« Vivre avec la possibilité d’une inondation ? Ethnographie de l’habiter en milieu exposé… et prisé. »

Séverine Durand, doctorante en sociologie au LAMES, a le plaisir de vous faire part de la soutenance prochaine de sa thèse intitulée

« Vivre avec la possibilité d’une inondation ?

Ethnographie de l’habiter en milieu exposé… et prisé. »

Résumé de la thèse :

 

Les politiques de gestion des risques appellent à favoriser la prévention et à développer une « une culture du risque » dans les zones exposées afin d’éviter l’écueil de l’oubli, pointé du doigt après une catastrophe. L’objet de cette thèse fut de questionner cette possibilité en investiguant comment on habite, au quotidien, un milieu exposé aux inondations. Forte d’un travail ethnographique, et en particulier d’une « observation habitante discrète », la thèse questionne ce qui circule à propos des inondations, comment des habitants s’emparent de la question et organisent leurs pratiques en fonction des risques. Le terrain d’étude, Lattes, ville prisée du Sud-est de la France qui a connue une explosion démographique récente, est rendue attractive par de nombreux atouts. Ces atouts l’inscrivent dans des enjeux locaux de développement économique qui encouragent sa protection. Ce cas d’étude permet de comprendre les mécanismes – collectivement construits – de mise en invisibilité du danger.  La mise en visibilité des mesures de protection par les politiques locaux et l’effet confortant du partage normatif encouragent la normalisation de la confiance en la protection. Dans l’interaction, les énoncés se formulant sans cesse dans le souci de leur acceptabilité, dédramatiser est plus confortable que de dramatiser : les énoncés de relativisation du risque circulent davantage que ceux ouvrant sur l’horizon du danger. Par ailleurs, la logique sécuritaire qui se développe vient contredire la prévention aux inondations. Surtout,  ni les liens entre les habitants ni les liens des habitants au milieu ne fournissent le socle suffisant à l’élaboration collective que nécessite le déploiement d’une « culture du risque ».

 

Mots-clefs : culture du risque, inondation, habiter, quotidien, riverains, interactions, prévention, vulnérabilité, ethnographie, Lattes.

 

Le jury est  composé de :

M. Samuel Bordreuil, directeur de recherche CNRS émérite au LAMES,  Directeur de la thèse

Mme. Laura Centemeri, chargée de recherche CNRS au LAMES, Examinatrice

M. Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche à l’IFSTTAR, Rapporteur 

M. Claude Gilbert, directeur de recherche CNRS au laboratoire PACTE, Rapporteur 

Mme. Valérie November, directrice de recherche CNRS au LATTS, Examinatrice

Mme. Audrey Richard-Ferroudji, chercheure à l’IFP et associée à l’UMR G-Eau, Encadrante de la thèse.

Mme. Florence Rudolf, professeure des universités à l’INSA de Strasbourg, Examinatrice

La soutenance aura lieu à la MMSH d’Aix en Provence, le 2 juin 2014 à 10 h en salle Georges Duby. Une présentation de la thèse est également programmée dans les locaux de l’Irstea à Montpellier, le jeudi 12 juin 2014 de 11h à 12h en salle Mosson (bâtiment Confluence). Les personnes désirant assister à la soutenance et/ou la présentation sont invitées à en informer Sévrine Durand par mail afin d’organiser au mieux les pots qui suivront.

severine.durand07@gmail.com

http://www.lames.cnrs.fr/spip.php?article24

Pour la localisation et les informations pratiques :

MMSH AIX EN PROVENCE :

http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/plan-acces/Pages/default.aspx

http://www.bing.com/maps/?cp=43.528903~5.418028&sty=h&lvl=17&sp=&mm_embed=map

IRSTEA MONTPELLIER  :

http://www.irstea.fr/montpellier

https://maps.google.fr/maps?q=Irstea&hl=fr&cid=13289332365386216497&gl=FR&t=m&z=16&iwloc=A

 

