Archives de catégorie : Vie du RT

Congrès de l’AFS – Nantes 2 – 5 septembre 2013 Appel à communication

Congrès de l’AFS – Nantes 2 – 5 septembre 2013

Dominations

 

Appel à communication RT 38 AFS

« Sociologie de l’environnement et du risque »

La sociologie de l’environnement entretient avec l’analyse des formes de domination un rapport ambigu. Si elle s’intéresse relativement peu à la question des rapports sociaux inégalitaires, elle s’est structurée corrélativement à l’émergence et la diffusion d’un nouveau cadre idéologique dénonçant le rôle destructeur d’un «  homme » dominant la « nature », et son rapport prédateur aux ressources naturelles. Elle a fait sien comme objet l’analyse des discours et pratiques adoptés pour atténuer ou réparer l’acte nécessairement destructeur de l’homme : mesures de protection et de conservation de la nature, revendications et mobilisations écologistes, politiques publiques environnementales, développement de technologies brouillant les limites entre nature et culture.

La pénétration idéologique des enjeux environnementaux s’est appuyée sur une déconnexion entre d’un côté la diffusion de discours, de revendications et de pratiques protectionnistes et de l’autre le développement d’un système économique renforçant l’exploitation des ressources naturelles et les rapports sociaux inégalitaires. Cette déconnexion s’est fondée sur de nouvelles catégorisations de la réalité sociale pour lesquelles l’« homme destructeur» a pris le pas sur une catégorisation en termes de classes sociales et de rapports sociaux.

L’appel à communication du Congrès de l’AFS sur « les dominations » nous amène à interroger cette déconnexion, en analysant la place que tiennent les discours et les pratiques sur l’environnement dans l’expression des rapports sociaux et les formes de domination sociale contemporaines. Comment la prise en charge économique, politique et sociale des problèmes environnementaux met en jeu des rapports sociaux inégalitaires et permet au nom de leur résolution la justification de politiques publiques ségrégatives et inégalitaires? Comment l’idéologie environnementale participe-t-elle à la légitimation des formes actuelles de domination sociale ? A ce propos, on pourra interroger la diversité des discours écologises quant à leur manière de tenir compte des effets sociaux générés par les maux environnementaux ou les mesures de protection préconisées. On s’intéressera aux contestations, y compris celles des pays du Sud, lors des négociations environnementales internationales. La session conjointe avec le RT 21 « Sociologie des mouvements sociaux » visera à apporter un regard réflexif sur la façon dont se recomposent les formes d’actions collectives en réponse aux processus de domination que la construction de l’environnement en problème public renforce voire génère.

 

L’émergence récente d’un champ faisant référence aux inégalités et à la justice environnementales peut apparaitre comme un questionnement renouvelé des rapports sociaux en jeu dans la gestion de l’environnement. Celui-ci, surtout théorisé dans la littérature anglo-saxonne recouvre des positionnements théoriques mais aussi politiques très divers voire antagonistes. Cette polysémie s’accompagne d’une difficulté théorique à définir sociologiquement les notions de « justice » et d’« inégalités environnementales » au regard d’une approche en termes de rapports sociaux. En effet, l’émergence de ces cadres de pensée s’est appuyée sur une catégorisation de la réalité sociale faisant non plus référence aux classes sociales mais à des « communautés » présentées comme homogènes au regard de leur exposition aux risques, aux pollutions ou de leur rapport à la nature : les « indigènes », les « paysans », les « pauvres », les « femmes », « les habitants » etc. Ces catégorisations sont largement mobilisées dans les textes internationaux, accordant à ces communautés désignées un rôle moteur dans le traitement des problèmes environnementaux. Dès lors, on peut se demander dans quelle mesure les politiques publiques environnementales (dans le domaine du risque, des politiques urbaines de la ville durable, de la gestion des ressources naturelles) peuvent renforcer ou générer des processus de marginalisation, de stigmatisation ou d’exclusion de certains groupes sociaux ? Comment la mobilisation des concepts propres à l’analyse sociologique des rapports sociaux pourrait permettre de prendre une distance théorique et méthodologique vis-à-vis du discours circulant sur les inégalités et la justice environnementales ? En quoi et comment la mobilisation de ces notions participe de formes de domination sociale contemporaines ? Ce questionnement peut s’appliquer à d’autres champs et outils sémantiques mobilisés dans le domaine de l’environnement et des risques comme ceux de « responsabilité sociale et écologique », de « démocratie environnementale », de « vulnérabilité écologique et sociale », etc.

