fin du XIXème siècle tant au Mexique qu’en France pour transformer d’importantes surfaces en zones de production agricole intensive et pour produire de l’énergie électrique, se sont confrontés aux pratiques traditionnelles de gestion de l’eau au niveau des sociétés locales.

Très souvent cette irruption des grands projets et leur prise en charge par les institutions publiques est présentée comme un phénomène dominant. C’est aussi vrai pour la France que pour le Mexique où le dessèchement des lacs, des lagunes et des zones humides a été un phénomène dominant dans la recomposition des territoires jusqu’au milieu du XXème siècle, ainsi que la construction des grands barrages qui s’est imposée à partir des années 40 sur le modèle de la Tennessee Autority, programme de grands travaux mis en place par Roosevelt en 1934, et qui a joué de par le monde et particulièrement au Mexique un rôle de modèle.

Mais ce qu’il me faut en même temps relever c’est l’apparition, du moins depuis que je fréquente le Mexique, d’une importante littérature sur l’articulation de ces grands projets avec les formes spécifiques de contrôle et de gestion des ressources hydrauliques locales : ce que mes amis mexicains appellent la « hydraulica incremental » (opposée à la « hydraulica planificada ») me paraît être une bonne manière d’appeler, de nommer tous ces processus de friction, de conflit, d’ajustement et de négociation entre les agents chargés des grands projets et une grande diversité d’acteurs locaux qui finissent par avoir un certain pouvoir de modification de ce qui a été planifié. Cette notion d’hydraulique incrémentale me paraît tout aussi valable pour parler de la Provence, à savoir la rencontre de deux sortes de culture de l’eau :

La première, incarnée par le Canal de Provence, et que je résumerai brièvement en disant qu’il s’agit d’une logique d’interventionnisme volontaire à grande échelle, dans la mesure où il fallait changer le fonctionnement hydraulique d’une région, non seulement régulariser des cours d’eau alpins capricieux, mais en même temps faire passer l’eau d’un bassin à l’autre pour satisfaire une demande à la fois agricole, urbaine et touristique ; donc creuser des galeries souterraines, faire des barrages, travailler et parfois bouleverser l’espace.

Et j’ai alors essayé de montrer dans mes travaux en quoi – la capacité acquise dans les années d’après-guerre de créer des barrages-masses (comme ce fut le cas de Serre-Ponçon) – mais aussi l’avènement d’un pouvoir fort, dégagé des dépenses coloniales, – l’importance du modèle EDF en matière d’expérience ingénieuriale, de gestion de clientèle et de tarification au coût marginal – et enfin l’expérience coloniale du Maroc (en ce qui concerne le Bas-Rhône-Languedoc, créé l’année même de l’indépendance marocaine) et l’expérience coloniale de l’Algérie (et particulièrement de la région oranaise) en ce qui concerne la Société du Canal de Provence – ces diverses expériences ont joué un rôle fondamental dans la mise en place de ce modèle de l’état entrepreneur, de l’économie dirigée ou de l’aménagement du territoire, c’est-à-dire, pour donner une image un peu colorée, le modèle de la « pax romana », comme phénomène civilisateur, apporté de l’extérieur.

Je crois qu’une des dimensions essentielles de cette culture de l’eau est qu’elle est fondamentale-ment économiciste : – économie de gestion d’abord, que l’on peut faire par la maîtrise des barrages et des canaux artificiels, par la régulation des flux et leur rentabilisation, depuis les sources jusqu’à la mer, même si l’eau peut être utilisée plusieurs fois et pour des usages divers. Les techniques de « régulation aval » inventées à Oran dans les années 60, reprises ensuite par la SCP, permettront de ne prélever dans le milieu naturel que ce qu’il est strictement nécessaire de prélever. – économie foncière ensuite, puisque avec le réseau enterré, il n’y a plus à remodeler le territoire. – économie de socialisation enfin ; à partir du moment où l’eau est livrée individuellement et qu’il n’y a plus le tour d’eau, la société peut se libérer de tous les intermédiaires et particulièrement des associations d’irrigants (ASA), créées pour la desserte des moulins et l’irrigation gravitaire ; donc l’instauration d’une sorte de rationalité ingénieuriale, libérée de toute représentativité paysanne ; ce que Paul Pascon, qui a été le premier directeur de la Société du Haouz, appelait la « culture de la planche à dessin » (et que les anthropologues mexicains appellent « la cultura del restirador »), c’est-à-dire une vision du monde où tout le social doit être contrôlé dans le sens de l’intérêt général, de la continuité et de l’équité du service, ordonné par l’organisation intégrée de l’appareil technique.

