Archives de catégorie : Colloques & Congrès

Colloque « Mondialisation et droit du développement durable sous l’angle cinématographique »

https://www.univ-paris13.fr/wp-content/uploads/mondialisation-dd-droit-2016.jpg

Colloque // Mondialisation et droit du développement durable sous l’angle cinématographique

14 JUIN 2016 à l’EHESS Amphithéâtre Francois-Furet, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Organisé par Christel Cournil et Catherine Fabregoule, Maîtres de conférences de droit public Laboratoires CERAP / IRIS Structure fédérative Développement durable – Université de Paris 13, USPC. La thématique sera déclinée en quatre sessions de réflexion animées par des intervenants de l’Université Paris 13, l’Université Toulouse II, l’Université de Rennes, ATTAC, l’Université Paris I Panthéon Sorbonne …

Les supports de réflexion incluent des longs-métrages comme Wall-E (Pixar), le documentaire Demain (Mélanie Laurent & Cyril Dion), ou encore Bamako (Abderrahmane Sissoko, primé aux Césars 2015 pour Timbuktu).

SESSION 1

Pour une autre mondialisation et financiarisation de la nature

SESSION 2

Nouvelle ressources, déchets, production verte : pour une nouvelle économie environnementale

SESSION 3

L’attente de justice environnementale : démocratie et réparation

SESSION 4

Grands projets de développement face aux droits des peuples autochtones et tribaux

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Atelier « Développement durable et acceptabilité sociale » (réseau ACDD)

http://www.reseaucritiquesdeveloppementdurable.fr/wp-content/uploads/2014/09/LogoACDDdefinitif7.pngLes prochaines séances de l’atelier « Développement durable et acceptabilité sociale » auront lieu au mois de Juin 2016. Par ailleurs, les enregistrements des séances précédentes (avec leurs présentations ppt ou documents attenants), sont disponibles :

Tous les détails sont sur le site du réseau « Approches critiques du Développement Durable » (ACDD) :

Mettre à l’épreuve l’acceptabilité sociale
Séance spéciale à l’occasion du Forum des 25 ans du Réseau REHAL
et en partenariat avec la revue Vertigo
Attention : inscription obligatoire sur le site du Forum
Mercredi 8 juin
Coordinateur de la séance : Jérôme Boissonade
avec Taoufik Souami, Cécilia Claeys et Benoit Granier
Détails de la séance et plan d’accès

Le développement durable à l’épreuve de la société du risque

Mercredi 22 juin
Coordinateur de la séance : Jacques Lolive
avec Cintia Okamura, Francis Chateauraynaud, Bruno Villalba et Joëlle Zask
  (l’assemblée générale du réseau ACDD aura lieu à cette occasion)
Détails de la séance et plan d’accès

Urgence environnementale et acceptabilité sociale
Mardi 19 avril
Coordinateur de la séance : Bruno Villalba
avec Hicham-Stéphane Afeissa, Edouard Jolly, Alain Kaufmann et Raphaël Stevens

Le développement durable, norme sociale ou projet politique ?
Lundi 14 mars
Coordinateur de la séance : Jacques Lévy
avec Joëlle Salomon Cavin, Stefan Aykut et Martine Tabeaud
Détails de la séance (avec présentations ppt et enregistrements audio)

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Appel à Communication pour le VIème congrès de l’AFS

AccueilLe prochain congrès de l’AFS se tiendra en juillet 2015 à Paris. Vous pouvez télécharger l’appel à communication du RT 38 Sociologie de l’environnement et du risque en cliquant ICI. Les propositions doivent être renvoyées avant le 25 janvier 2015 à Marie Jacqué (marie.jacque(a)univ-amu.fr) et Florence Rudolf (florence.rudolf(a)insa-strasbourg.fr).

 

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Appels à communications – Journées Scientifiques Annuelles de la SEH

26èmes Journées Scientifiques de la Société d’Écologie Humaine

Habiter le littoral : Enjeux écologiques et humains contemporains

Marseille du 16 au 18 octobre 2014

Présentation du thème

Dans le cadre de ses 26èmes Journées scientifiques, la Société d’Écologie Humaine (SEH), l’Observatoire Hommes-Milieux (OHM) « Littoral méditerranéen » du CNRS et le laboratoire ESPACE proposent d’actualiser la question des rapports société-environnement en contexte littoral. Ce colloque s’inscrit en prolongement de précédentes Journées de la SEH (Impact de l’Homme sur les milieux naturels ; Cabanes, cabanons et campements ; L’Homme et la lagune, etc…) et au cœur des thématiques de recherche de l’OHM. Il vise plus particulièrement à traiter, par le regard de diverses disciplines scientifiques ainsi que par l’approche des professionnels (de la gestion des territoires, des espaces naturels, de l’urbanisme, du patrimoine, de la santé etc.), le sujet de l’habitabilité des espaces côtiers et du rapport qui s’instaure entre les populations et le milieu littoral à travers l’acte « d’habiter », envisagé au sens large.

Calendrier

Les propositions devront être soumises par voie électronique, au format PDF, avant le 31 mars 2014.
Adresse d’envoi des propositions : espace-journees-seh2014@univ-amu.fr
L’avis du comité scientifique sera communiqué aux auteurs des propositions à partir du 5  mai 2014.
Les journées auront lieu à Marseille les 16, 17 et 18 octobre 2014.

Pour en savoir plus.

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Call for papers: XVIII ISA World Congress of Sociology, 13-19 July 2014, Yokohama, Japan

Call for papers: XVIII ISA World Congress of Sociology, 13-19 July 2014, Yokohama, Japan

Dans le cadre du XVIII congrès mondial de sociologie de l’Association Internationale de Sociologie (ISA), à Yokohama du 13 au 19 juillet 2014, nous organisons une session du Research Committee 47 (Social Classes and Social Movements).