Appels à communications – Journées Scientifiques Annuelles de la SEH

26èmes Journées Scientifiques de la Société d’Écologie Humaine

Habiter le littoral : Enjeux écologiques et humains contemporains

Marseille du 16 au 18 octobre 2014

Présentation du thème

Dans le cadre de ses 26èmes Journées scientifiques, la Société d’Écologie Humaine (SEH), l’Observatoire Hommes-Milieux (OHM) « Littoral méditerranéen » du CNRS et le laboratoire ESPACE proposent d’actualiser la question des rapports société-environnement en contexte littoral. Ce colloque s’inscrit en prolongement de précédentes Journées de la SEH (Impact de l’Homme sur les milieux naturels ; Cabanes, cabanons et campements ; L’Homme et la lagune, etc…) et au cœur des thématiques de recherche de l’OHM. Il vise plus particulièrement à traiter, par le regard de diverses disciplines scientifiques ainsi que par l’approche des professionnels (de la gestion des territoires, des espaces naturels, de l’urbanisme, du patrimoine, de la santé etc.), le sujet de l’habitabilité des espaces côtiers et du rapport qui s’instaure entre les populations et le milieu littoral à travers l’acte « d’habiter », envisagé au sens large.

Calendrier

Les propositions devront être soumises par voie électronique, au format PDF, avant le 31 mars 2014.
Adresse d’envoi des propositions : espace-journees-seh2014@univ-amu.fr
L’avis du comité scientifique sera communiqué aux auteurs des propositions à partir du 5  mai 2014.
Les journées auront lieu à Marseille les 16, 17 et 18 octobre 2014.

Pour en savoir plus.

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Appel à textes – Territoire en Mouvement Revue de Géographie et d’Aménagement

Capture d’écran 2014-02-03 à 21.18.54
LE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS L’OUTRE-MER
DE LA TRANSPOSITION D’UN MODELE AUX STRATEGIES D’ADAPTATIONS

Résumé 
Dans les collectivités d’Outre-Mer, le paradigme du développement durable est mobilisé comme un facteur d’intervention territoriale et géopolitique, en demeurant aussi un vecteur transposé de planification à l’échelle régionale légitimé au nom d’une continuité d’intégration républicaine et d’un devoir de préservation écologique (parc naturels, aires de conservations, schémas directeurs d’aménagement…).
Pourtant, le développement durable se conjugue selon des usages et des cadres d’action variables, en raison des contraintes locales attachées à ces espaces. Ce numéro de Territoire en Mouvement explore conjointement les dispositifs d’adaptations endogènes et leur reconnaissance (nationale et européenne).
Les propositions (titre, résumé jusqu’à une page) sont à envoyer à Frédéric Piantoni (frederic.piantoni@univ-reims.fr) ou Dorothée Serges (dserges@univ-paris3.fr) au plus tard le 15 mars 2014. Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Après notification de l’accord du comité de rédaction sur la proposition (mai 2014), les auteurs devront envoyer avant le 30 septembre 2014 un article dont la taille ne dépasse pas 50 000 signes (espaces compris) et rédigé selon le respect des consignes de la note aux auteurs de la revue. L’article est évalué en double aveugle.

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Offre de stage Master 2

Capture d’écran 2014-02-03 à 21.10.21Une nouvelle offre de stage est à pourvoir dès maintenant au MNHN pour un étudiant de Master 2 : « Entre conservation de la nature, gestion intégrée des ressources naturelles et développement des activités minières aux Philippines ».

Ce stage a reçu un financement de l’AFD qui couvre les indemnités de stage pour 6 mois (février-juillet) et tous les frais de mission sur le terrain aux Philippines.

Profil recherché :
–    Niveau Master 2 (anthropologie, sociologie, géographie, sciences politiques, agronomie tropicale, sciences de l’environnement)
–    Expérience de terrain préalable et/ou de voyages
–     Expérience dans les enquêtes de terrain (entretiens et / ou questionnaires) serait un plus
–     Bon niveau en Anglais

Pour obtenir la description complète du sujet de stage et de son encadrement institutionnel, veuillez nous contacter à l’adresse suivante : contact@anthropolinks.com

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Journées d’étude 2013-2014 2d semestre

 