Et en ce sens on pourrait dire que de l’hydraulique traditionnelle à l’hydraulique planifiée telle que je viens d’en parler il y aurait un peu la même distance que celle que l’on trouve entre l’habitat traditionnel et l’habitat moderne, tel que décrit et exalté par Le Corbusier : – même disparition des vieilles solidarités de voisinage et d’inter-génération, – même apparition de nouvelles formes de liberté dans les relations. Ainsi les techniques de distribution d’eau urbaine et d’eau agricole, naguère très différentes, deviennent comparables. Dégagée des vieilles contraintes sociales, la SCP fait son entée dans un autre monde, celui de la ville où règnent en maîtres les « sociétés des eaux ».

L’autre logique d’action : de la planification au changement capillaire, de l’aménagement au ménagement.

 

La deuxième logique d’action, la deuxième ligne d’interprétation historique que je découvrais en étudiant le canal de Provence – et qui se confronte avec celle dont je viens de parler, c’est-à-dire la ligne interventionniste, planificatrice, aménagiste, – serait plutôt de l’ordre de ce qu’un ami sociologue Dominique Lorrain appelait « changement capillaire », ou les amis mexicains « cambio incremental », c’est-à-dire des changements qui sont tout aussi réels que les changements dont je viens de parler, mais qui procèdent beaucoup plus par tâtonnements, par contact rapproché, par bricolage, par des mélanges subtils de conflits et de négociations.

Cette autre logique de l’action, je l’ai d’abord rencontrée dans la manière dont, après la construction du réseau qui est le premier geste essentiel de l’ingénieur, le « marchand d’eau » est amené peu à peu à prendre le relais de l’aménageur. Au risque de caricaturer un peu, je dirai qu’on peut être gestionnaire de l’eau sans être aménageur, ce qui est le cas des sociétés fermières ; mais qu’on ne peut pas être aménageur sans avoir des ressources, sans être en même temps commerçant, ce qui est le cas des sociétés d’aménagement telles que la SCP et le BRL. Mais entre ces dernières sociétés, qui ont des origines très communes (expériences coloniales, intervention de l’état,..), il y a eu de très grosses différences ; Alors que le BRL a eu de très grosses difficultés pour n’avoir pas trouvé de ressources suffisantes, la SCP s’en est très bien tiré grâce au fait d’avoir très vite bénéficié de financements urbains et périurbains.

Cette autre logique du changement capillaire, je l’ai ensuite rencontrée lorsque j’ai étudié comment, dans sa propre histoire, la Société du Canal avait dû composer avec l’ordre que lui avait donné le pouvoir central d’incorporer dans son projet l’existence d’un vieux canal construit à la fin du XIXème siècle pour alimenter Aix avec les eaux du Verdon, et qui fonctionnait très mal (le fameux Canal du Verdon, qui perdait quasi toute son eau en cours de route). Jusqu’alors on avait dépensé de grandes sommes d’argent venant du Plan Marshall pour réparer ce réseau. Pour les ingénieurs que j’interviewais à l’époque, l’expérience du vieux canal était considérée comme une catastrophe. Je pensais au contraire qu’elle avait eu des aspects très positifs. Je veux dire par là qu’à la différence des expériences coloniales et des pratiques courantes du Bas Rhône Languedoc où ils n’avaient rencontré aucune résistance, dans le cas de la Provence les ingénieurs eurent très tôt à se confronter aux sociétés locales et à intégrer le pouvoir politique local dans les affaires de service public et d’intérêt général.

A la différence du BRL où Philippe Lamour, confronté à un pouvoir urbain relativement disséminé, pouvait jouer de la division pour régner, le Canal de Provence au contraire devait tenir le plus grand compte d’une ville millionnaire et de son puissant maire qui d’ailleurs s’empressa de concéder au Canal de Provence la desserte des eaux industrielles de Fos sur Mer pour mettre au pas sa société des eaux qui rechignait à moderniser le canal dont il avait la charge (le Canal de Montricher construit au milieu du XIXème). Ainsi les ingénieurs du nouveau canal eurent très vite à apprendre des choses qui n’avaient pas été prises en compte lors de la négociation initiale entre le Ministère de l’Agriculture et l’EDF : à savoir l’existence d’une demande sociale très diversifiée : non seulement les demandes agricoles, mais aussi celles de la ville, de l’industrie, du tourisme et de l’urbanisation des campagnes.