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication.
Les propositions de contribution doivent impérativement être transmises avant le 30 septembre 2013, via le formulaire électronique de l’ISA qui est disponible à l’adresse suivante: https://isaconf.confex.com/isaconf/wc2014/rc/papers

————————————–
Présentation de la session:

Social Movements, Inequality and Global Environmental Change:
Exploring New Actors and Evolving Institutional Frameworks at Multiple Levels of Governance

Session Organizers
Anahita GRISONI, École Normale Supérieure de Lyon, France, anahita.grisoni@ens-lyon.fr
Sophie NEMOZ, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France, sophie.nemoz@uvsq.fr
Deborah DELGADO-PUGLEY, École des Hautes Études en Sciences Sociales, France, Deborah.delgado@uclouvain.be
David ROJAS, Cornell University, USA, dmr242@cornell.edu

Session in English/French

One aspect of the domination of and by the environment operates through its definition in the normativity advanced by institutions and public policies. Going against these trends, several actors on the ground propose alternative ways of establishing and understanding relations among society and the biophysical environment. While some of these alternative socio-environmental postures carry the seeds of new models of society, others convey ‘good governance’ concerns that challenge institutional frameworks movements deem defective. These socio-ecological stances, both individual and collective, can be understood through the prism developed by the sociology of social movements. Conversely, individual and collective socio-environmental actions raise new theoretical questions and suggest analytical strategies that may be followed in the examination of the evolving relationship between modern societies and “nature.”

In this panel, we examine how socio-environmental movements challenge environmental institutional frameworks and governance strategies, and how, by so doing, they offer new insights that may be used in the sociological field to revisit theoretical and methodological approaches. Collective mobilizations around environmental matters are unusual in that their engagements are not limited or, apparently, not centred in “social” stakes. Their repertoires of action encompass issues that emerge from the relations that “society” establishes with “nature.” Collective mobilizations underline the links between the social problem of inequality and environmental issues. They manifest through collective mobilizations (against the construction of major development projects such as dams, airports and highways); diffuse networks (such as those against shale gas exploitation or GMO crops) or shared individual practices.

These new social movements – which Alain Touraine argues emerged around anti-nuclear protests – were all similarly born through reflective engagements that bring to the fore subject positions and make it possible to posit new social models. Similarly, their claims are driven by a dual dynamic – which is contradictory only in appearance: on the one hand, they resist the imposition of meaning and of a model of society in which actors do not recognize themselves (this is sometimes interpreted as a reactionary and backward-looking posture). On the other hand, they display innovative capacities – both social and technical – and modify day-to-day practices. Meanwhile, at the global level, received
wisdom about environmental change facilitated making the case for the creation and funding of national-level executive agencies with responsibility for environmental management.

This trend, established during the colonial period (Agrawal 2005, Leach and Mearns 1996), develops to the present day. How do social movements face evolving environmental institutions at global and regional scales? How do they try to gain influence in policies that shape the access to environmental
and natural resources? How do governments relate to, and assimilate, local critiques social movement advance against external structures that aim to control the access and use of natural resources? What relationships are currently privileged between officials working in governments, international donor agencies, and non-governmental organizations [(NGOs)] and local actors? Which governance structures are accepted and fostered in the international arena?

We would like to explore the interfaces between society and governmental structures related to environmental issues and the place social movements take in this stake. At the intersection of environmental sociology and social movements – and drawing on the situated practices of social movements – this panel intends to opens new paths for exploring the socio-environmental problem of inequality.

———————————————————-

Journée d’études: « La sociologie de l’énergie dans l’innovation ouverte entre universités et entreprises ».

Guyancourt – 27 Septembre 2013
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Amphithéâtre Mégie

Contexte :
La sociologie de l’énergie, en tant que champ scientifique, est en pleine structuration. Si l’on observe un nombre croissant d’interventions sur le sujet, au cours de colloques et séminaires , ces événements passés se sont davantage focalisés sur un aspect restreint (la précarité énergétique, les usages dans le bâtiment), et sous l’angle de plusieurs disciplines. Or, dernièrement, un événement international a été spécifiquement dédié à la sociologie de l’énergie . La journée d’études portée par la Chaire Econoving s’inscrit dans ce champ d’investigation qui reste encore à approfondir tant pour l’enrichissement des connaissances que des actions.

Objectifs scientifiques :
Cette journée d’études propose d’interroger les modes d’appropriation de solutions innovantes en matière d’énergie. A l’interface entre le monde de l’entreprise et celui de la recherche académique, il s’agit de croiser les regards de sociologues issus d’environnements différents. L’objet « énergie » constitue le point nodal des contributions des chercheurs et nous nous attacherons à analyser comment l’innovation s’opère à travers des processus systémiques . L’idée d’innovation ouverte, « open innovation », exprimée par Chesbrough et Appleyard , s’étend au-delà du management des entreprises. Elle se traduit de plus en plus par des programmes de recherche partenariale, mobilisant la sociologie. Les sessions présenteront quelques projets collaboratifs autour de l’énergie (smart grid, habitat, véhicule électrique) et poseront la question des représentations, des pratiques et des jeux d’acteurs liés à leur utilisation.
Les retours d’expériences, ainsi que les échanges, seront également l’occasion de réfléchir aux modes de construction de la connaissance sociologique au regard des divers ancrages des intervenants. L’objectif est de contribuer à la réflexion épistémologique sur l’énergie, en identifiant les opportunités et les défis des travaux menés dans différentes arènes sociales. Par exemple, comment travaille-t-on en tant que chercheur universitaire dans des projets dirigés par des grands groupes industriels ? Quels types de stratégies individuelles et/ou collectives sont mises en place ? Avec quelles formes de partage et de renouvellement de la connaissance ? Voilà quelques questions auxquelles cette journée souhaite apporter des éléments de réponse.

