Archives mensuelles : février 2012

Emission radio La fabrique de l’histoire et l’agriculture (France Culture)

A l’approche du salon de l’agriculture, les émissions de  « La fabrique de l’histoire » diffusées sur France Culture sont consacrées cette semaine aux transformations du monde paysan

Vous pouvez déjà podcaster les émissions d’hier et d’aujourd’hui

lundi 20 février 2012 : « Nourrir la ville » : grand témoin Edgard Pisani,  (rediffusion du 4 mai 2009)

Ancien Ministre de l’agriculture du Général de Gaulle de 1961 à 1966, il fut en effet l’inventeur de la Politique Agricole Commune dans les années 1960 Par la suite, son regard a évolué et il observe aujourd’hui avec un peu plus de réserves cette phase de modernisation idéalisée.

mardi 21 février 2012: Quand les céréaliers s’unissent : naissance des coopératives agricoles dans les années 30 (rediff. de l’émission du 26/04/2004)

Un documentaire d’Emmanuel Laurentin, réalisé par Christine Robert

 

Sociologie de l’environnement EHESS 13 janvier

La première séance de ce groupe de travail a eu lieu le vendredi 13 janvier de 17 à 19h, en salle 7 à l’EHESS. Il rassemblait, en plus des deux organisatrices, cinq autres personnes. Bien qu’ayant prévu une introduction à la sociologie de l’environnement, nous avons consacré cette heure à la présentation des parcours de chacun, et des questions auxquelles ces personnes s’étaient confrontées. Le groupe présentait l’avantage de rassembler une majorité de personnes ayant vécu et étudié à l’étranger, et disposant de connaissances spécifiques sur la sociologie de l’environnement au-delà du champ francophone. A l’issue de cette rencontre, les participants ont convenu de fixer un prochain rendez-vous à la mi-mars.

Présentation du groupe de travail

Ce groupe de travail n’est pas un séminaire, mais plutôt un atelier dans lequel tous les participants s’engagent à travailler autour de la construction d’un questionnement commun, qui est le suivant : quelle est la légitimité et l’intérêt heuristique de l’environnement pour la sociologie? Comment penser les catégories suivantes en tant qu’objets pour la sociologie : nature, écologie, environnement ?Dans tous les cas, il s’agit ici de ne pas considérer le terme « environnement » comme un acquis, mais de l’interroger. Le groupe de travail s’inscrit dans la perspective du RT38 de l’Association Française de Sociologie.

Il existe déjà en France un domaine consacré à la sociologie de l’environnement, localisé dans plusieurs universités, au titre desquelles on peut citer l’université de Strasbourg, l’IEP de Grenoble, l’université de Provence, l’université de Nice. A Paris, un séminaire de sociologie de l’environnement est assuré par Christine Castelain Meunier à l’EHESS.

Présentation des participants

Silvia Marcon : anciennement élève du master territoire, espace, société, où selon elle, la sociologie de l’environnement était « noyée par les études urbaines ». Elle travaille aujourd’hui dans le programme Univers-cité de l’ONG WWF, et entend établir des ponts entre le monde de la recherche en sciences sociales, sous représenté, et les ONG.

Miwon Seo : anciennement élève du mastère santé publique à l’EHESS, elle a travaillé sur une ONG coréenne s’occupant d’enfants atteints d’exéma. Elle s’intéresse essentiellement aux questions mettant en lien la santé et l’environnement.

Déborah Delgado : après un master en sociologie, elle a réalisé un stage de 6 mois en 2008 à l’UNESCO, dans le programme « Man and the Biosphere Program ».  Dans ce cadre, elle a mené une enquête quantitative avec les chargés de zones protégées. Elle est actuellement en 2ème année de thèse sous la direction de Michel Wieviorka et  travaille sur les mouvements sociaux de l’Amazonie au Pérou et en Bolivie à partir des mouvements autochtones.