Évidemment la rencontre de ces deux logiques apparemment contradictoires que je viens de mentionner, celle de la planification centralisée et celle des arrangements locaux, n’a pas été immédiate. Il a fallu une quarantaine d’années pour qu’elle se mette en place, ce que j’ai essayé de raconter dans des textes auxquels je vous renvoie.

Pour en terminer avec ce que je viens de dire j’aimerais ici prendre quelque distance et vous présenter quelques idées qui n’ont pas été tout de suite évidentes et que sans doute le passage par le Mexique m’amène à formuler avec un peu plus de force.

La première est que quand les ingénieurs construisent un réseau hydraulique – mais c’est tout aussi valable pour la construction d’une autoroute ou d’un pont – ceux-ci n’agissent pas en terrain neutre. L’espace des techniques n’est pas un espace cartésien, isochrone et isomorphe, sans propriétés, sans particularités, pas plus que le temps d’ailleurs. Au contraire ce sont des espaces chargés d’humanité, d’images, de langages et de symboles.

Alors si on veut comprendre comment fonctionne un système hydraulique, il n’est pas suffisant de voir ce que les objets produits par les ingénieurs font à l’espace (ce qu’il est d’ailleurs très important de comprendre), mais aussi comment en même temps, par adaptation réciproque, par conflit et par négociation, par syncrétisme et par mimétisme, les sociétés agissent sur le réseau technique.

D’où cette autre idée que je retrouve dans beaucoup de textes et qui consiste à montrer combien il est essentiel pour avoir une vision correcte de ces phénomènes réciproques entre techniques et sociétés de porter son regard en permanence sur l’entre-deux, sur tous les entre-lieux et tous les entre-temps comme phénomènes actifs de l’hybridation. « Intersticiels instituants » faudrait-il dire, car ce sont des lieux ou des circonstances où s’opère toute l’alchimie des groupes en formation. Et pour cela il faut beaucoup de temps.

Que font alors le plus souvent les techniciens et les décideurs ? En instaurant le temps de l’urgence, ils mettent l’espace sens dessus dessous. Tout ce travail de l’entre-deux dont il vient d’être question, tout ce travail de la transition qui passe par des jeux complexes entre le conflit et la transaction, tout ce travail de germination des tissus conjonctifs, qui réclame beaucoup de temps, est comme écrasé, réduit à néant par la tyrannie des objets techniques.

Tensions et conflits d’eau

 

D’où la deuxième question que je voudrais maintenant aborder et qui est celle du conflit. Si on regarde ce qui s’est passé lors des 50 dernières années dans le sud de la France, on peut penser qu’il y a eu parfois des tensions énormes. Il m’est même arrivé de penser que certaines situations étaient d’une telle injustice que l’on pouvait regretter qu’il n’y ait pas eu de conflit. Mais en même temps ce qui généralement m’est apparu est le fait qu’il est très rare qu’un conflit éclate, qu’il se manifeste de façon ouverte.

En réalité je pense qu’il y a un double problème qui, semble-t-il, vaut autant pour le Mexique que pour la France : – le premier est d’expliquer pourquoi on a besoin de parler de conflits, alors qu’ils existent si peu dans la réalité. Il y a une quinzaine d’années, je devais faire une conférence à la Biennale de Venise sur mon travail en Provence. Et les organisateurs, sans même me demander mon avis, avaient appelé mon intervention « la guerre de l’eau » ; et, faisant référence à la guerre de Troyes de Giraudoux, je l’ai appelée « la guerre de l’eau n’aura pas lieu ». Pour comprendre un tel paradoxe je crois qu’il est nécessaire d’user de toutes les ressources que nous fournissent les sciences humaines et politiques pour comprendre comment les hommes peuvent manier simultanément la force et l’astuce, la violence et la négociation, la dénonciation et le camouflage des conflits.

La seconde idée qu’il me paraît intéressant de débattre est que souvent les conflits qui surgissent à propos de questions d’eau apparaissent à ceux qui les vivent ou les observent comme des phénomènes pathologiques de la vie sociale ou, pour le moins, des sortes de débordements passagers qu’il convient de maîtriser et d’éliminer selon une organisation sociale dont l’essence même est de pencher vers l’harmonie.

