Archives de catégorie : Séminaires & Rencontres

Séminaire 25 Mai 2016 – Négocier la gestion des catastrophes naturelles : les négociations de Sendaï

Séminaire dans le cadre du Groupe de Recherche Environnement et Relations Internationales du CERI (25/05/2016 | 17h00-19h00)

Avec :

Sandrine Revet, Sciences Po-CERI, CNRS

Discutant : Lukas Schemper, Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève

Responsables scientifiques : François Gemenne (CEDEM-ULg / CEARC-UVSQ, Sciences Po-CERI), Lucile Maertens (Sciences Po-CERI, UNIGE-GSI), Alice Baillat (Sciences Po-CERI), Leonardo Orlando (Sciences Po-CERI), Kari de Pryck (Sciences Po-CERI/médialab, UNIGE-GSI/SPERI)

Sciences Po-CERI: 56, rue Jacob 75006 Paris (salle Jean Monnet)

INSCRIPTION OBLIGATOIRE en cliquant ICI

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Atelier de recherche « Penser les problèmes d’environnement comme des situations de gestion? » 12 et 13 Décembre 2016

Logo de l'Université de Strasbourg

Un collectif interdisciplinaire de chercheurs organise un atelier de recherche sur le thème :

Penser les problèmes d’environnement comme des situations de gestion?

Le but de cet atelier est d’approfondir l’exploration du potentiel heuristique de la notion de situation de gestion de l’environnement, en croisant les regards pour aider à dégager des lignes de force et enrichir les cadres d’analyse de la gestion contemporaine de l’environnement, dans ses multiples déclinaisons territoriales

L’atelier se déroulera à Strasbourg les 12 et 13 décembre.
L’appel à communication est ICI.
Les propositions sont à adresser pour le 31 juillet à
l’adresse électronique engees-AtelierSGE@unistra.fr

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Les territoires de la transition énergétique – Journée d’étude IEA de Paris 23 mai

iea paris logoL’institut d’études avancées de Paris organise le 23 mai prochain une journée d’étude parrainée par EDF R&D sur le rôle des territoires dans la transition énergétique en Europe, se focalisant plus spécifiquement sur les cas Allemand, Britannique et Français.
Vous trouverez la présentation et le programme ci-dessous et en ligne sur le site de l’IEA.
La participation est gratuite, sur inscription au moyen du formulaire figurant sur la page web.

Présentation

Les pays européens sont engagés dans des processus de transition énergétique qui tous requièrent la mobilisation des différents acteurs concernés par les questions relatives à l’énergie et au climat, et en particulier les différents échelons de leur organisation politique et administrative. Pour faire le point sur ces questions, nous nous intéresserons à trois pays comparables du point de vue de leurs poids démographique, économique et politique : L’Allemagne, le Royaume-Uni et la France. Trois cultures et trois contextes différents, mais une ambition commune qui prend des formes différentes à partir des options déjà adoptées, en vue d’une inflexion des politiques énergétiques et des expérimentations en cours.
Ces expérimentations, comme les tentatives publiques et privées de relocalisation de la question énergétique, soulèvent de nombreuses questions quant à la préservation d’un équilibre global entre régions. Quelles sont les motivations des acteurs locaux ? Quelles adaptations des cadres de régulation peut-on envisager pour accompagner ces initiatives locales ? Quelles sont alors les capacités de financement et d’expertise au niveau local qui permettraient à des acteurs locaux privés ou publics de saisir ces opportunités de développement territorial ? Quelles expérimentations peuvent nous aider à comprendre les tensions et les résistances mais aussi les dynamiques de coopération entre écosystèmes énergétiques locaux et cadres nationaux, ces derniers assurant des fonctions de sécurité énergétique et de développement équitable entre les régions et leurs territoires ?
Cette journée d’étude sera l’occasion d’examiner la transition énergétique en Allemagne, au Royaume Uni et en France à partir du territoire, afin de réinterroger les cadres nationaux, sans oublier le cadre européen. A partir de points de vue transversaux et de leur mise en perspective, nous espérons tirer des enseignements plus généraux sur les processus de transition énergétique actuellement à l’œuvre en Europe.
Communications en anglais et français avec traduction simultanée