Cette journée d’études portée par la Chaire Econoving s’adresse ainsi tant aux chercheurs, aux étudiants, qu’aux acteurs économiques et institutionnels de l’énergie. Un panorama des travaux de recherche et d’enseignement effectués en sociologie au sein de la chaire introduira la journée. Hélène-Yvonne Meynaud (CRESPPA, CNRS), Chantal Derkenne et Albane Gaspard (ADEME), Anne-Cécile Baud (Veolia), Jean-Philippe Fouquet (Université François Rabelais, Tours), Sandra Slim (Bouygues Telecom), Nadjma Ahamada (CRIGEN, GDF SUEZ) et Stéphane Labranche (PACTE, Chaire Planète Energie Climat, IEP de Grenoble) contribueront notamment à ce moment privilégié de discussions et d’échanges. Dominique Desjeux (Université Paris Descartes, Sorbonne) clôturera la journée.

La Chaire Econoving
La Chaire internationale Econoving est portée par l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et cinq entreprises partenaires (Alstom, GDF SUEZ, Italcementi, Saur, SNCF). Elle vise, au travers d’activités interdisciplinaires de recherche et d’enseignement associant acteurs du monde académique et de l’entreprise, à favoriser le développement des éco-innovations pour les villes durables dans les domaines de l’énergie, de l’eau, des déchets, de la construction et des transports. Ses travaux traitent des conditions permettant d’accélérer l’émergence et la diffusion des éco-innovations de rupture, des outils à mettre en œuvre, des partenariats à construire, des verrous à lever. L’éco-innovation en tant qu’avantage concurrentiel y est appréhendée comme un processus créatif et collectif depuis la recherche, l’exploration des besoins, la formulation des stratégies de mise en œuvre, le pilotage financier jusqu’au développement, la mise sur le marché du produit ou service, la création d’entreprise.

La Chaire Econoving est rattachée au Pôle INET (Innovation, Environnement et Territoires) du laboratoire REEDS (Recherche en Economie Ecologique, Eco-innovation et ingénierie du Développement Soutenable).

Responsables scientifiques:
Sophie Némoz et Amélie Coulbaut-Lazzarini

Coordination:
Christelle Hue
econoving@uvsq.fr

Séminaire inaugural « L’éco-citoyen un concept recyclable ? » – 31 janvier 2013, Université Paul-Valéry Montpellier 3

SEMINAIRE INAUGURAL « L’ECO-CITOYEN UN CONCEPT RECYCLABLE ? » -UNIVERSITE PAUL-VALERY – MONTPELLIER 3

LERSEM – CRI/IRSA DEPARTEMENT DE SOCIOLOGIE, 31 JANVIER 2013 SALLE CAMPROUX

En ce début de XXI° siècle, on découvre que Marx aurait eu une pensée proto-écologiste Foster (2011). Durkheim, le naturaliste est présenté comme ayant des points de convergences avec le constructivisme (De Fornel ; Lemieux, 2007). Plus généralement les problématiques environnementales, souvent controversées sont un terrain de questionnements et d’investigations très largement renouvelés, comme en témoignent les nombreuses publications récentes. En croisant les regards anthropologique, ethnologique, sociologique, voire philosophique cette journée thématique tend à revisiter la façon dont les individus appréhendent cognitivement et empiriquement leur environnement. L’objectif de cette journée est de définir des questions de recherche autour de la notion d’éco-citoyen et de ses rapports à l’environnement.
Pour cela nous proposons trois axes de réflexions, les imaginaires, les fondements épistémologiques, et l’approche réflexive. En croisant ces axes, nous pourrons ainsi aborder plusieurs types de questions : Que peut apporter la sociologie de l’imaginaire à la sociologie de l’environnement ? Comment les mythes et les croyances s’articulent-elles dans l’expérience sensible du temps et de l’espace de l’éco-citoyen ? Quelles approches méthodologiques peut-on et doit-on construire pour une approche systémique de la complexité de ces nouveaux objets ? Comment l’éco-citoyen s’est-il construit une place centrale dans nos sociétés ? Est-ce un concept recyclé? Comment les sciences humaines et sociales peuvent-elles aborder ces questions tout en interrogeant leur propre part de normativité ?

COMITE SCIENTIFIQUE ET D’ORGANISATION
LIONEL SCOTTO D’APOLLONIA (Doctorant en Sociologie UPV Montpellier 3 Analyse socioépistémique des controverses climatiques sous la direction de Jean-Bruno Renard – Professeur de Sciences Physiques Montpellier – scotto.lionel@neuf.fr)
HELENE HOUDAYER (MCF en Sociologie UPV Montpellier 3 – Responsable L3 Sociologie – houdayer@sociologie.net)

PROGRAMME

9h Ouverture du séminaire HELENE HOUDAYER – LIONEL SCOTTO D’APOLLONIA

9h15 ALIENOR BERTRAND « Marx et la justice des champs »
(Responsable Justice écologique, justice sociale Chargé de Recherche Laboratoire : CNRS UMR5037 Institut d’Histoire de la Pensée classique Lyon.)

11h Table Ronde 1 Fondations épistémologiques (discutant Jean-Bruno Renard Professeur de Sociologie UPV)

PHILIPPE BOUDES « Regard sociologique sur la nature en ville » (Chercheur associé au LADYSS-CNRS – GIS Climat Environnement Société – Rennes)

ANAHITA GRISONI « La notion d’environnement en sociologie : brève histoire d’un terme aux contours flous » (Post doctorante EVS, ENS de Lyon – Maître assistant en sociologie, ENSAPLV Paris)

LIONEL SCOTTO D’APOLLONIA « Un cadre d’analyse des controverses environnementales : un exemple à travers les controverses climatiques » (Doctorant en Sociologie CRI – IRSA Montpellier 3 – attaché au LIRDEF Montpellier 2 – Professeur de Sciences Physiques)

12h30 Pause déjeuner

14h HELENE HOUDAYER « L’Appel de l’environnement » (Maître de conférence CRI-IRSA Université Montpellier 3)

