Archives mensuelles : janvier 2013

Appel à propositions de recherche du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

 Appel à propositions de recherche du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, dans le cadre du programme MOVIDA sur les changements de comportement pour des modes de consommation plus durable (date-limite 15 février 2013)
L’ambition de cet appel est d’approfondir des questionnements portant sur l’articulation des dimensions individuelles, collectives et institutionnelles dans les changements de comportement vers des modes de vie plus durables, en les inscrivant dans le contexte d’un monde fini, et en élargissant les champs disciplinaires invités à participer.
Cet appel cible 3 axes de questionnement :
  • Axe 1 : Quels sont les apports de l’économie du bien-être à l’exploration de la durabilité des modes de vie, notamment les recherches concernant la disjonction entre sentiment de bien-être et consommations matérielles ainsi que les recherches relatives aux capacités ?
  • Axe 2 : Quels sont les liens entre consommation, identité et norme sociale, qui pourraient favoriser le changement vers des modes de consommation durables ou au contraire le freiner ?
  • Axe 3 : Quelles incitations comportementales favorisent la durabilité des modes de vie ?
Les propositions sont attendues pour le 15 février.
Les modèles éditables pour les propositions sont téléchargeables sur le site du programme http://programme-movida.fr.

Congrès de l’AFS – Nantes 2 – 5 septembre 2013 Appel à communication

Congrès de l’AFS – Nantes 2 – 5 septembre 2013

Dominations

 

Appel à communication RT 38 AFS

« Sociologie de l’environnement et du risque »

La sociologie de l’environnement entretient avec l’analyse des formes de domination un rapport ambigu. Si elle s’intéresse relativement peu à la question des rapports sociaux inégalitaires, elle s’est structurée corrélativement à l’émergence et la diffusion d’un nouveau cadre idéologique dénonçant le rôle destructeur d’un «  homme » dominant la « nature », et son rapport prédateur aux ressources naturelles. Elle a fait sien comme objet l’analyse des discours et pratiques adoptés pour atténuer ou réparer l’acte nécessairement destructeur de l’homme : mesures de protection et de conservation de la nature, revendications et mobilisations écologistes, politiques publiques environnementales, développement de technologies brouillant les limites entre nature et culture.

La pénétration idéologique des enjeux environnementaux s’est appuyée sur une déconnexion entre d’un côté la diffusion de discours, de revendications et de pratiques protectionnistes et de l’autre le développement d’un système économique renforçant l’exploitation des ressources naturelles et les rapports sociaux inégalitaires. Cette déconnexion s’est fondée sur de nouvelles catégorisations de la réalité sociale pour lesquelles l’« homme destructeur» a pris le pas sur une catégorisation en termes de classes sociales et de rapports sociaux.

L’appel à communication du Congrès de l’AFS sur « les dominations » nous amène à interroger cette déconnexion, en analysant la place que tiennent les discours et les pratiques sur l’environnement dans l’expression des rapports sociaux et les formes de domination sociale contemporaines. Comment la prise en charge économique, politique et sociale des problèmes environnementaux met en jeu des rapports sociaux inégalitaires et permet au nom de leur résolution la justification de politiques publiques ségrégatives et inégalitaires? Comment l’idéologie environnementale participe-t-elle à la légitimation des formes actuelles de domination sociale ? A ce propos, on pourra interroger la diversité des discours écologises quant à leur manière de tenir compte des effets sociaux générés par les maux environnementaux ou les mesures de protection préconisées. On s’intéressera aux contestations, y compris celles des pays du Sud, lors des négociations environnementales internationales. La session conjointe avec le RT 21 « Sociologie des mouvements sociaux » visera à apporter un regard réflexif sur la façon dont se recomposent les formes d’actions collectives en réponse aux processus de domination que la construction de l’environnement en problème public renforce voire génère.

 

L’émergence récente d’un champ faisant référence aux inégalités et à la justice environnementales peut apparaitre comme un questionnement renouvelé des rapports sociaux en jeu dans la gestion de l’environnement. Celui-ci, surtout théorisé dans la littérature anglo-saxonne recouvre des positionnements théoriques mais aussi politiques très divers voire antagonistes. Cette polysémie s’accompagne d’une difficulté théorique à définir sociologiquement les notions de « justice » et d’« inégalités environnementales » au regard d’une approche en termes de rapports sociaux. En effet, l’émergence de ces cadres de pensée s’est appuyée sur une catégorisation de la réalité sociale faisant non plus référence aux classes sociales mais à des « communautés » présentées comme homogènes au regard de leur exposition aux risques, aux pollutions ou de leur rapport à la nature : les « indigènes », les « paysans », les « pauvres », les « femmes », « les habitants » etc. Ces catégorisations sont largement mobilisées dans les textes internationaux, accordant à ces communautés désignées un rôle moteur dans le traitement des problèmes environnementaux. Dès lors, on peut se demander dans quelle mesure les politiques publiques environnementales (dans le domaine du risque, des politiques urbaines de la ville durable, de la gestion des ressources naturelles) peuvent renforcer ou générer des processus de marginalisation, de stigmatisation ou d’exclusion de certains groupes sociaux ? Comment la mobilisation des concepts propres à l’analyse sociologique des rapports sociaux pourrait permettre de prendre une distance théorique et méthodologique vis-à-vis du discours circulant sur les inégalités et la justice environnementales ? En quoi et comment la mobilisation de ces notions participe de formes de domination sociale contemporaines ? Ce questionnement peut s’appliquer à d’autres champs et outils sémantiques mobilisés dans le domaine de l’environnement et des risques comme ceux de « responsabilité sociale et écologique », de « démocratie environnementale », de « vulnérabilité écologique et sociale », etc.