Continuer la lecture

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Journée d’Etudes Sécurité sociale et écologie au 21e siècle

Une journée d’études qui se tiendra à l’Université Paris 7 Diderot, Amphi Türing, 30 mai 2016. 9h / 18h. Entrée gratuite.
Bâtiment Sophie Germain.

Matinée. 9h. Quel avenir de la Sécurité sociale face à la crise écologique ?

Fabrice Flipo, TEM-LCSP, philosophe, Écologie et sécurité sociale, écologisme et mouvement ouvrier.
Janssen Jorg, Institut Européen du Salariat, The cultivation of natural ressources an integral part of social security.
Rousseau Sandrine, Université de Lille, CLERSE, Pour un nouveau contrat social : de nouveaux compromis.
Teper Bernard, co-animateur du Réseau Éducation Populaire, Du déjà là de la Sécu de 1945 à la République sociale, alternative au néolibéralisme.
Bayon Denis, Recherche et Décroissance, Friot Bernard, Institut Européen du Salariat, Le financement de la Sécurité sociale dépend t-il de la poursuite de la croissance économique ?

Après-midi. Quels exemples concrets de nouveaux liens entre travail, salariat et écologie ?

Andrian Lanja, Syndicat de la Médecine Générale, Surmédicalisation, Surdiagnostics et surtraitements et sobriété écologique.
Cognard Sylvie, Kayser Marie, Syndicat de la Médecine Générale, Les maladies que l’on pourrait éviter.
Zarka Samuel, LISE, CNAM, À la recherche des « emplois verts ». Développement durable et salaire : le cas du bâtiment.
Khaouni Diffalah, philosophe, Université Paris VII Diderot, L’écologie une nouvelle question sociale.

Clôture. 18h

Voir l’argumentaire

 

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Interdisciplinarité-s : Expériences de la sociologie de l’environnement

Lien vers l’affiche :Interdisciplinarité et sociologie de l’environnement 3 mai 2016 final v2

Les sociologues de l’environnement ont toujours été confrontés à l’interdisciplinarité, qu’elle soit choisie ou non, dans des contextes et sous des formes variés.

Cette journée s’appuiera sur les expériences, les pratiques et les positions de chacun, afin d’échanger et d’apprendre les uns des autres, et d’accumuler des connaissances et des pratiques favorisant l’interdisciplinarité – cette entreprise sans cesse renouvelée.

Nous partirons de quatre contextes d’interdisciplinarité auxquels les sociologues de l’environnement sont confrontés. Chaque table ronde sera introduite par des membres du réseau et les auditeurs seront sollicités pour compléter ces expériences.

Accueil, cafés et retrouvailles entre 8h30 et 9h, fin de la journée à 17h45

Matinée
Introduction –        Ph. Boudes, M. Jacqué et Cl. Lamine
1ère table-ronde –  L’interdisciplinarité avec les sciences de la vie
M. Jacqué et Cl. Lamine
2ème table-ronde – L’interdisciplinarité avec les sciences humaines
Ch. Baticle et Al. Canabate

 Après-Midi
Intervention de Ch. Deverre, Inra-SAD
3ème table ronde – L’interdisciplinarité et l’enseignement
S. Nemoz, M. Salinas et Ph. Boudes
 4ème table ronde – L’interdisciplinarité et l’expertise
E. Richard et Fl. Rudolf
Synthèse collective et Conclusion

Journée organisée par le bureau du réseau AFS « sociologie de l’environnement » : Ch. Baticle, J.Boisonnade, Ph. Boudes, A. Canabate, J. Candau. A. Grisoni, M. Jacqué, C. Lamine, S. Nemoz, F. Rudolf, M. Thiann-Bo Morel