Capture d’écran 2014-02-03 à 20.50.30L’Equipe Cultures et Sociétés Urbaines -UMR CRESPPA (7217) coordonne 3 journées d’étude

1. Vendredi 14 février 2014 « MALADIES DE PAUVRES, PAUVRES SOINS ? SANTÉ ET STRATIFICATION SOCIALE  » Organisation : Maud Gelly (Cresppa-CSU) et Laure Pitti (Cresppa-CSU)

2. Jeudi 27 mars 2014 « LES CLASSES SOCIALES SONT-ELLES SOLUBLES DANS LES GÉNÉRATIONS ? INÉGALITÉS SOCIALES ET INÉGALITÉS ENTRE GÉNÉRATIONS  » Organisation : Camille Peugny (Cresppa-CSU) et Sibylle Gollac (IDHE)

3. Mardi 3 Juin 2014 « PRINCIPES ET MÉTHODES D’UNE SOCIOLOGIE DE L’ENVIRONNEMENT  » Organisation : Franck Poupeau (Interdisciplinary and Global Environmental Studies, UMI CNRS/University of Arizona)

Télécharger le programme complet

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Appel à candidatures – Programme Thèses de l’ADEME édition 2014

Capture d’écran 2014-02-03 à 20.36.31

Dans le cadre de son Programme de Formation par la Recherche, l’ADEME publie annuellement au 1er janvier un appel à candidatures Thèses dans lequel elle identifie des axes thématiques prioritaires de recherche.

Ce programme vise à renforcer les capacités de recherche au plan national sur les domaines d’intervention de l’agence. Depuis 1992, plus de 1 500 étudiants ont bénéficié de ce programme pour ensuite s’insérer professionnellement en tant que chercheur dans les établissements publics, dans les entreprises, dans les métiers de service, voire pour créer leur propre entreprise.

Les projets de thèse attendus doivent associer un candidat, un laboratoire d’accueil et un partenaire cofinanceur (public ou privé) : le cofinancement ADEME étant à hauteur de 50 % de la rémunération du doctorant.

Ainsi, chaque année, une soixantaine de projets de thèse sont retenus sur une base moyenne de 200 à 220 candidatures déposées.

L’ADEME souhaite, pour l’année 2014, soutenir des projets de thèse en lien avec ses cinq programmes principaux :

  • villes et territoires durables ;
  • systèmes de production, utilisation efficace des ressources et énergies renouvelables ;
  • agriculture, forêt, biomasse et sols ;
  • impacts sur la santé et l’environnement, réduction des impacts des activités humaines sur la qualité de l’air ;
  • énergie, environnement et société.

Ouverture des inscriptions le 1er janvier 2014.

Les candidatures sont à déposer en ligne sur l’extranet TheseNetAdeme :
www.thesenet.ademe.fr

La date de clôture est fixée au 1er avril 2014 à 14h.

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Nouvelle parution: « Pour une sociologie de l’environnement. Environnement, société et politique »

Sortie de l’ouvrage :

« Pour une sociologie de l’environnement. Environnement, société et politique ».

 Par Chloé Vlassopoulou et Bernard Kalaora.

 Editions Champ Vallon.

L’environnement est de plus en plus médiatisé dans la société française contemporaine. Pour autant un hiatus existe entre cette présence médiatique et la place qu’il occupe dans les sciences humaines et sociales. Seul un petit nombre de chercheurs, sociologues, politistes, juristes, historiens, pour certains engagés, ont fait de la question environnementale leur thème de prédilection sans jamais toutefois réussir à mobiliser leurs communautés respectives. Cette résistance des sciences sociales à se saisir de cette question apparaît comme une spécificité française liée aux préjugés scientifiques, aux découpages institutionnels et aux conflits disciplinaires. L’environnement y est considéré comme un domaine relevant des sciences biologiques, climatiques, écologiques, géomorphologiques et non des sciences sociales. En partie, ces raisons expliquent sa relégation au rang d’objet périphérique. Rien de tel dans les pays anglo-saxons où l’environnement a dans les sciences sociales une place majeure comme processus dynamique d’interaction entre des facteurs naturels et sociaux. Cet ouvrage explore les causes à l’origine de cette relégation de l’environnement en France et les difficultés à faire valoir son existence dans la recherche sociologique et dans l’espace public. Ses auteurs explorent les arcanes de la construction sociale et politique de l’environnement, fouillant les coulisses de la recherche, des ministères et des grands corps d’État pour comprendre ce particularisme français et les conséquences tant cognitives que pratiques qui en découlent. Unique en son genre, ce livre est un outil indispensable à tous ceux, étudiants, chercheurs, experts, décideurs, qui s’interrogent sur les relations entre Société, Politique et Environnement.

