Archives quotidiennes :

Nouvelle Parution : Manuel de sociologie de l’environnement

 

Ambition : offrir au lectorat francophone un manuel qui aborde les enjeux écologiques actuels dans la perspective d’un champ scientifique en plein essor, la sociologie de l’environnement.
Contenu : 27 chapitres présentant de manière claire et accessible les concepts et travaux originaux qui se développent depuis 30 ans dans le monde francophone, et offrant un large aperçu de la production internationale.
Public : étudiants, professionnels et citoyens intéressés par la réflexion qu’appelle la prise en compte de la question environnementale

Editeurs et auteurs : le comité éditorial, issu du réseau thématique Sociologie de l’environnement et des risques de l’Association Française de Sociologie, a sollicité des chercheurs parmi les plus reconnus dans leur domaine : Pierre Alphandéry, Rémi Barbier, Françoise Bartiaux, Sylvia Becerra, Jean-Paul Billaud, Philippe Boudes, Jean-Paul Bozonnet, Jacqueline Candau , Florian Charvolin, François-Joseph Daniel, Christian Deverre, Michelle Dobré, Eric Doidy, Catherine Dumora, Agnès Fortier, Ghislain Géniaux, Christelle Gramaglia, Laurence Granchamp Florentino, Louis Guay, Philippe Hamman, Dayong Hong, Marcel Jollivet, Bernard Kalaora, Hellmuth Lange, Catherine Larrère, Raphaël Larrère, Jean-Pierre Le Bourhis, Nathalie Lewis, André Micoud, Anne Peltier, Bernard Picon, Florence Pinton, Elisabeth Rémy, Florence Rudolf, Guillaume Sainteny, Denis Salles, Antoine Savoye, Audrone Telesiene, Jean-Guy Vaillancourt

 

Pour commander l’ouvrage :
• Dès maintenant sur le site des Presses Universitaires de l’Université Laval : www.pulaval.com
• Diffusion en France à partir de septembre

 

Nouvelle Parution: Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale

Une analyse sociologique de la question environnementale

Cet ouvrage présente une analyse sociologique de la question environnementale depuis son émergence en France à la fin des années 1960 jusqu’à nos jours. Enjeu de mobilisations et de revendications , elle a d’abord eu comme objet la remise en cause du mode de développement industriel avant de devenir un puissant vecteur de normalisation sociale, posant aux sociologues la question des relations entre le politique, l’économique et l’idéologique. La manière dont les différentes disciplines des sciences sociales mais aussi des sciences de la nature se sont emparées de cette question, participe de la construction sociale de cet objet et questionne sur le positionnement actuel des scientifiques face aux enjeux environnementaux

Une recension de l’ouvrage a été publiée par Corinne Delmas dans la revue Lectures

Corinne Delmas, « Chantal Aspe, Marie Jacqué, Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 juillet 2012, consulté le 14 juillet 2012. URL : http://lectures.revues.org/8825

Chapitre 1 : Question environnementale et mouvements sociaux
La requalification de « la campagne » pour de nouvelles pratiques
La construction d’une contestation environnementale
La remise en cause des effets externes de la production
Une mouvance contestataire multiple et interactionniste
Les mouvements contemporains : du quotidien au changement global
Des pratiques en quête de lien social
Pas de « grand soir », mais de beaux jours : une multitude d’actes singuliers
Vers un projet global : altermondialisme et « décroissance »

Chapitre 2 : Le militantisme écologiste : de la contestation à la concertation
La structuration politique et sociale des revendications environnementales
La construction d’un mouvement d’écologie politique entre protection de la nature et projet politique global
Le militantisme associatif comme nouveau mode d’action
La reconnaissance de l’individualité comme enjeu de positionnement social
L’expertise associative, entre contestation et participation
Les conflits environnementaux: une redéfinition des rapports sociaux à l’échelle de la localité
De « l’aménagement au ménagement » de l’espace : la reconnaissance de l’expertise associative
La démocratie participative : quand le débat n’existe plus !

Chapitre 3 : La prise en charge publique du champ de l’environnement
L’objectivation de l’environnement: à la recherche de définitions
La construction du Ministère de l’environnement ou le découpage d’un territoire
Le paysage comme nouvelle catégorie d’intervention publique
La disparition de l’environnement et la normalisation du developpement durable

Chapitre 4 : Le statut juridique et économique des choses naturelles
De nouvelles représentations érigées en normes
De la nature ressource à la nature système : l’institutionnalisation juridique du patrimoine naturel
Le cheminement social d’une norme : l’exemple de la réutilisation des eaux usées en France
L’empire du « système »
Donner une valeur aux « biens environnementaux » : de la gestion patrimoniale aux réponses par le marché
Le « patrimoine » des économistes
« L’économie de l’environnement » : intégrer l’environnement au marché
La question environnementale : une réactualisation de l’économie politique
La « modernisation écologique » : l’institutionnalisation d’une gestion économique de l’environnement

Chapitre 5 : L’approche complexe de la réalité
Science écologique et approche systémique
L’investissement de la question environnementale par les naturalistes
La protection de la nature, un enjeu de connaissances
De la protection de la nature à la gestion de la biodiversité
L’analyse des interactions sociétés/écosystèmes
L’interdisciplinarité sciences de la nature, sciences de la société
Une histoire de marges
Vers une rigueur théorique et méthodologique

Chapitre 6 : Le recours à l’expertise comme nouveau mode de gouvernement de l’incertitude
Entre vulnérabilité technologique et vulnérabilité sociale, la construction d’une société du risque
La maîtrise des risques : une tension entre techniques et politique
L’incertitude au cœur de l’analyse du social
Renversement du rôle de l’expertise scientifique : de la dénonciation des causes à la gestion des conséquences
Normalisation du « rapport au risque » et émergence du principe de précaution : un difficile positionnement des sciences sociales
L’implication normative des sciences sociales à la gestion du risque
Le principe de précaution : un nouveau rapport politique à la peur ?

Chapitre 7 : L’éducation à l’environnement : Entre critique et adaptation
L’éducation à l’environnement : l’intégration idéologique de la question environnementale
L’accompagnement pédagogique des politiques environnementales
Le militantisme pédagogique : un enjeu de positionnement social pour les éducateurs à l’environnement
La construction d’une morale écologique
Vers la normalisation de l’engagement écocitoyen
Les « bonnes pratiques » environnementales
Les paradoxes de l’engagement écocitoyen

Bibliographie