Lieu : Paris, EHESS, 190-198 Avenue de France

Date : 3 MAI 2016

Sites & contacts : http://effetdeser.hypotheses.org , http://www.test-afs-socio.fr/drupal/RT38

philippe.boudes@agrocampus-ouest.fr, marie.jacque@univ-amu.fr, claire.lamine@avignon.inra.fr

Journée d’étude « Ce que fait l’écologie à la pensée, refigurer, redistribuer, re-élaborer », 25 mai 2013

image 2Dans le cadre des journées d’étude  « Ce que fait l’écologie à la pensée,  Refigurer, redistribuer, re-élaborer », Journée du 25 mai 2013, Écologie et inégalité sociale, dans l’amphithéâtre de l’Institut de Paléontologie Humaine
Présentation :
Des analyses critiques telles que celles qui mettent à jour les liens entre le saccage de la nature et les dominations politiques et économiques supposent des corrélations entre crise écologique et crise politique. Qu’est-ce que serait une écologie politique qui délaisserait ces questions ? Comment réussir à l’inverse à les articuler de telle sorte que l’une ne devienne pas prioritaire sur l’autre ? Cette journée sera l’occasion de présenter et de mettre en débat différentes approches significatives de ces problématiques.  
 
Programme :

09h45 – Présentation de la journée

10h00 – Fabrice Flipo
Écologie et marxisme : un dialogue difficile, mais nécessaire 

11h00 – Michael Löwy
Les luttes socio-écologiques en Amerique Latine

12h00 – Patrick Degeorges
Politiques gouvernementales et mouvements écologistes

14h30 – Michel Lepesant
Comment l’écologie nous oblige à écarter les limites

15h30 – Paul Ariès (sous réserve)

16h30 – Isabelle Frémeaux
Le conflit de Notre Dame des Landes. Itinéraire d’une lutte en cours

17h30 – Nicolas Haeringer
 Un grand projet inutile et imposé : discussion autour du conflit de notre dame des landes

18h30 – Les sentiers de l’utopie
projection du film d’Isabelle Fremeaux et John Jordan (discussion autour du film)

Amphithéâtre de l’Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard 75013 Parismétro Saint-Marcel (L. 5)

Renseignements au Collège International de Philosophie : 01 44 41 46 80 / collectif@ciph.org

en partenariat avec le Muséum National d’Histoire Naturelle.

Prochaine journée samedi 15 juin 2013 « Écologie : des entités non conventionnelles »

en présence de : Vinciane Despret, Tobie Nathan, Brain Massumi et Isabelle stengers.

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Journée d’étude « Justice environnementale et droit à l’eau » le 22 mai 2013 à l’université Paris Ouest

image 1Une journée d’étude intitulée « Justice environnementale et droit à l’eau« , co- organisée par l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, le laboratoire Mosaïques, l’école doctorale 395 et le rés-EAU P10, se tiendra le 22 mai 2013 à l’université Paris Ouest au bâtiment A en salle 304.
Jamie Linton, professeur à Queen’s University (Ontario, Canada) invité à l’Université de Paris Ouest Nanterre, géographe qui s’intéresse notamment à l’histoire du concept « moderne » de l’eau,  interviendra sur :
 « Le droit à quoi ? L’eau, les droits, les êtres humains, et les relations entre les choses ».  Deux ateliers de discussion animés par des doctorants se poursuivront dans l’après-midi. 
Cliquez sur les liens suivants pour obtenir  Le programme détaillé et  Le plan d’accès au campus.