 

Interroger les formes de domination c’est aussi analyser les modes d’incorporation, d’intériorisation de l’ordre social existant. Au nom de valeurs environnementales ou d’engagements écologiques, des situations sociales inégalitaires peuvent être présentées comme choisies, voire revendiquées comme moyen de contestation des modes de vie et de consommation dominants. La domination passe par des formes plus diffuses d’intériorisation, dont le principal mode d’assujettissement est de transformer une situation asymétrique subie, en choix consenti. Un des domaines qui nous semble le plus caractéristique de cette tendance est celui des rapports sociaux de sexe. Les mouvements contemporains se revendiquant de l’écoféminisme, diffusent au nom d’une contestation du système dominant, un discours opérant un rapprochement entre la domination des femmes et de la nature. Au nom de cette même domination masculine, les femmes seraient plus à même de comprendre les enjeux écologiques. Il en résulte la valorisation de pratiques et d’un mode de vie où la maternité, les activités domestiques sont revendiquées comme choisis au nom d’un engagement environnemental. Ce qui est alors présenté comme un choix aurait comme conséquence de renforcer la domination masculine dans un contexte où les inégalités hommes/femmes tendent à se renforcer, et où la remise en cause d’un certain nombre de droits sociaux touche prioritairement les femmes. D’une manière plus générale, il s’agira d’interroger la façon dont les références aux questions écologiques et environnementales participent des formes d’incorporation de la domination.

 

Demi-journée d’étude croisée : RT21 « sociologie des mouvements sociaux » et RT 38 « sociologie de l’environnement et du risque »

 

L’un des aspects de la domination de et par l’environnement s’opère à travers la normativité de sa définition par les politiques publiques et les institutions. Allant à l’encontre de ces sens imposés, les acteurs de terrain, les agents du quotidien proposent d’autres manières de faire et des manières de dire qui portent les germes d’un autre modèle de société, ou même simplement d’une bonne gouvernance face à celle qu’ils estiment défaillante. Ces prises de position écologiques, individuelles ou collectives, peuvent être observées à travers le prisme de la sociologie des mouvements sociaux. Réciproquement, les nouveaux objets relatant le rapport à la nature dans les sociétés occidentales modernes posent question à ce champ de la sociologie en renouvellement et participent de sa reformulation théorique et méthodologique. En effet, si les mobilisations collectives autour d’objets touchant à l’environnement sont plutôt insolitesau regard des mouvements autour d’enjeux dits « sociaux », il n’en demeure pas moins que les pratiques des acteurs attestent d’un renouvellement des répertoires d’agir.

Qu’ils se manifestent sous forme de mobilisations collectives – contre la construction de grands projets d’aménagements -, de réseaux diffus – contre le gaz de schiste, ou pour soutenir des circuits courts – ou de pratiques individuelles, ces mouvements sociaux ont en commun le fait de naître de la réflexivité du sujet tout en revendiquant être porteurs d’un modèle de société alternatif. De la même façon, ces prises de position sont mues par une double dynamique qui peut en apparence paraitre contradictoire. La résistance à la domination d’un modèle de société dans lequel les acteurs ne se reconnaissent pas cohabite avec une recherche d’imposition du sens, qui est quelquefois interprétée comme une posture réactionnaire. L’innovation qui n’est pas toujours technique mais bien souvent sociale, prend forme aussi bien dans des répertoires d’agir du quotidien que dans une contestation réinvestissant l’espace public. Ces alternatives peuvent-elles constituer des formes de résistances à la domination ? En quoi sont-elles porteuses de revendications et de modes d’actions remettant en cause l’ordre social, politique et économique dominant ? Le croisement de la sociologie de l’environnement et celle des mouvements sociaux ouvre de nombreuses pistes d’analyse des formes de domination, dont seulement quelques-unes sont esquissées ici. Autant de pistes que cette session souhaite porter à la discussion.

 

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 18 février 2013

 

Elles doivent contenir un résumé d’une page comprenant :

 

  • Le titre de la proposition de communication

  • Un résumé

  • Le nom, prénom, institution de rattachement, adresse courriel de chaque auteur.