 

Interroger les formes de domination c’est aussi analyser les modes d’incorporation, d’intériorisation de l’ordre social existant. Au nom de valeurs environnementales ou d’engagements écologiques, des situations sociales inégalitaires peuvent être présentées comme choisies, voire revendiquées comme moyen de contestation des modes de vie et de consommation dominants. La domination passe par des formes plus diffuses d’intériorisation, dont le principal mode d’assujettissement est de transformer une situation asymétrique subie, en choix consenti. Un des domaines qui nous semble le plus caractéristique de cette tendance est celui des rapports sociaux de sexe. Les mouvements contemporains se revendiquant de l’écoféminisme, diffusent au nom d’une contestation du système dominant, un discours opérant un rapprochement entre la domination des femmes et de la nature. Au nom de cette même domination masculine, les femmes seraient plus à même de comprendre les enjeux écologiques. Il en résulte la valorisation de pratiques et d’un mode de vie où la maternité, les activités domestiques sont revendiquées comme choisis au nom d’un engagement environnemental. Ce qui est alors présenté comme un choix aurait comme conséquence de renforcer la domination masculine dans un contexte où les inégalités hommes/femmes tendent à se renforcer, et où la remise en cause d’un certain nombre de droits sociaux touche prioritairement les femmes. D’une manière plus générale, il s’agira d’interroger la façon dont les références aux questions écologiques et environnementales participent des formes d’incorporation de la domination.

 

Demi-journée d’étude croisée : RT21 « sociologie des mouvements sociaux » et RT 38 « sociologie de l’environnement et du risque »

 

L’un des aspects de la domination de et par l’environnement s’opère à travers la normativité de sa définition par les politiques publiques et les institutions. Allant à l’encontre de ces sens imposés, les acteurs de terrain, les agents du quotidien proposent d’autres manières de faire et des manières de dire qui portent les germes d’un autre modèle de société, ou même simplement d’une bonne gouvernance face à celle qu’ils estiment défaillante. Ces prises de position écologiques, individuelles ou collectives, peuvent être observées à travers le prisme de la sociologie des mouvements sociaux. Réciproquement, les nouveaux objets relatant le rapport à la nature dans les sociétés occidentales modernes posent question à ce champ de la sociologie en renouvellement et participent de sa reformulation théorique et méthodologique. En effet, si les mobilisations collectives autour d’objets touchant à l’environnement sont plutôt insolitesau regard des mouvements autour d’enjeux dits « sociaux », il n’en demeure pas moins que les pratiques des acteurs attestent d’un renouvellement des répertoires d’agir.

Qu’ils se manifestent sous forme de mobilisations collectives – contre la construction de grands projets d’aménagements -, de réseaux diffus – contre le gaz de schiste, ou pour soutenir des circuits courts – ou de pratiques individuelles, ces mouvements sociaux ont en commun le fait de naître de la réflexivité du sujet tout en revendiquant être porteurs d’un modèle de société alternatif. De la même façon, ces prises de position sont mues par une double dynamique qui peut en apparence paraitre contradictoire. La résistance à la domination d’un modèle de société dans lequel les acteurs ne se reconnaissent pas cohabite avec une recherche d’imposition du sens, qui est quelquefois interprétée comme une posture réactionnaire. L’innovation qui n’est pas toujours technique mais bien souvent sociale, prend forme aussi bien dans des répertoires d’agir du quotidien que dans une contestation réinvestissant l’espace public. Ces alternatives peuvent-elles constituer des formes de résistances à la domination ? En quoi sont-elles porteuses de revendications et de modes d’actions remettant en cause l’ordre social, politique et économique dominant ? Le croisement de la sociologie de l’environnement et celle des mouvements sociaux ouvre de nombreuses pistes d’analyse des formes de domination, dont seulement quelques-unes sont esquissées ici. Autant de pistes que cette session souhaite porter à la discussion.

 

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 18 février 2013

 

Elles doivent contenir un résumé d’une page comprenant :

 

  • Le titre de la proposition de communication

  • Un résumé

  • Le nom, prénom, institution de rattachement, adresse courriel de chaque auteur.

 

 

Ce texte est à renvoyer par courriel à : marie.jacque@univ-amu.fr

Compte-rendu du groupe de travail « l’environnement peut-il être un objet pour la sociologie ? » – séance du 19 mars 2012

La deuxième séance de ce groupe de travail a eu lieu le lundi 19 mars de 17h à 19h, en salle 6 à l’EHESS. Il a réuni les deux organisatrices Sophie Némoz et Anahita Grisoni, ainsi que Céline Guilleux et Miwon Seo.