15h Table Ronde 1 Les imaginaires environnementaux (discutant Hélène HOUDAYER

SOPHIE NEMOZ « La part de l’imaginaire dans la construction sociale de l’habitat durable » (Enseignant-chercheur de la Chaire Internationale sur les Eco-innovations, REEDS, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

HENRY DICKS « L’image poétique du « fleuve rond » » (Postdoctoral Researcher in Philosophy Université Jean Moulin Lyon 3 – Doctor of University of Oxford)

ALEXANDRA BORSARI « L’homme au sommet : archaïsme et ambigüité du rapport à la nature » (Chercheuse en théorie de l’imaginaire avec la Chaire Modélisations des Imaginaires, Télécom ParisTech, associée au Centre de Recherche sur l’Imaginaire – Université Grenoble 3)

BERTRAND VIDAL « Eco-fictions et les mythes de la fin » (Docteur en Sociologie CRI-IRSA UPV Montpellier 3)

17h Fin de la journée Synthèse

26th PhD Workshop on International Climate Policy

– The European PhD Network on International Climate Policy –

26th PhD Workshop on International Climate Policy

Studies in economics, politics & social sciences
in Paris, France

organized in collaboration with KIC Climate, EDF R&D

April 25-26, 2013

Call for Papers

The 26th PhD Workshop on International Climate Policy (ICP) will take place inside Paris (specific location to be confirmed) on April 25-26, 2013.

The ICP workshops series is organized semi-annually under the auspices of the European PhD Network on International Climate Policy. It aims to offer doctoral candidates the opportunity to present their research ideas and results, receive feedback, and exchange information and assistance in an informal and interdisciplinary setting. PhD students from all disciplines working on topics relevant to climate policy and environmental economics are invited to submit applications.

The 26th ICP workshop will cover topics of relevance for climate change mitigation and adaptation, such as:

•climate change and energy economics
• media and discourse research on climate change policies
• construction of climate change representations
• science-policy interface
• politics, policies, polity and public opinion
• climate change negotiations and new climate governance architectures
• policy instrument design and market mechanisms

Participation is free of charge, but workshop participants are expected to cover their travel and accommodation expenses. Active participation is required by presenting a paper and/or by serving as a discussant for a paper presented by a fellow PhD candidate. To apply for the workshop, please submit the application form available on the workshop’s website. If you intend to present a paper, please add an informative abstract of 300 to 500 words. Please send your documents via email to 26icpworkshop@gmail.com by February 15, 2013. Notification of acceptance/rejection will be given by March 1st, and full papers will be due by April 10, 2013.

We look forward to welcoming you in Paris.

The organizing committee:
Claire-Marie Bono, Jérémy Bouillet, Oskar Lecuyer, Marion Mauger-Parat, Marie Renner, Romain Riollet.

Dynamiques environnementales, Politiques publiques et pratiques locales : Quelles interactions?

Appel à communication
Colloque international et interdisciplinaire
DYNAMIQUES ENVIRONNEMENTALES, POLITIQUES PUBLIQUES ET PRATIQUES LOCALES : QUELLES INTERACTIONS ?

 

Toulouse, 4‐7 juin 2013
Première circulaire, juin 2012

Crise environnementale, changement climatique, sixième extinction, catastrophes « naturelles » et technologiques, théorie de l’effondrement… le terme d’environnement renvoie souvent à l’idée de menace et il semble que les interactions sociétés / nature ne puissent plus être pensées, du moins dans l’opinion, que dans le sens de la dégradation. Pourtant, si l’on se dégage d’une vision globalisante parfois réductrice, les recherches menées en sciences de la nature et en sciences humaines et sociales dévoilent l’infinie diversité des relations qui s’établissent entre les sociétés et leur environnement. Elles montrent que ces relations, loin d’être figées, évoluent à toutes les échelles de temps et s’appréhendent à tous les niveaux spatiaux. Elles mettent en évidence que politiques publiques et pratiques locales influent sur les dynamiques environnementales et qu’en retour, les dynamiques environnementales modifient les représentations, les pratiques et les politiques de l’environnement.

Ces interrelations suggèrent des décalages entre les processus à l’origine des changements de l’environnement et les représentations sociales de ces changements.
Nous entendons par dynamiques environnementales tous les processus environnementaux, quelle que soit leur échelle géographique, du changement climatique global au défrichement de la parcelle. Ces dynamiques seront analysées préférentiellement pour une période récente, aux échelles annuelles à décennales, voire séculaires. En termes scientifiques, l’objectif est de faire le point sur ces liens qui se tissent et se renouvellent sans cesse entre les dynamiques environnementales, les politiques publiques et les pratiques locales afin notamment de mettre en perspective les changements actuels et attendus tant du point de vue biophysique que du point de vue social. Les recompositions permanentes des relations sociétés‐nature méritent une analyse approfondie à travers différentes clefs de lecture : ressources, contraintes, risques, paysages, patrimoine, mais aussi vulnérabilité, résilience, adaptation ou coévolution des écosystèmes et des sociosystèmes seront au coeur de la réflexion.

L’enjeu est de rassembler des chercheurs issus de disciplines différentes, déjà engagés ou non dans des démarches interdisciplinaires, autour d’une réflexion visant à construire des méthodes et des corpus théoriques communs sur les interactions nature‐société. Ainsi, cette rencontre vise à favoriser la compréhension interdisciplinaire et, à terme, la construction de projets communs. Il s’agit également d’envisager dans quelle mesure ces clefs de lecture conduisent à dépasser des stéréotypes tels que l’opposition Nord/Sud. Les types de relations mis en évidence sont‐ils pertinents à la fois au Nord et au Sud ? Sont‐ils lus de la même manière ?