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Ateliers Développement Durable et Acceptabilité Sociale – Gis ReHaL et AC-DD

L’ Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Val de Seine (Amphi 180) accueillera trois ateliers s’ intéressant à la dimension performative du développement durable, les 7 décembre 2012, 15 février et le 12 avril 2013

La notion d’acceptabilité sociale, directement issue de la gestion des risques et du calcul rationnel a progressivement été reprise par les institutions alors qu’elle soulève de nombreuses questions.

Cet atelier commun au réseau AC/DD et au GIS ReHaL souhaite apporter dès sa première année d’existence une contribution à ce débat, à travers trois séances, la première consacrée à la conception de la ville durable, la seconde à son appropriation et la dernière au travail du chercheur vis-à-vis de cette problématique de l’acceptabilité sociale du développement durable.

Le détail de l’argumentaire et le programme des journées est disponible Programme atelier Acceptabilite du DD (au 10 novembre 2012)

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Trame Verte urbaine – Paris 2030

 

 

Les programmes ‘Paris 2030’ de la Ville de Paris et ‘Changement Climatique et Trame Verte urbaine (CCTV)’ porté par le LADYSS-CNRS au sein du GIS Climat, vous invitent à un après-midi de rencontres entre chercheurs, praticiens et politiques, autour des fonctions écologiques et sociales de la végétation urbaine, dans un contexte d’adaptation climatique.

Cette demi-journée aura lieu le 3 décembre 2012 à l’auditorium de la ville de Paris.

 

 

Inscription indispensable à l’adresse suivante :  paris2030.ladyss@gmail.com. Merci de préciser vos nom, prénom, statut, et votre institution ou organisation d’appartenance. Le nombre de place est limité, une confirmation de réservation vous sera envoyée par la suite.

Programme journée LADYSS Paris 2030 végétation ville climat

 

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Séminaire 2012-2013 Controverses environnementales et anthropologies de la nature

SÉMINAIRE 2012-2013

Controverses environnementales et anthropologies de la nature

Dans le cadre des séminaires de l’EHESS et des enseignements de la mention RCAHS (Recherches Comparatives en Anthropologie, Histoire et Sociologie), master et formation doctorale de sciences sociales (Marseille),

Le séminaire est ouvert aux étudiants du master (M1 et M2).
Pour tout renseignement : valeria.siniscalchi@ehess.fr, ou le secrétariat du master et de la formation doctorale, laure.ginod@univ-amu.fr

Intervenants :

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
Suzanne de Cheveigné, directeur de recherche au CNRS
Bernard Hubert, directeur d’études à l’EHESS
Jean-Michel Fourniaudirecteur de recherche à l’IFSTTAR
Valeria Siniscalchi, maître de conférences à l’EHESS

Dates :

Le 2e vendredi du mois, 14h00-17h00, salle A, 2ème étage, Centre de la Vieille Charité, 13002 Marseille 

Première séance : vendredi 9 novembre 2012

Séances suivantes : 14 décembre, 11 janvier, 8 février, 8 mars, 12 avril et une journée en mai (date précisée ultérieurement)

Thématique :

Qu’il s’agisse de mouvements sociaux autour d’enjeux environnementaux, de politiques de conservation de la biodiversité, de processus de recherche et d’expertise face aux perspectives de changement climatique, les questions environnementales sont à la croisée de multiples dimensions de la vie sociale. Dans le cadre de ce séminaire, les problématiques portées par de nombreux acteurs autour de l’environnement, du développement durable et de la biodiversité seront analysées à l’aune de différentes disciplines. Un des avantages du point de vue pluridisciplinaire est de contraindre à l’explicitation de notions utilisées comme autant de passeurs ou de médiateurs conceptuels, alors même qu’elles recouvrent des conceptions différentes, voire antagoniques des rapports entre milieux vivants, sciences et sociétés. Dans le but de clarifier les notions, nous croiserons plusieurs logiques d’enquête : l’histoire de la notion d’environnement ; les redéfinitions des politiques de la nature ; les formes d’engagement des questions environnementales dans les controverses et les débats publics ; les enjeux sociaux, économiques et scientifiques de la protection des espaces et des espèces ; et enfin le point de vue international ou cosmopolitique, avec la redéfinition des rapports Nord/Sud à travers la cause climatique et la biodiversité, mais aussi les enjeux énergétiques que l’on peut difficilement dissocier aujourd’hui. Nous prêterons attention également aux différentes pratiques de la nature, aux rapports entre visions globales et constructions locales de l’écologie pratique, tout comme aux discours des médias et au rôle des sciences de la nature et des sciences sociales dans les protocoles de la « bonne gouvernance ».