Contenu – réunion de travail, mars 2012

La discussion a porté sur l’intérêt d’examiner les liens de la sociologie de l’environnement avec d’autres champs de la discipline : sociologie rurale, sociologie urbaine, sociologie des mouvements sociaux, sociologie marxiste, sociologie déconstructiviste, sociologie du risque, sociologie de la distinction, sociologie des conflits, sociologie des professions…

De nombreuses contributions sociologiques émergent sur les questions environnementales mais, elles restent encore dispersées. Dans le cadre du groupe de travail sur la sociologie de l’environnement, il apparaît opportun de réunir et confronter les contributions et les analyses dans le domaine. Il s’agit de mieux comprendre la place et les apports de différents courants sociologiques à ce champ de recherche. Quelles approches de la sociologie sont privilégiées ? Quels en sont les résultats saillants aujourd’hui et par le passé ?

Un autre questionnement consiste à interroger les interactions entre la sociologie et les sciences appliquées. Comment concilier sciences de l’ingénieur et sciences de la société dans les travaux de recherche sur l’environnement ? Comment la sociologie peut être mobilisée dans la production de connaissances interdisciplinaires ?

A l’issue de cette rencontre, les participants ont convenu d’enrichir ces réflexions par une série d’ateliers thématiques à débuter en juin prochain. A chacune de ces rencontres, un intervenant pourra présenter une petite revue de la littérature issue d’un courant ou d’un champ spécifique de recherche, en montrant les contributions à la sociologie de l’environnement.

Agenda – prochaine séance du groupe de travail, mai 2012

Lors de la prochaine séance au mois de mai, le groupe de travail discutera plus en détails de l’intérêt et des modalités du développement d’une bibliographie commune autour des « sociologies de l’environnement ». Chaque participant sera invité à préciser les thématiques qu’il souhaite approfondir lors des prochains ateliers.
La séance sera également consacrée à l’échange de nos expériences à l’étranger et des connaissances acquises en sociologie de l’environnement au-delà du champ francophone.

Sociologie de l’environnement EHESS 13 janvier

La première séance de ce groupe de travail a eu lieu le vendredi 13 janvier de 17 à 19h, en salle 7 à l’EHESS. Il rassemblait, en plus des deux organisatrices, cinq autres personnes. Bien qu’ayant prévu une introduction à la sociologie de l’environnement, nous avons consacré cette heure à la présentation des parcours de chacun, et des questions auxquelles ces personnes s’étaient confrontées. Le groupe présentait l’avantage de rassembler une majorité de personnes ayant vécu et étudié à l’étranger, et disposant de connaissances spécifiques sur la sociologie de l’environnement au-delà du champ francophone. A l’issue de cette rencontre, les participants ont convenu de fixer un prochain rendez-vous à la mi-mars.

Présentation du groupe de travail

Ce groupe de travail n’est pas un séminaire, mais plutôt un atelier dans lequel tous les participants s’engagent à travailler autour de la construction d’un questionnement commun, qui est le suivant : quelle est la légitimité et l’intérêt heuristique de l’environnement pour la sociologie? Comment penser les catégories suivantes en tant qu’objets pour la sociologie : nature, écologie, environnement ?Dans tous les cas, il s’agit ici de ne pas considérer le terme « environnement » comme un acquis, mais de l’interroger. Le groupe de travail s’inscrit dans la perspective du RT38 de l’Association Française de Sociologie.

Il existe déjà en France un domaine consacré à la sociologie de l’environnement, localisé dans plusieurs universités, au titre desquelles on peut citer l’université de Strasbourg, l’IEP de Grenoble, l’université de Provence, l’université de Nice. A Paris, un séminaire de sociologie de l’environnement est assuré par Christine Castelain Meunier à l’EHESS.

Présentation des participants

Silvia Marcon : anciennement élève du master territoire, espace, société, où selon elle, la sociologie de l’environnement était « noyée par les études urbaines ». Elle travaille aujourd’hui dans le programme Univers-cité de l’ONG WWF, et entend établir des ponts entre le monde de la recherche en sciences sociales, sous représenté, et les ONG.