Bernard Kalaora, professeur honoraire de sociologie de l’environnement à l’Université de Picardie, est conseiller scientifique au Conservatoire du Littoral et le président de l’Association LITTOCEAN.
Chloé Vlassopoulos est maître de conférences à l’Université de Picardie et membre du CURAPP/CNRS-UMR 7319.

 

sommaire

Introduction Générale
Chapitre I.
Les cadres cognitifs pour penser l’environnement
Les cadres français : une émergence éclatée
L’invention moderne de l’environnement dans les sciences sociales :
une affaire anglo-saxonne
L’apport de l’anthropologie, de l’histoire

Chapitre II.
Les obstacles d’une sociologie française de l’environnement
L’héritage cognitif et institutionnel
Vers un nouveau champ de recherche ?

Chapitre III.
La quête difficile de l’interdisciplinarité
L’interdisciplinarité, un trompe-l’oeil ?
De l’interdisciplinarité à la réflexivité : vers une approche pragmatique
Un essai de typologie des sociologies concernées par l’environnement

Chapitre IV.
Société et environnement
Autour des mouvements sociaux dit nouveaux
L’écologisme introuvable en France
Se mobiliser pour la santé, la justice et l’environnement ?

Chapitre V.
L’environnement en politique
L’environnement comme enjeu institutionnel :
une nouvelle catégorie d’intervention publique
Construction politique des enjeux environnementaux
Gouverner l’environnement autrement : entre tradition et processus réflexif

Chapitre VI :
Globalisation et environnement
Global Age
Globalisation localisée vs localité globalisée
Une rencontre paradoxale : développeurs et environnementalistes
Global expert
Le climat comme enjeu global
Mouvements sociaux et globalisation

Conclusion
Bibliographie

Sciences de la nature, sciences de la société. Ouvrage en accès libre

Sciences de la nature, sciences de la société

Les passeurs de frontières

La gestion « durable » des ressources naturelles renouvelables et des milieux est une question vive, plus que jamais actuelle. Les bases de la démarche véritablement interdisciplinaire qu’elle requiert restent à construire. Tel est l’objet de la réflexion menée ici par des spécialistes de disciplines aussi différentes que l’écologie, l’ethnologie, l’agronomie, la géographie, le droit, la sociologie ou l’économie. Cet ouvrage porte témoignage de la façon inhabituelle dont un certain nombre de connaissances et de démarche disciplinaires ont été sollicitées et mobilisées dans des programmes interdisciplinaires traitant de cette question. Il balise le champ scientifique ouvert, repère les questions théoriques et méthodologiques qui y ont une importance particulière, voire qui lui sont spécifiques, clarifie langages et procédures. Travail de synthèse, il tire de l’expérience réalisée les termes et les règles d’un questionnement clair et rigoureux qui peut servir de cadre aux recherches nouvelles. À travers les problèmes méthodologiques dont il traite, cet ouvrage aborde quelques-uns des grands débats contemporains sur la science tels que déterminisme et causalité, rapports sciences et société, interdisciplinarité et complexité, observation et expérience

  • Éditeur : CNRS Éditions
  • Collection : Sociologie
  • Année d’édition : 1992
  • Publication sur OpenEdition Books : 25 octobre 2013
  • ISBN : 9782222047063
  • ISBN électronique : 9782271079787

https://books.openedition.org/editionscnrs/4154

Sommaire

Marcel Jollivet

Avant-propos

Première partie. Cadrages

Marcel Jollivet

Présentation

Geneviève Barnaud et Jean-Claude Lefeuvre

L’écologie, avec ou sans l’homme ?