Au‐delà de la dimension purement scientifique, le colloque aura pour objectif une meilleure compréhension entre scientifiques, gestionnaires et praticiens de l’environnement. En tant que parties prenantes à la fois dans la mise en place d’actions sur le terrain et dans la construction de discours sur les dynamiques environnementales, gestionnaires et praticiens sont ainsi appelés à faire part de leurs expériences et de leurs réflexions sur le sujet. Sur le plan opérationnel, l’enjeu est d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur les impacts environnementaux inattendus de certaines politiques publiques et sur le décalage qui peut exister entre la réalité des dynamiques environnementale et les discours qui
visent à les expliquer.

Cinq grands objectifs du colloque :

1)Décortiquer les types d’interactions entre pratiques, politiques et environnement

Selon les disciplines, l’approche des relations sociétés/nature par l’interrogation du triptyquepratiques/politiques/dynamiques environnementales diffère car l’attention est généralement portée sur un seul des éléments du triptyque ou encore sur des relations unilatérales entre ces éléments. S’agissant de mettre en évidence des interactions, on attend donc ici que soient mobilisés au moins deux des pôles du triptyque et que soient en particulier abordées les interactions entre :
‐ pratiques locales et dynamiques environnementales : comment les actions des sociétés influencent la construction, le fonctionnement ou l’évolution de l’environnement et des paysages (ex : les pratiques d’assèchement des zones humides modifient le fonctionnement des hydrosystèmes), et comment et retour cette évolution peut influencer et modifier les pratiques locales d’exploitation des ressources, de gestion des risques, de conservation de l’environnement et des paysages (ex : les changements climatiques créent des processus d’adaptation des pratiques paysannes dans les pays du sud)
‐ politiques publiques et dynamiques environnementales : plus ou moins directement (politiques dédiées vs politiques non dédiées), et de façon plus ou moins attendue, les choix politiques de normalisation, de régulation et d’encadrement des interventions humaines sur l’environnement peuvent modifier son fonctionnement (ex : le soutien à l’agriculture irriguée en Europe a engendré une pression accrue sur les hydrosystèmes) ; certaines modifications environnementales peuvent bien entendu à leur tour motiver de nouvelles règlementations et de nouvelles régulations (ex : les inondations du XIXe siècle ont suscité des politiques de reboisement dans les montagnes européennes).
‐ dynamiques environnementales, pratiques locales et politiques publiques : en fait, ce sont les trois éléments du triptyque qui sont en étroite interaction. Les aménités tout comme les risques environnementaux peuvent susciter certaines pratiques de gestion ou de conservation, lesquelles peuvent mettre en péril la ressource ou générer des conflits et/ou des risques, menaces que les politiques tentent alors de réguler, en imposant de nouvelles pratiques qui peuvent à leur tour générer un environnement et des paysages nouveaux. On ne perdra pas de vue que ces interactions s’inscrivent dans un contexte de « crise environnementale » touchant aussi bien les dynamiques environnementales que le jeu social et les stratégies d’acteurs autour de l’environnement. Par conséquent, ces interactions se développent aussi bien à propos de l’exploitation des ressources que de la gestion des risques, ou encore de la gestion/conservation patrimoniale de l’environnement et des paysages. Enfin, ces interactions ne peuvent être abordées indépendamment de la géopolitique, de la culture et du projet politique d’une société, et donc de ses représentations de l’environnement et des paysages, de leur dimension patrimoniale, des ressources et des risques qu’ils proposent.

2) Comprendre comment les interactions nature / sociétés peuvent être abordées par différentes disciplines.

Nous nous interrogeons sur la façon dont les différentes disciplines conçoivent et étudient les dynamiques environnementales comme résultat des interactions nature / sociétés. Quelles problématiques sont identifiées ? Quelles approches théoriques ? Quelles méthodologies ? Sont‐elles les mêmes partout dans le monde ? Qu’implique d’étudier les interactions entre pratiques, politiques et environnement en terme d’interdisciplinarité ? Ces différentes approches théoriques et méthodologiques favorisent‐elles la rencontre entre les disciplines? Se pose ici la question de la pertinence et des modalités de la rencontre de diverses disciplines autour d’un même questionnement.

3) Confronter les regards entre chercheurs, praticiens et gestionnaires.

Nous proposons d’explorer la diversité des regards d’acteurs, tous considérés comme légitimes, sur les interactions entre pratiques, politiques et environnement. Objectifs, finalités voire idéologies mais aussi contraintes temporelles, financières, critères d’évaluation propres et intérêts sont autant de sources potentielles de clivage entre l’observation et l’action. Une attention particulière sera accordée aux travaux portant sur la description et l’explicitation des divergences et convergences de perceptions, cadres d’analyse et démarches d’action entre acteurs. Les objectifs sont ici d’analyser la diversité des regards autour d’une problématique, de tendre vers une compréhension mutuelle entre acteurs et de souligner la complémentarité des travaux des chercheurs, praticiens et gestionnaires et leur nécessaire collaboration. Il s’agit aussi de considérer la pertinence de la recherche‐action dans ce domaine.

4) Appréhender les imbrications d’échelles spatiales dans l’étude des interactions nature / sociétés

Dans le triptyque étudié ici, on perçoit bien que les échelles d’appréhension des interactions ne sont pas les mêmes. Il s’agit de savoir à quelles échelles géographiques se produisent ces interactions et quelles sont les échelles pertinentes pour les analyser. Une attention particulière sera accordée aux imbrications et emboîtements d’échelles ainsi qu’à l’adéquation entre les échelles institutionnelles et les échelles des phénomènes naturels et sociaux étudiés. Dans quelle mesure la multiplication des échelles (des processus naturels, des politiques de gestion, de l’appropriation par les sociétés, etc.) conduit‐elle à créer de nouvelles entités géographiques (milieux, territoires, paysages) ? La diversité des échelles spatiales et temporelles des phénomènes étudiés souligne leur complexité. Quelles échelles d’analyse privilégier ? L’étude des interactions à l’échelle locale est‐elle pertinente pour comprendre les processus à des échelles plus petites ? Inversement, l’échelle planétaire est‐elle pertinente pour comprendre les interactions sociétés / nature à l’échelle locale ? Peut‐on et doit‐on monter en généralité dans l’analyse de ces interactions ? Est‐il pertinent de reproduire à l’échelle locale des dispositifs de régulation ou des pratiques validés à une échelle plus petite, nationale ou régionale ?