M’appuyant sur une quinzaine d’années de travail de terrain, sur la lecture de la presse locale de trente années consécutives, et sur de très nombreuses enquêtes qu’il ne me reste malheureusement pas le temps de commenter dans le détail, je dirai seulement que j’en suis arrivé au contraire à penser que le conflit (ou plus exactement la situation tensionnelle) est non seulement un fait permanent dans cette région, mais que, loin d’être un simple débordement de passage, une faille du système, il doit être considéré comme un phénomène totalement normal, inhérent à la production des relations sociales, et même plus, inhérent à la structuration du pouvoir politique local, économique et symbolique.

Pour vous donner une idée de ce que je viens de dire là, je ne peux pas prendre en compte toutes les situations tensionnelles que j’ai étudiées dans les années 80. Je me contenterai de vous donner l’exemple de celles que j’ai pu observer entre trois institutions, trois cultures de l’eau que l’on rencontre et qui ont une grande importance en Provence.

– De la première, celle de l’état entrepreneur, celle de l’économie dirigée vers la colonisation du territoire à l’hydraulique, représentée par la Société du Canal de Provence, je pense avoir suffisamment parlé. Je crois qu’il faut cependant ajouter, pour bien comprendre ce genre d’institution et la tendance à l’opacité des conflits qu’elle comporte, que celle-ci est dirigée par un conseil d’administration dans lequel participent des représentants de l’état central, des hommes politiques locaux et différents types de représentants des usagers. Dans le cas du canal de Provence ce conseil est tellement important que les hommes politiques les plus éminents de la région se sont engagés très fort dans les questions de l’eau, à la différence de son voisin, le Bas Rhône Languedoc.

L’avantage d’un tel compromis est qu’il permet la rencontre, le frottement permanent entre deux types de cultures, celle des hommes politiques et celle des techniciens. Ça permet la prise de décisions rapides, quand les positions sont suffisamment claires et qu’il n’y a pas trop de discordances. L’inconvénient est quand, en période de forte tension, le technicien soumis à la décentralisation du pouvoir, et donc au non soutien de l’état central, et n’ayant aucun moyen de mobiliser l’opinion publique, n’a d’autre ressource que de dissimuler les désaccords et de faire comme si tout allait bien.

– La seconde culture de l’eau dont il me faut dire un mot est celle des sociétés fermières, dites sociétés des eaux qui, bien qu’ayant souvent acquis une importance internationale, sont des institutions difficiles à comprendre dans des pays comme le Mexique.

L’un des critères où la différence entre les sociétés d’aménagement type SCP et les sociétés fermières est la plus notable réside dans la manière très différente dont chacune d’elle aborde la question du territoire, et plus en détail celle du monde politique local. Il me semble que l’intelligence des banquiers fondateurs des sociétés fermières est d’avoir compris très tôt que, dans un pays libéral, il y avait des places à prendre et de l’argent à faire entre un état national qui ne tenait pas tellement à s’occuper de réseaux que l’on a créés à la fin du XIXème siècle dans toutes sortes de domaines (l’eau, le gaz, l’électricité, les transports urbains,…), et les municipalités  peu ou mal équipées pour s’occuper de ces réseaux dans lesquels il y avait de fortes dimensions techniques. C’était un lieu intermédiaire idéal pour faire de l’argent sur la base de capitaux dont ils profitaient et qu’ils n’avaient pas à s’approprier.

L’autre caractéristique des sociétés fermières est leur capacité à construire, à partir du marché de l’eau qui a été leur point de départ et leur base d’enracinement politique, toutes sortes de stratégies de diversification (comme par exemple dans les pompes funèbres, dans les travaux publics, dans la communication,…) et de mondialisation qui en font aujourd’hui par exemple l’un des mentors de la Banque Mondiale.

– Et puis enfin il y a un troisième acteur tout à fait essentiel en Provence : l’hydraulique traditionnelle, le plus souvent sous forme de réseaux gravitaires. Une des caractéristiques essentielles de cette culture de l’eau qui date très souvent du moyen âge est d’avoir été conçue selon des règles communautaires très strictes. Il s’agit d’une hydraulique qui implique un important investissement humain.