___________

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Centre de la Vieille Charité
2 rue de la Charité
13236 Marseille cedex 02 (France)
Tél : 33(0)4 91 14 07 27 (standard) 29 (direct)

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Compte rendu de la 3e séance du Groupe de Travail

La troisième séance du groupe de travail a eu lieu le vendredi 29 juin 2012 de 17h à 19h, en salle 7 à l’EHESS. Elle a été animée par Sophie Némoz et a réuni Fabrice Andreani, Marieke Blondet, Alexandra Borsari, Malcom Ferdinand, Mathieu Gervais, ainsi que Miwon Seo.

Lors de cet atelier, les lignes directrices de nos travaux respectifs ont été mises en commun dans le but d’interroger le sens de la catégorie « environnement » et de la déconstruire.
Cette interrogation a été déclinée à travers plusieurs pistes de réflexion :
– il s’agit tout d’abord de revenir sur la traduction française du vocable « sustainable » et de comprendre dans quelle mesure le terme « durable » a fait fortune dans la littérature des SHS ;
– il semble également intéressant de questionner les catégories de « protection », de « préservation » et de « conservation » afin de préciser ce qui définit leur emploi et de savoir en quoi leur usage est interchangeable dans les travaux scientifiques sur l’environnement ;
– la question des territoires et des jeux d’acteurs aux différentes échelles (globale, nationale et locale) mérite par ailleurs d’être approfondie autour des problématiques environnementales et des controverses soulevées, notamment par rapport aux effets de marginalisation des populations autochtones ;
– d’autres pistes de réflexion envisagées portent sur les liens entre l’engagement écologique et les représentations du corps, ainsi qu’entre des conceptions différentielles de l’environnement et les pratiques effectives.
– Comment sortir d’une approche normative ? Est-il inéluctable que les chercheurs, de toutes disciplines confondues, s’intéressant à l’écologisme soient eux aussi des écologistes convaincus ? Peut être est-ce là le meilleur argument assimilant l’écologie à une idéologie ; comme le marxisme en son temps, elle forme les chercheurs à un cadre de pensée pourvu d’un objectif normatif ? Dans ce contexte, comment peut-on concevoir d’en faire un objet pour la sociologie ?
– Pourquoi réduire l’écologisme, même dans sa version idéologique, à une question quantitative ? Qu’il s’agisse de l’évaluation du nombre d’espèces amenées à disparaître, de la quantification des surfaces nécessaires pour vivre, de la monétarisation de la nature, peut-on maintenir une approche chiffrée, ou doit-on également s’interroger sur les représentations et les pratiques qui façonnent l’écologie, d’un point de vue quantitatif ?
– La question des risques environnementaux et leur inscription dans une théorie de l’événement, qui pose la question de la temporalité.
– Environnement et démocratie
– Environnement et lutte des classes
– Il est commun d’opposer l’écologie institutionnalisée, telle qu’elle est reprise dans le discours politique et dans les entreprises, sous des terminologies variées (greenwashing, développement durable, écomarketing) et la décroissance. Or, les adeptes de la décroissance sont aussi des acteurs économiques, même dans les cas les plus extrêmes ; de la même façon, la variété des structures économiques qui mettent en circulation et réalisent les principes liés à l’environnement est grande et ne peut se réduire à une simple intégration de l’écologie au marché. Dans ce contexte, comment intégrer les questions liées à une conception linéaire de l’espace et du temps, marquée par la quête de la croissance et l’idéologie du développement, à une approche scientifique sur l’environnement ?
– Les rapports qu’entretiennent l’extrême gauche et l’écologie. A priori, ces deux mouvements s’opposent, dans leur rapport au travail et à la croissance, mais également dans leurs modes d’action. Alors que l’un propose un changement radical de la société, passant par la révolution, l’autre consiste avant tout en une prise de conscience individuelle, impliquant un changement au niveau du mode de vie, mais sans aucune velléité de mobilisation collective visant à l’institutionnalisation sur le long terme. Pourtant, si l’on étudie non seulement le discours des acteurs de l’un et de l’autre bord, mais aussi leurs pratiques, on s’aperçoit que loin d’être aussi rigides, les cadres d’action sont poreux. Dès lors se pose la question du public et du privé, de l’individuel et du collectif.