Malcom Ferdinand : doctorant en sciences politiques à l’université Paris 7, il a réalisé un mémoire de master 2 en philosophie portant sur la pensée de Gorz. Il travaille aujourd’hui sur l’écologie politique en Martinique et à Porto Rico.

Josephine Jackisch : étudiante en master 2 de santé publique à l’EHESS, elle travaille sur la relation de l’homme à la nature dans le cadre des jardins partagés.

Sophie Némoz : docteure en sociologie, sa thèse a porté sur l’innovation des habitats écologiques en France et en comparaison avec la Finlande et l’Espagne. Elle effectue un retour critique sur la construction idéologique de l’habitat durable, en questionnant les synergies et les impacts à différentes échelles socio-spatiales (macro, méso et micro). Son post-doctorat à l’Université Libre de Bruxelles (Institut de Gestion en Environnement et d’Aménagement du Territoire) lui a permis de développer et d’enseigner des approches interdisciplinaires autour de la controverse des effets rebonds et des problèmes de justice environnementale.

Anahita Grisoni : docteure en sociologie et urbaniste, sa thèse a porté sur l’inscription des médecines naturelles et du culte du bien-être dans la nébuleuse écologico-environnemental. A partir d’une étude du passage des thérapeutes naturels d’espaces contre-culturels, ruraux et ésotériques à des espaces alternatifs urbains et commerciaux, son travail tend à redéfinir la place de la nature en ville. Enseignante à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris la Villette, ses séminaires portent sur la question de l’espace traité d’un point de vue transdisciplinaire.

Séminaire avec Michel Marié, « Eau, Pouvoir et Territoire », 09/03.

Michel Marié, Sociologue, DR CNRS Emérite

« EAU, POUVOIR ET TERRITOIRE »

VENDREDI 9 MARS 2012
9H30-12H30
AMPHI DE CHIMIE
Centre Saint-Charles, 3, place Victor Hugo – 13003 – Marseille

Alors que s’ouvre à Marseille le Forum Mondial de l’Eau, Michel Marié nous interrogera sur les relations entre « Eau, pouvoir et territoire » permettant d’approcher la question des rapports entre l’eau, les hydrauliciens, le territoire et ses habitants dans la longue durée. Ces notions seront approchées dans leurs tensions dialectiques telles que par exemple celle du conflit et de la négociation, celle de l’ « aménagement » et du « ménagement » de l’espace, du changement-rupture et du changement-capillaire des techniques et des territoires. Si on veut comprendre comment fonctionne un réseau hydraulique il n’est pas suffisant de voir ce que les objets produits par les ingénieurs font à l’espace. Encore faut-il voir en même temps comment, par adaptation réciproque, par conflit ou par ruse les sociétés locales influent sur le réseau. Peut-être pourrait-on dire alors, que pour qu’un dispositif technique ait quelque chance de bien fonctionner, sans doute faut-il qu’il soit capable d’affronter des sociétés locales suffisamment fortes pour lui résister, autrement dit qu’il ait été capable de s’accommoder à l’épaisseur sociale d’un territoire.

 

Quelques références bibliographiques :
• Michel Marié, Danièle Larcena, Pierre Dérioz, 1999, Cultures, usages et stratégies de l’eau en méditerranée occidentale. Tensions, conflits et régulations, L’Harmattan Villes et Entreprises, 543 pp
• Michel Marié, 1984, Pour une anthropologie des grands ouvrages, le canal de Provence, in Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 21, pp. 5-35.
• Michel Marié, 1993, Territoires hydrauliques, la Société du Canal de Provence, dix ans après », in Documents SCP, février 1993, 51 pp
• Michel Marié, 1989, Les terres et les mots, Méridiens Klincksieck, Analyse Institutionnelle, 1989, 212 pp.
• Michel Marié, 2004, Las huellas hidráulicas en el territorio : la experiencia francesa, El Colegio de San Luis – IMTA – SEMARNAT, coleccion inveztigaciones, prólogo Francisco Peña y Claudia Cirelli, 101 pp.

Le compte-rendu après le 9 mars !