Si on voulait la résumer je crois qu’on pourrait dire qu’il s’agit avant tout d’une hydraulique où l’eau n’est pas seulement une marchandise, un fluide transporté et consommé en surface, mais que ce fluide porte avec lui en même temps une économie, un système de relations sociales, un écosystème, des paysages et des fonctionnements politiques. C’est probablement le modèle qui s’approche le plus de l’idée actuellement très en vigueur de « gestion intégrée », c’est-à-dire d’une vision de l’espace qui est autant de l’ordre du patrimoine que de celui de marché.

J’ai vu en lisant vos textes que cette hydraulique connaissait toutes sortes de difficultés. Mais déjà à l’époque où je travaillais sur ces questions il y avait de sérieux problèmes. Le premier était lié au fait qu’un certain nombre d’agriculteurs échappaient aux règles communautaires des ASA en allant chercher l’eau sous terre et qu’ils tendaient ainsi à se soustraire du fonctionnement solidaire en nuisant à son financement. Et puis il y avait aussi le problème déjà assez développé à l’époque du remplacement de la rente agricole par celle de l’urbanisation et des résidences secondaires.

Et pour terminer, puisque je n’ai plus beaucoup de temps, je me contenterai de vous parler de quelques zones conflictuelles, car elles sont assez symptomatiques de ce que je vous disais sur l’opacité des conflits. Il s’agit d’abord de la relation entre la SCP et La Société Fermière de Marseille, qui était alors de 50 % Générale des Eaux et 50 % Lyonnaise des Eaux.

La première découverte que je faisais sur cette question est qu’il ne s’agissait pas d’une affaire épidermique, mais d’une véritable fracture entre les deux institutions et que cette fracture avait traversé toute l’histoire du canal de Provence.

– Le premier temps de la rivalité est en 1958 lorsque l’institution chargée de la création de ce qui va devenir la Société du Canal de Provence fit la demande de concession et qu’alors la Société des Eaux de Marseille intervint auprès d’un certain Giscard d’Estaing, alors Ministre des Finances, pour faire avorter le projet défendu par Claudius Petit (Ministère de l’Agriculture).

– Le deuxième temps de la rivalité s’est manifesté quand Deferre, qui à l’époque contrôlait assez mal sa société fermière, confia à la SCP le marché des eaux industrielles d’une zone que l’état central venait de construire à Fos ; ce qui pour le maire de Marseille présentait un double avantage : d’abord mettre au défi sa société fermière qui rechignait à moderniser son Canal de Marseille – mais aussi dire à l’état central que le Canal de Provence n’était pas seulement son affaire, mais qu’elle était aussi celle de la grande ville régionale et qu’il fallait compter avec Marseille pour mener à bien l’idée d’un réseau unitaire de la Durance jusqu’à la côte.

La troisième grande dispute se produisit quand la SCP décida de se lancer dans la distribution de l’eau potable dans le Var et spécialement quand elle voulut – selon ses propres méthodes et avec les eaux de la Durance – conquérir le marché touristique de la côte et qu’alors les élites politiques de la région s’en mêlèrent et firent appel aux Sociétés Fermières pour ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier, avoir une capacité de choix que leur refusait la SCP.

Enfin le dernier épisode conflictuel que j’ai pu observer s’est produit au moment où l’aménagement d’une nouvelle conduite d’eau potable pour alimenter la ville de Marseille, et qu’on appela « la branche est », devait être financé par la ville et que, sous l’influence de sa société fermière, le maire se refusa à ce financement, sous prétexte que les prévisions démographiques concernant la croissance urbaines avaient été excessives et que par conséquent il fallait s’en prendre à ceux qui étaient responsables de ces mauvaises prévisions.

C’est la permanence, la régularité des tensions que je viens d’évoquer qui m’ont amené à employer le terme d’ « antagonisme réglé », dans la mesure où chacun des antagonistes doit apprendre à vivre, à faire avec son antagoniste, et donc le garder relativement discret. Et c’est probablement à ce niveau de l’analyse qu’il conviendrait de parler d’un personnage tout à fait essentiel dans la gestion de ces formes d’antagonisme et que l’on appelle le « notable » ; personnage dont le rôle essentiel est évidemment d’être le représentant de son milieu, le tiers, le passeur avec le monde extérieur ; mais aussi celui qui joue un rôle peut-être aussi important, qui est celui de savoir ce qui peut être dit dans sa société, et ce qui ne peut l’être pour rien au monde, sous peine de graves conséquences. Et en ce sens on pourrait dire que le notable, c’est un peu comme le vêtement, qui est fait pour montrer mais en même temps pour cacher.