Suite à la discussion de ces différentes thématiques, Malcom Ferdinand a été invité à présenter la recherche PEPS sur les inégalités écologiques dans les projets de reconstruction d’Haïti après le tremblement de terre.
En amont de la passation des enquêtes de terrain avec Anahita Grisoni, le groupe de travail a été l’occasion d’échanger sur les modalités de la démarche méthodologique et leurs enjeux dans cette étude de cas.

Agenda – prochaine séance du groupe de travail
Cette prochaine séance se déroulera le mercredi 21 novembre à l’EHESS, autour des points suivants :
– brève présentation du groupe de travail et des thématiques de recherche par Anahita Grisoni et Sophie Némoz
– présentation du projet lauréat du PEPS « inégalités sociales et environnementales » par Malcom Ferdinand et Anahita Grisoni
– présentation du travail de thèse de Valentine van Gameren intitulé « Faire face aux impacts environnementaux et territoriaux des changements climatiques en Région wallonne : quelle stratégie d’adaptation ? » (IGEAT – Université Libre de Bruxelles, sous la direction d’Edwin Zaccaï et le suivi de Sophie Némoz). La séance se poursuivra par un débat.

Journées d’étude- 4 et 5 octobre 2012 -Développement durable, conservation de l’environnement et savoirs locaux : confrontation des projets avec les « réalités » de terrain

Journées d’étude

Développement durable, conservation de l’environnement et savoirs locaux : confrontation des projets avec les « réalités » de terrain

co-organisées par Marieke Blondet (AgroParisTech, Nancy), Elodie Fache (CREDO, Marseille) et Simonne Pauwels (CREDO, Marseille)

Les 4 et 5 Octobre 2012 – Campus St Charles de l’Université Aix-Marseille, à Marseille (dans les locaux jouxtant le CREDO) Continuer la lecture

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Atelier LITTOCEAN – 12 Avril 2012

Atelier LITTOCEAN –  12 Avril 2012

Ecole Militaire (les Invalides, Paris), de 17h à 2OH

 Amphi SUFFREN

Inscription, s’adresser à Logerot Cecile clogerot@yahoo.fr

Site de Littocean : www.littocean.fr

 

Espaces maritimes et articulations transnationales : le cas de la Méditerranée

 

Problématique :  

L’atelier vise à comprendre les conséquences de la globalisation sur la gouvernance et la gestion de  l’espace maritime dans le bassin méditerranéen et les transformations qui en résultent sur le plan des processus de décision. L’interface terre mer restreint la plupart du temps à la question de  GIZC, devient de nos jours un enjeu socio, géopolitique et de développement durable. La mer, regardée le plus souvent du côté terre ou des côtes, prend une importance nouvelle et pose le problème de son appréhension par les acteurs sociaux et  les décideurs politiques. L’articulation entre les nombreux processus de planification et de stratégies  mer-terre au cœur de la gouvernance post-moderne modifie l’appréhension de ce  milieu terre et mer qui est pensé dorénavant comme un système complexe et multidimensionnel et sujet à controverses sur la définition des périmètres, de leurs limites et des frontières qui le caractérise..