 

 

Ce texte est à renvoyer par courriel à : marie.jacque@univ-amu.fr

Séminaire inaugural « L’éco-citoyen un concept recyclable ? » – 31 janvier 2013, Université Paul-Valéry Montpellier 3

SEMINAIRE INAUGURAL « L’ECO-CITOYEN UN CONCEPT RECYCLABLE ? » -UNIVERSITE PAUL-VALERY – MONTPELLIER 3

LERSEM – CRI/IRSA DEPARTEMENT DE SOCIOLOGIE, 31 JANVIER 2013 SALLE CAMPROUX

En ce début de XXI° siècle, on découvre que Marx aurait eu une pensée proto-écologiste Foster (2011). Durkheim, le naturaliste est présenté comme ayant des points de convergences avec le constructivisme (De Fornel ; Lemieux, 2007). Plus généralement les problématiques environnementales, souvent controversées sont un terrain de questionnements et d’investigations très largement renouvelés, comme en témoignent les nombreuses publications récentes. En croisant les regards anthropologique, ethnologique, sociologique, voire philosophique cette journée thématique tend à revisiter la façon dont les individus appréhendent cognitivement et empiriquement leur environnement. L’objectif de cette journée est de définir des questions de recherche autour de la notion d’éco-citoyen et de ses rapports à l’environnement.
Pour cela nous proposons trois axes de réflexions, les imaginaires, les fondements épistémologiques, et l’approche réflexive. En croisant ces axes, nous pourrons ainsi aborder plusieurs types de questions : Que peut apporter la sociologie de l’imaginaire à la sociologie de l’environnement ? Comment les mythes et les croyances s’articulent-elles dans l’expérience sensible du temps et de l’espace de l’éco-citoyen ? Quelles approches méthodologiques peut-on et doit-on construire pour une approche systémique de la complexité de ces nouveaux objets ? Comment l’éco-citoyen s’est-il construit une place centrale dans nos sociétés ? Est-ce un concept recyclé? Comment les sciences humaines et sociales peuvent-elles aborder ces questions tout en interrogeant leur propre part de normativité ?

COMITE SCIENTIFIQUE ET D’ORGANISATION
LIONEL SCOTTO D’APOLLONIA (Doctorant en Sociologie UPV Montpellier 3 Analyse socioépistémique des controverses climatiques sous la direction de Jean-Bruno Renard – Professeur de Sciences Physiques Montpellier – scotto.lionel@neuf.fr)
HELENE HOUDAYER (MCF en Sociologie UPV Montpellier 3 – Responsable L3 Sociologie – houdayer@sociologie.net)

PROGRAMME

9h Ouverture du séminaire HELENE HOUDAYER – LIONEL SCOTTO D’APOLLONIA

9h15 ALIENOR BERTRAND « Marx et la justice des champs »
(Responsable Justice écologique, justice sociale Chargé de Recherche Laboratoire : CNRS UMR5037 Institut d’Histoire de la Pensée classique Lyon.)

11h Table Ronde 1 Fondations épistémologiques (discutant Jean-Bruno Renard Professeur de Sociologie UPV)

PHILIPPE BOUDES « Regard sociologique sur la nature en ville » (Chercheur associé au LADYSS-CNRS – GIS Climat Environnement Société – Rennes)

ANAHITA GRISONI « La notion d’environnement en sociologie : brève histoire d’un terme aux contours flous » (Post doctorante EVS, ENS de Lyon – Maître assistant en sociologie, ENSAPLV Paris)

LIONEL SCOTTO D’APOLLONIA « Un cadre d’analyse des controverses environnementales : un exemple à travers les controverses climatiques » (Doctorant en Sociologie CRI – IRSA Montpellier 3 – attaché au LIRDEF Montpellier 2 – Professeur de Sciences Physiques)

12h30 Pause déjeuner

14h HELENE HOUDAYER « L’Appel de l’environnement » (Maître de conférence CRI-IRSA Université Montpellier 3)

15h Table Ronde 1 Les imaginaires environnementaux (discutant Hélène HOUDAYER

SOPHIE NEMOZ « La part de l’imaginaire dans la construction sociale de l’habitat durable » (Enseignant-chercheur de la Chaire Internationale sur les Eco-innovations, REEDS, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

HENRY DICKS « L’image poétique du « fleuve rond » » (Postdoctoral Researcher in Philosophy Université Jean Moulin Lyon 3 – Doctor of University of Oxford)

ALEXANDRA BORSARI « L’homme au sommet : archaïsme et ambigüité du rapport à la nature » (Chercheuse en théorie de l’imaginaire avec la Chaire Modélisations des Imaginaires, Télécom ParisTech, associée au Centre de Recherche sur l’Imaginaire – Université Grenoble 3)

BERTRAND VIDAL « Eco-fictions et les mythes de la fin » (Docteur en Sociologie CRI-IRSA UPV Montpellier 3)

17h Fin de la journée Synthèse