5) Analyser les apports de l’histoire et du temps long dans la compréhension des processus socioenvironnementaux actuels

Replacer les interactions environnementales dans une perspective historique est une nécessité à plusieurs niveaux de la recherche fondamentale ou de la recherche‐action, notamment si l’on admet que l’environnement contemporain est une co‐construction et le produit d’une co‐évolution de systèmes biophysiques et sociaux. Evaluer « l’état » contemporain de l’environnement et en comprendre les dysfonctionnements, modéliser son fonctionnement, échafauder des scénarii d’évolution et élaborer une prospective environnementale, définir les politiques de gestion ou de
conservation : l’ensemble de ces objectifs passe par la connaissance des trajectoires écologiques passées et en particulier de leurs temporalités. La dimension historique et rétrospective, loin d’être le seul apanage des sciences historiques, sous‐tend toute une série de concepts devenus fondamentaux dans l’approche scientifique de l’environnement : co‐évolution, co‐construction, crise environnementale, adaptation des systèmes sociaux et/ou des systèmes naturels, résilience et vulnérabilité de ces systèmes. Dans quelle mesure la mise en perspective historique et
paléoenvironnementale permet‐elle d’éclairer les dynamiques et interactions actuelles ? Public visé Le colloque se veut résolument interdisciplinaire et ouvert aux chercheurs comme aux praticiens et gestionnaires. Nous souhaitons mobiliser autant les sciences humaines et sociales (analyse des politiques publiques et pratiques locales en lien avec l’environnement) que les sciences de la nature (analyse des dynamiques environnementales en lien avec les pratiques et politiques). Les gestionnaires et praticiens, axés sur la résolution de problèmes sur le terrain, sont invités à participer au colloque au travers de leurs témoignages et retours d’expériences ainsi que pour exprimer leurs convergences et divergences de vue avec le monde scientifique.

Les objectifs étant :
‐ De caractériser les divers types d’interactions existant entre politiques, pratiques et environnement à différentes échelles spatiales et temporelles ;
‐ De comprendre les différentes approches sur des problématiques socio‐environnementales similaires ;
‐ De trouver des noeuds d’accroches (théoriques et méthodologiques) sur lesquels chercheurs de toutes disciplines puissent se mobiliser ;
‐ D’initier des débats entre chercheurs de diverses disciplines, praticiens et gestionnaires en vue d’une compréhension mutuelle ;
‐ D’identifier les moteurs et freins aux collaborations entre chercheurs, gestionnaires et praticiens.
Les propositions pourront être issues des sciences de la vie et de la terre, des sciences humaines et sociales, ou interdisciplinaires. Les communications proposées par des praticiens et gestionnaires (administrations, syndicats de gestion, chambres professionnelles, professionnels, etc.) sont très vivement espérées. Chaque contributeur devra s’efforcer de rendre son discours, écrit et oral, accessible aux autres disciplines.

COMITE SCIENTIFIQUE

‐ Mario BEDARD, Géographe, Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), Département de géographie, Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada
‐ Eric CHAUVET, Hydrobiologiste, Ecolab, Université Paul Sabatier, Toulouse, France
‐ Robert CHENORKIAN, Préhistorien, DAS de l’Institut Ecologie et Environnement du CNRS en charge des Interactions hommes‐milieux, responsable des Observatoires Hommes‐Milieux, France
‐ Pascale DE ROBERT, Anthropologue, Institut de Recherche pour le Développement, France
‐ Jean‐Nicolas HAAS, Paléoécologue, University of Innsbruck, Institute of Botany, Research Group Palynology and Archaeobotany, Autriche
‐ Corinne LARRUE, Enseignante‐chercheure en aménagement de l’espace – urbanisme, UMR CITERES CNRS,
Université François Rabelais, Tours, France
‐ Luis Daniel LLAMBI, Ecologue, Instituto de Ciencias Ambientales y Ecológicas, Universidad de Los Andes, Mérida, Venezuela
‐ Sekhar MUDDU, Hydrologue, Department of Civil Engineering, Indian Institute of Science, Bangalore, Inde
‐ Javier RAMÍREZ JUÁREZ, Sociologue rural, Colegio de Postgraduados, Puebla, Mexique
‐ Allaoua SAADI, Géographe, Núcleo de Geomorfologia Aplicada e Gestão Ambiental‐CPMTC, Instituto de Geociências, Universidade Federal de Minas Gerais, Belo Horizonte, Brésil
‐ Denis SALLES, Sociologue, IRSTEA, Unité Aménités et Dynamiques des Espaces Ruraux, Bordeaux, France
‐ Joëlle SMADJA, Géographe, Directrice du Centre d’études himalayennes, UPR 299 CNRS, Villejuif, France
‐ François WALTER, Historien, Université de Genève, Suisse

Ainsi que les membres du comité d’organisation.

COMITE D’ORGANISATION

Laboratoire GEODE, Axe « Dynamiques et enjeux contemporains de l’environnement et des paysages » :
‐ Alexandra ANGELIAUME‐DESCAMPS, Université de Toulouse II – le Mirail
‐ Jean‐Marc ANTOINE, Université de Toulouse II – le Mirail
‐ Philippe BERINGUIER, Université de Toulouse II – le Mirail
‐ Frédérique BLOT, Centre universitaire Jean‐François Champollion, Albi
‐ Gérard BRIANE, Université de Toulouse II – le Mirail
‐ Didier GALOP, directeur GEODE, CNRS
‐ Florence GERET, Centre universitaire Jean‐François Champollion, Albi
‐ Sylvie GUILLERME, CNRS
‐ Eric MAIRE, CNRS
‐ Jean‐Paul METAILIE, CNRS
‐ Anne PELTIER, Université de Toulouse II – le Mirail
‐ Mehdi SAQALLI, CNRS
‐ Léa SEBASTIEN, Université de Toulouse II – le Mirail