Deuxième partie. Notions

Marcel Jollivet

Présentation

Geneviève Humbert et Jean-Claude Leveuvre

À chacun son patrimoine ou patrimoine commun ?

Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines

Le paradoxe du paysage

Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines et Claudine Friedberg

Techniques et pratiques : à la jonction du naturel et du social

Troisième partie. Questions et méthodes

Marcel Jollivet

Présentation

Jean-Marie Legay et Jean-Pierre Deffontaines

Complexité, observation et expérience

Annexes

Jean-Marie Legay

L’évaluation interdisciplinaire et sa gestion

Intervention de Jean-Marie LEGAY au Carrefour des Sciences, Paris, 1990

Jean-Marie Legay

Écologie et Aménagement Rural

Colloque de la DGRST et du ministère de l’Environnement (Lyon 7-8 octobre 1981)

Ouvrages sur la santé environnementale en accès libre

Vous pourrez trouver sur la plateforme Openbooks édition, en accès libre, ces deux ouvrages de sociologie portant sur des questions de santé environnementale

Sur la piste environnementale

Menaces sanitaires et mobilisations profanes

Repérer des victimes, confondre des suspects : les mobilisations dans le domaine de la santé environnementale se présentent désormais comme de véritables enquêtes policières. À la différence près que, dans ce domaine, les investigations ne sont pas menées uniquement par des enquêteurs professionnels. Les « profanes » cherchent eux aussi à rendre visibles les menaces auxquelles ils pensent être exposés et à établir la réalité des dommages dont ils s’estiment les victimes. Cet ouvrage rassemble une série de travaux anglo-saxons pionniers sur des affaires célèbres qui illustrent le rôle crucial joué par les non-spécialistes dans les controverses portant sur les liens entre l’environnement et la santé.

  • Éditeur : Presses des Mines
  • Collection : Sciences sociales
  • Année d’édition : 2010
  • Publication sur OpenEdition Books : 12 avril 2013
  • ISBN : 9782911256318
  • ISBN électronique : 9782356710956

https://books.openedition.org/pressesmines/306

Des environnements à risques

Se mobiliser contre le cancer

Les installations industrielles peuvent-elles provoquer des cancers ? C’est en tout cas la perception de certains acteurs locaux : ils signalent aux autorités publiques que leur environnement recèle des risques pour la santé. Les épidémiologistes ont tendance à récuser les hypothèses relatives à une origine environnementale de ces pathologies, surtout lorsque l’on en fait la cause unique, et ils assurent que ces craintes ne sont pas fondées. Pour faire reconnaître l’existence de risques et en obtenir le contrôle ou la suppression, les acteurs locaux en viennent à se mobiliser et à médiatiser leur cause. L’ouvrage présente et discute trois de ces signalements : Saint-Cyr l’École et ses relais de téléphonie mobile, Vincennes et la pollution d’une ancienne usine chimique, Nivillac et son incinérateur. L’approche comparative permet de développer une analyse de ces signalements par les populations concernées et ouvre sur la question de l’ancrage culturel des risques.
  • Éditeur : Presses des Mines
  • Collection : Sciences sociales
  • Année d’édition : 2011
  • Publication sur OpenEdition Books : 16 avril 2013
  • ISBN : 9782911256660
  • ISBN électronique : 9782356711885

https://books.openedition.org/pressesmines/548

Call for papers: XVIII ISA World Congress of Sociology, 13-19 July 2014, Yokohama, Japan

Call for papers: XVIII ISA World Congress of Sociology, 13-19 July 2014, Yokohama, Japan

Dans le cadre du XVIII congrès mondial de sociologie de l’Association Internationale de Sociologie (ISA), à Yokohama du 13 au 19 juillet 2014, nous organisons une session du Research Committee 47 (Social Classes and Social Movements).