Miwon Seo : anciennement élève du mastère santé publique à l’EHESS, elle a travaillé sur une ONG coréenne s’occupant d’enfants atteints d’exéma. Elle s’intéresse essentiellement aux questions mettant en lien la santé et l’environnement.

Déborah Delgado : après un master en sociologie, elle a réalisé un stage de 6 mois en 2008 à l’UNESCO, dans le programme « Man and the Biosphere Program ».  Dans ce cadre, elle a mené une enquête quantitative avec les chargés de zones protégées. Elle est actuellement en 2ème année de thèse sous la direction de Michel Wieviorka et  travaille sur les mouvements sociaux de l’Amazonie au Pérou et en Bolivie à partir des mouvements autochtones.

Malcom Ferdinand : doctorant en sciences politiques à l’université Paris 7, il a réalisé un mémoire de master 2 en philosophie portant sur la pensée de Gorz. Il travaille aujourd’hui sur l’écologie politique en Martinique et à Porto Rico.

Josephine Jackisch : étudiante en master 2 de santé publique à l’EHESS, elle travaille sur la relation de l’homme à la nature dans le cadre des jardins partagés.

Sophie Némoz : docteure en sociologie, sa thèse a porté sur l’innovation des habitats écologiques en France et en comparaison avec la Finlande et l’Espagne. Elle effectue un retour critique sur la construction idéologique de l’habitat durable, en questionnant les synergies et les impacts à différentes échelles socio-spatiales (macro, méso et micro). Son post-doctorat à l’Université Libre de Bruxelles (Institut de Gestion en Environnement et d’Aménagement du Territoire) lui a permis de développer et d’enseigner des approches interdisciplinaires autour de la controverse des effets rebonds et des problèmes de justice environnementale.

Anahita Grisoni : docteure en sociologie et urbaniste, sa thèse a porté sur l’inscription des médecines naturelles et du culte du bien-être dans la nébuleuse écologico-environnemental. A partir d’une étude du passage des thérapeutes naturels d’espaces contre-culturels, ruraux et ésotériques à des espaces alternatifs urbains et commerciaux, son travail tend à redéfinir la place de la nature en ville. Enseignante à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris la Villette, ses séminaires portent sur la question de l’espace traité d’un point de vue transdisciplinaire.

Groupe de travail: « l’environnement, un objet pour la sociologie? »‏

Bonjour,

Dans la perspective des travaux du réseau thématique 38 de l’Association française de sociologie, nous vous proposons de vous joindre à nous pour le lancement du groupe de travail: « l’environnement peut-il être un objet pour la sociologie? ».

Nous nous réunirons le 13 janvier à 17h dans le hall du 105bd Raspail, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. La salle de travail reste à définir.

Pouvez-vous nous confirmer votre présence par mail, en contactant Sophie Nemoz (sophie.nemoz@gmail.com) ou Anahita Grisoni (anahitagrisoni@gmail.com)?

Bonnes fêtes, et au plaisir de vous rencontrer,

Anahita Grisoni et Sophie Nemoz

Bureau du RT 38 (2011-2013)

 

Suite à l’assemblée Générale du RT 38 ayant eu lieu le vendredi 8 juillet 2011 à Grenoble, la composition du bureau RT 38 « sociologie de l’environnement et du risque » a été modifiée et élargie.

Il se compose de deux animatrices:

Marie JACQUÉ

Maitre de conférence en sociologie, DESMID/ESPACE, UMR 6012, Aix-Marseille Université – AMU

marie.jacque@univmed.fr

Florence RUDOLF

Professeure des universités en sociologie au département d’architecture de l’Insa-Strasbourg.

Florence.rudolf@misha.fr

Et de membres :

Christophe BATICLE

Post-Doctorant en contrat / UMR-CNRS CURAPP

Cbaticle@aol.com

Jacqueline CANDAU

Chargée de recherche en sociologie au Cemagref.

jacqueline.candau@cemagref.fr

Anahita GRISONI

Docteure en sociologie, Chercheure associée au CADIS, Ingénieure d’étude programme ERC EPI, Maîtresse assistante en sociologie ENSAPLV

anahita.grisoni@gmail.com

Céline GUILLEUX

Doctorante en sociologie LPED, UMR 151, Aix-Marseille Université – AMU

celine.guilleux@gmail.com

Sophie NEMOZ

Docteur en sociologie – chercheur postdoc, Centre d’Etudes du Développement Durable – Institut de Gestion en Environnement et d’Aménagement du Territoire – Université Libre de Bruxelles

sophie.nemoz@gmail.com