La seconde zone tensionnelle est celle que l’on rencontre entre la Société du Canal de Provence et les Sociétés traditionnelles d’irrigants. Cette tension je l’avais d’abord pressentie dans le cas du Maroc dans les piémonts de l’Atlas où, entre les deux guerres, les colons et plus récemment l’Office du Haouz avaient ébranlé les réseaux d’hydraulique traditionnelle en ponctionnant une partie de leur eau pour la faire venir dans la ville et sur ses alentours de plaine colonisée.

Dans le cas de la Provence, il est intéressant de voir comment le contrat de fondation de la SCP en 1963 avait souligné l’importance d’une frontière (le fameux seuil de Lamagnon) pour marquer la séparation entre les vieux réseaux et la nouvelle hydraulique.

Tant que l’hydraulique traditionnelle de réseaux gravitaires fonctionna bien, il n’y eut pas de problèmes. Les premières escarmouches se produisirent à ma connaissance quand, à la faveur d’une certaine urbanisation, ou parce que certains irrigants cherchèrent à ponctionner l’eau souterraine, il y eut un certain affaiblissement des revenus communautaires. On se posa alors la question de savoir si le réseau ancien devait conserver les mêmes règles de fonctionnement communautaire, ou au contraire devait adopter le modèle de l’hydraulique moderne, avec ses réseaux souterrains et la mise sous pression de l’eau.

A l’époque où je quittais la Provence l’Etat Central et l’Agence de Bassin cherchaient à mobiliser le Canal de Provence pour qu’il participe à la modernisation du réseau ancien. Je sais seulement que dans les années 90 il y eut un certain refus de cette intervention de la part des irrigants et de la Fédération des Syndicats agricoles qui les soutenaient. Le Canal de Provence réincarnait pour eux la figure centralisatrice de Paris et du pouvoir monarchique. Mais je ne sais pas du tout ce qui s’est passé par la suite. Vous le savez mieux que moi.

Voilà en gros quelques idées que j’ai essayé de résumer ici, et qui sont plus abondamment développées dans mes textes.

Je terminerai en disant que, tout au long de ce travail sur les rapports entre hydraulique et territoires je me suis largement inspiré d’un des pères fondateurs de la sociologie qui s’appelle Georg Simmel, et qui a beaucoup écrit au tout début du XXème siècle sur le rôle socialisateur des conflits. En gros il disait qu’il n’y a pas d’un côté le conflit, et de l’autre la négociation, comme catégories qui passent leur temps à s’exclure l’une l’autre. Mais qu’entre les deux il existe en permanence une espèce de tension, de jeu dialectique, de dialectique toujours inachevée, de dialectique sans synthèse, de dialectique sans parousie.

Et la crise, ce n’est pas finalement quand il y a des tensions ou des conflits, mais au contraire quand il n’y en a pas. Et je dirai pour terminer que sans un minimum de conflictivité, les sociétés ne peuvent accéder à leur propre dépassement. Où il y a des contradictions, il y a de la vie !

 

 

Quelques références bibliographiques /

. Michel Marié, Danièle Larcena, Pierre Dérioz, 1999, « Cultures, usages et stratégies de l’eau en Méditerranée Occidentale. Tensions, conflits et régulations », l’Harmattan, Villes et Entreprises, 543 p.

. Michel Marié, 1984, « Pour une anthropologie des grands ouvrages, le Canal de Provence », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 21, pp. 5-35.

. Michel Marié, 1993, « Territoires hydrauliques. La Société du Canal de Provence, dix ans après », in Documents SCP, février 1993, 51 p.

. Michel Marié, 1989, « Les terres et les mots. Une traversée des sciences sociales », Méridiens-Klincksieck, Analyse institutionnelle, 212 p.

. Michel Marié, 2004, « Las huellas hidráulicas en el territorio : la experiencia francesa », El Colegio de San Luis-IMTA-SEMARNAT, colección investigaciones, prólogo de Francisco Peña y Claudia Cirelli, 101p.

. Sous la direction de Michel Gariépy et Michel Marié, 1997, « Ces réseaux qui nous gouvernent », l’Harmattan, Villes et Entreprises, 467 p.