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication.
Les propositions de contribution doivent impérativement être transmises avant le 30 septembre 2013, via le formulaire électronique de l’ISA qui est disponible à l’adresse suivante: https://isaconf.confex.com/isaconf/wc2014/rc/papers

————————————–
Présentation de la session:

Social Movements, Inequality and Global Environmental Change:
Exploring New Actors and Evolving Institutional Frameworks at Multiple Levels of Governance

Session Organizers
Anahita GRISONI, École Normale Supérieure de Lyon, France, anahita.grisoni@ens-lyon.fr
Sophie NEMOZ, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France, sophie.nemoz@uvsq.fr
Deborah DELGADO-PUGLEY, École des Hautes Études en Sciences Sociales, France, Deborah.delgado@uclouvain.be
David ROJAS, Cornell University, USA, dmr242@cornell.edu

Session in English/French

One aspect of the domination of and by the environment operates through its definition in the normativity advanced by institutions and public policies. Going against these trends, several actors on the ground propose alternative ways of establishing and understanding relations among society and the biophysical environment. While some of these alternative socio-environmental postures carry the seeds of new models of society, others convey ‘good governance’ concerns that challenge institutional frameworks movements deem defective. These socio-ecological stances, both individual and collective, can be understood through the prism developed by the sociology of social movements. Conversely, individual and collective socio-environmental actions raise new theoretical questions and suggest analytical strategies that may be followed in the examination of the evolving relationship between modern societies and “nature.”

In this panel, we examine how socio-environmental movements challenge environmental institutional frameworks and governance strategies, and how, by so doing, they offer new insights that may be used in the sociological field to revisit theoretical and methodological approaches. Collective mobilizations around environmental matters are unusual in that their engagements are not limited or, apparently, not centred in “social” stakes. Their repertoires of action encompass issues that emerge from the relations that “society” establishes with “nature.” Collective mobilizations underline the links between the social problem of inequality and environmental issues. They manifest through collective mobilizations (against the construction of major development projects such as dams, airports and highways); diffuse networks (such as those against shale gas exploitation or GMO crops) or shared individual practices.

These new social movements – which Alain Touraine argues emerged around anti-nuclear protests – were all similarly born through reflective engagements that bring to the fore subject positions and make it possible to posit new social models. Similarly, their claims are driven by a dual dynamic – which is contradictory only in appearance: on the one hand, they resist the imposition of meaning and of a model of society in which actors do not recognize themselves (this is sometimes interpreted as a reactionary and backward-looking posture). On the other hand, they display innovative capacities – both social and technical – and modify day-to-day practices. Meanwhile, at the global level, received
wisdom about environmental change facilitated making the case for the creation and funding of national-level executive agencies with responsibility for environmental management.

This trend, established during the colonial period (Agrawal 2005, Leach and Mearns 1996), develops to the present day. How do social movements face evolving environmental institutions at global and regional scales? How do they try to gain influence in policies that shape the access to environmental
and natural resources? How do governments relate to, and assimilate, local critiques social movement advance against external structures that aim to control the access and use of natural resources? What relationships are currently privileged between officials working in governments, international donor agencies, and non-governmental organizations [(NGOs)] and local actors? Which governance structures are accepted and fostered in the international arena?

We would like to explore the interfaces between society and governmental structures related to environmental issues and the place social movements take in this stake. At the intersection of environmental sociology and social movements – and drawing on the situated practices of social movements – this panel intends to opens new paths for exploring the socio-environmental problem of inequality.

———————————————————-

Journée d’études: « La sociologie de l’énergie dans l’innovation ouverte entre universités et entreprises ».

Guyancourt – 27 Septembre 2013
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Amphithéâtre Mégie

Contexte :
La sociologie de l’énergie, en tant que champ scientifique, est en pleine structuration. Si l’on observe un nombre croissant d’interventions sur le sujet, au cours de colloques et séminaires , ces événements passés se sont davantage focalisés sur un aspect restreint (la précarité énergétique, les usages dans le bâtiment), et sous l’angle de plusieurs disciplines. Or, dernièrement, un événement international a été spécifiquement dédié à la sociologie de l’énergie . La journée d’études portée par la Chaire Econoving s’inscrit dans ce champ d’investigation qui reste encore à approfondir tant pour l’enrichissement des connaissances que des actions.