L’interdépendance entre les activités et leurs impacts sociaux, économiques et environnementaux modifie l’échelle d’appréhension des problèmes et les représentations cognitives associées au littoral et à la mer. Ces transformations impactent le domaine décisionnel qui doit désormais intégrer la complexité des problèmes  et trouver les échelles pertinentes de l’agir, dans un contexte  où le futur est de moins en moins prévisible, en mobilisant toutes les ressources disponibles parmi lesquelles figurent la science, la recherche, la technologie et l’expertise de la société civile. C’est à au niveau transnational qu’il revient de questionner la mise en œuvre de pratiques et de politiques locales et nationales désormais articulées à des dynamiques globales. C’est cette tension entre dynamiques globales, nationales et locales que nous voulons interroger en étudiant le cas de la Méditerranée avec nos adhérents et les participants à cet atelier en sollicitant  leur expertise des référentiels existant comme en devenir pour gouverner autrement la mer et le littoral. Il s’agit aussi de faire apparaître les contraintes d’opérationnalisation et les difficultés auxquelles les décideurs et gestionnaires sont confrontés pour mettre en œuvre une politique intégrée de gestion de l’espace maritime à l’échelle de la Méditerranée dans un contexte d’incertitudes grandissantes (articulations entre politique nationale et européenne, cohérence des instruments et dispositifs, prise en compte des conflits, des cultures et des gouvernances  nationales mises en place par chacun des riverains).

C’est toute la dynamique du local au national qui dans la perspective d’une approche intégrée est bouleversée. L’action publique se trouve confrontée à de nouvelles règles du jeu, voire contrainte à  imaginer et innover d’autres principes de régulation en les co-construisant avec de nouveaux acteurs situés en deçà comme au-delà des frontières nationales. Ce sont ces transformations que nous voulons saisir autour de trois tables rondes  en suscitant un débat ouvert et réflexif sur les  ressources et les atouts dont disposent les différents acteurs pour instaurer une gouvernance nationale et internationale intégrée de la mer et du littoral. La finalité est la recherche d’une nouvelle gouvernance de l’espace maritime attachée de manière coordonnée aux domaines de l’économie, du social et de la culture, de l’environnement, du développement durable, de la défense et de la sécurité qui prenne en compte les aspects organisationnels comme institutionnels appropriés aux  enjeux globaux au premier rang desquels figurent la paix et la stabilité régionales. Pour ce faire, nous examinerons la Méditerranée : une mer fermée, ancienne et profonde ; un espace de rencontre entre différentes cultures et différents continents traversé par la globalisation ; un espace maritime dont l’ordre géostratégique est en pleine recomposition.

Objectif de l’atelier :

  1. Identifier, dans cette zone d’intégrale mouvance, les invariants autour desquels peut  se construire une nouvelle gouvernance.
  2.  Appréhender la complexité d’un espace maritime traversé par la globalisation du système international pour en extraire des principes de lecture, d’analyse  et d’action.
  3. Susciter le débat et la controverse, en vue d’élaborer une compréhension commune.
  4. Produire un rapport d’une quinzaine de pages (en français et en anglais) pouvant être diffusé sur internet et appelant à l’organisation d’événements complémentaires (ateliers, séminaires, conférences…).

 

Programme des tables rondes

 

 Chacune des tables sera animée autour d’experts et de spécialistes des espaces maritimes et de la  Méditerranée.

17 : 00 – Introduction générale par le Président (Kalaora) : La Méditerranée, un nouveau laboratoire.

Introduction des tables rondes : « Cadre et enjeux de la Méditerranée contemporaine :  par l’Amiral Jean Dufourcq (docteur en sciences politiques, directeur d’études à l’IRSEM, rédacteur en chef de la revue de la Défense Nationale, académicien de Marine).