INFORMATIONS PRATIQUES


Soumission des résumés ‐ Le résumé précisera, en 2 pages maximum, l’approche théorique mobilisée, la méthodologie utilisée, le type d’interaction étudié et les principaux résultats. Le résumé devra être soumis en deux langues : français (obligatoire) et anglais ou espagnol. Les résumés feront l’objet d’une triple lecture : un spécialiste de la discipline, un lecteur d’une autre discipline et un membre du comité d’organisation. La feuille de style est disponible sur le site du colloque : http://w3.geode.univ‐tlse2.fr/interactions2013

Posters ‐ Certaines propositions pourront faire l’objet d’un poster, qui sera évalué selon les mêmes modalités que les communications orales. Un modèle sera disponible sur le site du colloque après la phase de sélection des résumés.

Langues ‐ Le colloque aura lieu en trois langues : français, anglais, espagnol. Le choix de la langue d’intervention est libre, mais pour favoriser la compréhension entre intervenants, la présentation vidéoprojetée le sera dans une langue autre que celle de l’exposé oral, l’anglais étant obligatoire pour l’un des deux.

Sortie de terrain ‐ Une excursion aura lieu dans les Pyrénées ariégeoises, sur le site de l’Observatoire Homme‐Milieux Pyrénées Haut‐Vicdessos, le vendredi 7 juin (http://w3.ohmpyr.univ‐tlse2.fr/). Ce dispositif de recherche de l’Institut Ecologie et Environnement du CNRS, fondé sur une étroite collaboration entre acteurs économiques, politiques et institutionnels locaux et chercheurs, sera l’occasion d’observer de façon concrète comment s’articulent localement dynamiques environnementales, politiques publiques et pratiques locales.
Attention : nombre de places limité, inscription obligatoire.

Publication ‐ Les articles seront soumis avant le colloque et une sélection sera publiée après avis du comité de lecture. Des discussions sont en cours auprès des éditeurs. Les modalités de publication seront précisées dans la deuxième circulaire et sur le site web du colloque.

Frais d’inscription ‐ Les frais d’inscription incluent le recueil des résumés ainsi que les repas de midi.
Participants : 60€ Etudiants : 20€ Sortie de terrain : 30€

Calendrier
Juin 2012 : première circulaire
30 septembre 2012 : date limite de réception des résumés pour les communications et les posters.
Mi‐novembre 2012 : réponse aux auteurs
15 avril 2013 : date limite de réception des articles pour évaluation par le comité de lecture en vue de la publication.
3 mai 2013 : date limite d’inscription

Contacts
Envoi des résumés : Jean‐Marc Antoine : antoine@univ‐tlse2.fr ; Frédérique Blot : frederique.blot@univ‐jfc.fr ; Anne Peltier : peltier@univ‐tlse2.fr
Contact posters : Alexandra Angeliaume‐Descamps : angeliau@univ‐tlse2.fr ; Mehdi Saqalli : mehdi.saqalli@univtlse2.fr
Contacts organisation : Sandrine Buscaino : geode@univ‐tlse2.fr ; Emilie Gil : gil@univ‐tlse2.fr

Ecole Thématique CNRS – Mèze (Hérault) 10-15 décembre 2012

Les approches académiques et les enjeux pragmatiques des problèmes environnementaux se sont multipliées durant les dernières décennies, créant de nouvelles disciplines : éthique environnementale, éthique animale, économie de l’environnement, anthropologie de la nature, droit de l’environnement, gestion des risque, sciences de la participation, etc.. Celles-ci ont contribué ou se sont construites avec les sciences de l’ingénieur et de gestion afférentes. Ces approches sont issues de traditions culturelles et géo-universitaires hétérogènes : philosophie analytique anglo-saxonne, tradition critique allemande, anthropologie structuraliste, sociologie, sciences politiques, histoire du droit, etc. Parallèlement, un grand nombre des disciplines tournées vers l’action environnementale se sont dotées de discours de légitimation accompagnant ou justifiant leurs pratiques et leurs méthodes.

La réflexion critique des scientifiques associés à la décision et à l’action, ou des ingénieurs fournisseurs de « solutions », se développe au fur et à mesure que des controverses se font jour, que des conséquences inattendues apparaissent, que les assemblages technologiques complexes sont mis à l’épreuve des fluctuations environnementales. Les décideurs politiques se trouvent eux-mêmes confrontés à des arbitrages que les « experts » ne sont pas aptes à discriminer.

Ces différents acteurs de l’agir environnemental, scientifiques, ingénieurs, politiques, citoyens, sont collectivement engagés sur des terrains, où la réflexion sur ses fondements politiques et moraux est alternativement absente ou faiblement argumentée. Nous proposons dans cette école thématique de contribuer à réduire cela.

L’école thématique « Fondements moraux et politiques de l’agir environnemental » a ainsi pour but de confronter ces discours de justification issus du terrain et ceux des différentes disciplines académiques non seulement entre elles, mais aussi aux grands textes du corpus de philosophique classique, en échangeant avec les différents participants. L’ambition de l’équipe d’organisation étant de créer une école récurrente, il s’agira essentiellement dans cette première session de dresser un état des lieux des discours et des constructions théoriques qui légitiment l’agir environnemental. Cet état des lieux aura moins pour finalité de proposer un panorama que d’impulser une réflexion dynamique montrant les forces et les faiblesses de chaque construction théorique comparativement aux autres ; et d’expliquer comment le corpus classique dont nous héritons en morale ou en philosophie politique s’avère approprié ou pas à la recherche de justifications de l’agir environnemental. On proposera un espace original de dialogue entre les « penseurs » et les « acteurs », permettant de mettre les philosophes face à des questions et mises en perspective pragmatiques.