Objectifs scientifiques :
Cette journée d’études propose d’interroger les modes d’appropriation de solutions innovantes en matière d’énergie. A l’interface entre le monde de l’entreprise et celui de la recherche académique, il s’agit de croiser les regards de sociologues issus d’environnements différents. L’objet « énergie » constitue le point nodal des contributions des chercheurs et nous nous attacherons à analyser comment l’innovation s’opère à travers des processus systémiques . L’idée d’innovation ouverte, « open innovation », exprimée par Chesbrough et Appleyard , s’étend au-delà du management des entreprises. Elle se traduit de plus en plus par des programmes de recherche partenariale, mobilisant la sociologie. Les sessions présenteront quelques projets collaboratifs autour de l’énergie (smart grid, habitat, véhicule électrique) et poseront la question des représentations, des pratiques et des jeux d’acteurs liés à leur utilisation.
Les retours d’expériences, ainsi que les échanges, seront également l’occasion de réfléchir aux modes de construction de la connaissance sociologique au regard des divers ancrages des intervenants. L’objectif est de contribuer à la réflexion épistémologique sur l’énergie, en identifiant les opportunités et les défis des travaux menés dans différentes arènes sociales. Par exemple, comment travaille-t-on en tant que chercheur universitaire dans des projets dirigés par des grands groupes industriels ? Quels types de stratégies individuelles et/ou collectives sont mises en place ? Avec quelles formes de partage et de renouvellement de la connaissance ? Voilà quelques questions auxquelles cette journée souhaite apporter des éléments de réponse.

Cette journée d’études portée par la Chaire Econoving s’adresse ainsi tant aux chercheurs, aux étudiants, qu’aux acteurs économiques et institutionnels de l’énergie. Un panorama des travaux de recherche et d’enseignement effectués en sociologie au sein de la chaire introduira la journée. Hélène-Yvonne Meynaud (CRESPPA, CNRS), Chantal Derkenne et Albane Gaspard (ADEME), Anne-Cécile Baud (Veolia), Jean-Philippe Fouquet (Université François Rabelais, Tours), Sandra Slim (Bouygues Telecom), Nadjma Ahamada (CRIGEN, GDF SUEZ) et Stéphane Labranche (PACTE, Chaire Planète Energie Climat, IEP de Grenoble) contribueront notamment à ce moment privilégié de discussions et d’échanges. Dominique Desjeux (Université Paris Descartes, Sorbonne) clôturera la journée.

La Chaire Econoving
La Chaire internationale Econoving est portée par l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et cinq entreprises partenaires (Alstom, GDF SUEZ, Italcementi, Saur, SNCF). Elle vise, au travers d’activités interdisciplinaires de recherche et d’enseignement associant acteurs du monde académique et de l’entreprise, à favoriser le développement des éco-innovations pour les villes durables dans les domaines de l’énergie, de l’eau, des déchets, de la construction et des transports. Ses travaux traitent des conditions permettant d’accélérer l’émergence et la diffusion des éco-innovations de rupture, des outils à mettre en œuvre, des partenariats à construire, des verrous à lever. L’éco-innovation en tant qu’avantage concurrentiel y est appréhendée comme un processus créatif et collectif depuis la recherche, l’exploration des besoins, la formulation des stratégies de mise en œuvre, le pilotage financier jusqu’au développement, la mise sur le marché du produit ou service, la création d’entreprise.

La Chaire Econoving est rattachée au Pôle INET (Innovation, Environnement et Territoires) du laboratoire REEDS (Recherche en Economie Ecologique, Eco-innovation et ingénierie du Développement Soutenable).

Responsables scientifiques:
Sophie Némoz et Amélie Coulbaut-Lazzarini

Coordination:
Christelle Hue
econoving@uvsq.fr

Journée d’étude « Ce que fait l’écologie à la pensée, refigurer, redistribuer, re-élaborer », 25 mai 2013

image 2Dans le cadre des journées d’étude  « Ce que fait l’écologie à la pensée,  Refigurer, redistribuer, re-élaborer », Journée du 25 mai 2013, Écologie et inégalité sociale, dans l’amphithéâtre de l’Institut de Paléontologie Humaine
Présentation :
Des analyses critiques telles que celles qui mettent à jour les liens entre le saccage de la nature et les dominations politiques et économiques supposent des corrélations entre crise écologique et crise politique. Qu’est-ce que serait une écologie politique qui délaisserait ces questions ? Comment réussir à l’inverse à les articuler de telle sorte que l’une ne devienne pas prioritaire sur l’autre ? Cette journée sera l’occasion de présenter et de mettre en débat différentes approches significatives de ces problématiques.  
 