 

                                      Animation : B. Kalaora et  C.Bersani

  1. 17 : 30 – Diversité des contours et des problématiques du bassin méditerranéen

 Direction Yves Hénocque (Discutant Christophe Le Visage, Julien Rochette et Catherine Bersani) 

 

       –   Approches multilatérales et coopération régionale

–          Mécanismes de gouvernance

–          La Méditerranée et les problématiques maritimes vues du Sud

  1. 2.      18 : 10 – Réconciliation des approches pour une cohérence des principes

Direction Christophe Le Visage (Discutant Anne Sophie Leclerc, Julia Jordan, Yves Henocque)

 

–          L’échelle méditerranéenne : du régional au national

–          Quelle articulation des initiatives locales ?

–          Action de l’UE à l’égard des Etats tiers (Partenariat Euro-Méditerranéen, UPM, Commission)

  1. 3.      18 : 50 – Sécurité intégrale de l’espace maritime méditerranéen

 Discutant Christophe Le Visage, Amiral Jean Dufourcq et Emile Malet : « Pour une sécurité durable »)

 

  1. 4.      19h.40 – Conclusions par Catherine Bersani

 

Enjeux et perspectives dégagés par LittOcean au travers d’une approche intégrée des problématiques.

 

 

Séminaire avec Michel Marié, « Eau, Pouvoir et Territoire », 09/03.

Michel Marié, Sociologue, DR CNRS Emérite

« EAU, POUVOIR ET TERRITOIRE »

VENDREDI 9 MARS 2012
9H30-12H30
AMPHI DE CHIMIE
Centre Saint-Charles, 3, place Victor Hugo – 13003 – Marseille

Alors que s’ouvre à Marseille le Forum Mondial de l’Eau, Michel Marié nous interrogera sur les relations entre « Eau, pouvoir et territoire » permettant d’approcher la question des rapports entre l’eau, les hydrauliciens, le territoire et ses habitants dans la longue durée. Ces notions seront approchées dans leurs tensions dialectiques telles que par exemple celle du conflit et de la négociation, celle de l’ « aménagement » et du « ménagement » de l’espace, du changement-rupture et du changement-capillaire des techniques et des territoires. Si on veut comprendre comment fonctionne un réseau hydraulique il n’est pas suffisant de voir ce que les objets produits par les ingénieurs font à l’espace. Encore faut-il voir en même temps comment, par adaptation réciproque, par conflit ou par ruse les sociétés locales influent sur le réseau. Peut-être pourrait-on dire alors, que pour qu’un dispositif technique ait quelque chance de bien fonctionner, sans doute faut-il qu’il soit capable d’affronter des sociétés locales suffisamment fortes pour lui résister, autrement dit qu’il ait été capable de s’accommoder à l’épaisseur sociale d’un territoire.

 

Quelques références bibliographiques :
• Michel Marié, Danièle Larcena, Pierre Dérioz, 1999, Cultures, usages et stratégies de l’eau en méditerranée occidentale. Tensions, conflits et régulations, L’Harmattan Villes et Entreprises, 543 pp
• Michel Marié, 1984, Pour une anthropologie des grands ouvrages, le canal de Provence, in Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 21, pp. 5-35.
• Michel Marié, 1993, Territoires hydrauliques, la Société du Canal de Provence, dix ans après », in Documents SCP, février 1993, 51 pp
• Michel Marié, 1989, Les terres et les mots, Méridiens Klincksieck, Analyse Institutionnelle, 1989, 212 pp.
• Michel Marié, 2004, Las huellas hidráulicas en el territorio : la experiencia francesa, El Colegio de San Luis – IMTA – SEMARNAT, coleccion inveztigaciones, prólogo Francisco Peña y Claudia Cirelli, 101 pp.

Le compte-rendu après le 9 mars !