Toutes les informations sont disponibles sur le site http://ecophilo.labonne.info
Renseignements complémentaires via ecophilo@labonne.info

5emes journées des doctorants du LPED

Une annonce de journées de doctorants qui dépasse le cadre du RT 38 et de la sociologie mais dont l’aspect pluridisciplinaire sciences sociales et sciences de la nature mérite d’être porté à connaissance

Programme des 5emes journées des doctorants du LPED

Jeudi 15 décembre 2011:

–          Accueil des participants à partir de 9h00

–          9h30 – 10h : Ouverture des 5° Journées des doctorants du LPED. Discours introductifs.

–          I0-11h : Interventions de L. Descroix, géographe, chargé de recherches à l’IRD, Université de Grenoble, et de P. Commenville, chef de projet de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (UICN).

–          11h15-12h-30 : Atelier 1

 

Atelier 1 : Construction du concept de crises

Rapporteur : Laurent Auclair, Chargé de recherche en géographie

Guimezanes Marie, doctorante en Droit International Public à Limoges, Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques (OMIJ).Les crises en droit international : une traduction de l’irruption de la société civile sur la scène internationale
Mestdagh Léa, Doctorante en sociologie de la culture, Sorbonne Nouvelle, CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux)Résilience et survivance à la crise : l’émergence de nouveaux modèles de sociétés dans le cinéma de science-fiction spéculative.

Après – midi :

–          14h – 17h00 : Atelier 2

Atelier 2 : Acteurs et territoires dans les crises

Rapporteur : Valérie Bertaudiere Montes, MCF en écologie végétale

Scotto d’Apollonia Lionel,  Doctorant en Sociologie, Université Paul Valéry Montpellier IIIMéthodes d’analyse en sciences sociales des controverses en tant que processus conflictuels, perspectives sur la crise de la modernité à travers le prisme de l’analyse socio-épistémique de la controverse climatique.
Chambru Mikaël, Doctorant en Sciences de l’information et de la communication, Université de Grenoble, Groupe de recherche sur les enjeux de la communicationDe Fukushima à Bugey. Les enjeux d’une crise nucléaire pour les opposants à l’atome, entre publicisation du risque et participation du public.
 Demba Aïssatou, Doctorante en géographie, Université Gaston Berger de Saint-Louis, UMR 208 PalocCrise et vulnérabilité de l’environnement  du littoral Sénégalais : Cas du village de Cap Skiring en Basse Casamance.
Grieco Kyra, Doctorante en Anthropologie, EHESS – Paris, CERMA/MASCIPOUn sommet symbole de la crise : Compétitions pour la définition d’un conflit dans les Andes péruviennes. 
Jauffret Marie-Nathalie, Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication,  Université de Nice Sophia Antipolis, Laboratoire I3M. Le sourire contre la crise, source de composition d’un nouveau mode de communication non verbal interculturel.                                                                       

 

Vendredi 16 décembre 2011

Matinée :

–          9h – 10h 45 : Atelier 3

 

Atelier 3 : Processus de la crise biologique

Rapporteur : Jean-François Mauffrey, MCF en écologie

Bossu Angèle, Doctorante en écologie, Aix-Marseille, LPEDÉvaluation de l’homogénéisation biotique au regard de l’urbanisation en région méditerranéenne.
Hardion Laurent, Doctorant en écologie, Aix-Marseille, IMEPEspèce méditerranéenne menacée et aménagement urbain: La canne de Pline, Arundo plinii Turra (Poaceae), un roseau qui plie mais ne rompt pas
Rodriguez Natalia, Doctorante en écologie, Aix-Marseille, IMEPQuel avenir pour l’écosystème Méditerranéen de Garrigue dans le contexte du changement climatique?

–          11h – 12h30 : Atelier 4

 

Atelier 4 Construction des identités

Rapporteur : Carole Barthélémy, MCF en sociologie

Zaidi Naim, Doctorant en sciences politiques, Maitre assistant à l’université d’Alger 3La question de l’identité dans l’Algérie coloniale entre refoulement, construction et crises.
Abdulkhaliq Zubeida, Doctorante en sociologie à l’EHESS- Paris,  CADISLa construction d’identité nationale dans la presse au Kurdistan d’Irak à partir de 1991.

 

Après midi :

–          14h – 15h30 : Atelier 5

 

Atelier 5 : Résilience et recompositions : les enjeux des nouveaux équilibres

Rapporteur : Elisabeth Dorier, Professeur des universités en géographie

Morand Erwan, Doctorant en géographie, Aix-Marseille, LPED.Crises et santé ou crise de la santé : accessibilité aux services de soins en situation de post-conflit, République du Congo.
Mieulet Elise, doctorante en Sociologie, Aix-Marseille, LPEDArrivée et prolifération d’Aedes albopictus sur le pourtour méditerranéen : articulation entre nuisance, considérations environnementales, et prévention.
Bouaouina Nora, Doctorante en Sociologie et Démographie Historique, EHESS – Paris, LaDéHis Les conflits d’appropriation de territoire: une réflexion sur la résilience identitaire spatiale.

–          15h45– 17h00 : Table-Ronde : Réflexions croisées sur les crises : diversité des définitions et des approches scientifiques. Synthèse et éclairages scientifiques des interventions effectuées, débat.

 

 

Lped_jdd5@yahoo.fr

Journée doctorale Interdisciplinaire – Biodiversité Outre-Mer

Journée Doctorale Interdisciplinaire

Les sciences de l’homme et de la société & la protection de la biodiversité outre-mer

Mardi 15 Novembre, La Réunion

Résumé

Cette journée, soutenue par l’Observatoire des Sociétés de l’Océan Indien (OSOI), a pour ambition première de permettre la rencontre de jeunes chercheurs d’horizons différents autour de la thématique biodiversité Outre-Mer. Elle souhaite également faire émerger des pistes de réflexion originales en fédérant des initiatives malheureusement trop souvent dispersées.

Continuer la lecture

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website