Programme :

09h45 – Présentation de la journée

10h00 – Fabrice Flipo
Écologie et marxisme : un dialogue difficile, mais nécessaire 

11h00 – Michael Löwy
Les luttes socio-écologiques en Amerique Latine

12h00 – Patrick Degeorges
Politiques gouvernementales et mouvements écologistes

14h30 – Michel Lepesant
Comment l’écologie nous oblige à écarter les limites

15h30 – Paul Ariès (sous réserve)

16h30 – Isabelle Frémeaux
Le conflit de Notre Dame des Landes. Itinéraire d’une lutte en cours

17h30 – Nicolas Haeringer
 Un grand projet inutile et imposé : discussion autour du conflit de notre dame des landes

18h30 – Les sentiers de l’utopie
projection du film d’Isabelle Fremeaux et John Jordan (discussion autour du film)

Amphithéâtre de l’Institut de Paléontologie Humaine, 1 rue René Panhard 75013 Parismétro Saint-Marcel (L. 5)

Renseignements au Collège International de Philosophie : 01 44 41 46 80 / collectif@ciph.org

en partenariat avec le Muséum National d’Histoire Naturelle.

Prochaine journée samedi 15 juin 2013 « Écologie : des entités non conventionnelles »

en présence de : Vinciane Despret, Tobie Nathan, Brain Massumi et Isabelle stengers.

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Journée d’étude « Justice environnementale et droit à l’eau » le 22 mai 2013 à l’université Paris Ouest

image 1Une journée d’étude intitulée « Justice environnementale et droit à l’eau« , co- organisée par l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, le laboratoire Mosaïques, l’école doctorale 395 et le rés-EAU P10, se tiendra le 22 mai 2013 à l’université Paris Ouest au bâtiment A en salle 304.
Jamie Linton, professeur à Queen’s University (Ontario, Canada) invité à l’Université de Paris Ouest Nanterre, géographe qui s’intéresse notamment à l’histoire du concept « moderne » de l’eau,  interviendra sur :
 « Le droit à quoi ? L’eau, les droits, les êtres humains, et les relations entre les choses ».  Deux ateliers de discussion animés par des doctorants se poursuivront dans l’après-midi. 
Cliquez sur les liens suivants pour obtenir  Le programme détaillé et  Le plan d’accès au campus.

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Revue Terrain 2013/1 « Imaginaire Ecologique »

TERR_060_L148Comment imagine-t-on les rapports aux lieux, aux milieux et au vivant dans nos sociétés ? Si l’écologisme nous apparaît aujourd’hui comme un monde échevelé et diversifié, souvent conflictuel, il permet aussi de multiples formes d’arrangements avec le réel et, de fait, le transforme, notamment en ouvrant des horizons d’action et en accommodant des mondes que l’on pensait irréconciliables

L’imaginaire écologique

Vanessa Manceron et Marie Roué   L’imaginaire écologique, p.4-19
Isacco Turina   L’Église catholique et la cause de l’environnement, p. 20-35
Geneviève Pruvost   L’alternative écologique Vivre et travailler autrement, p. 36-55
Sergio Dalla Bernardina   Hymnes à la vie ? Sur l’engouement récent pour les bêtes naturalisée, p. 56-73
Peter Collins   « Il y a un autre monde, mais il est dans celui-ci. » L’écologisme quaker, p. 74-91
 Sophie Houdart   Utopies universalistes La nature en concurrence,p, 92-107
Christine Hugh-Jones   Les éoliennes : vertes et vertueuses ?, p. 108-131
Valeria Siniscalchi   Slow versus fast Économie et écologie dans le mouvement Slow Food*, p. 132-147

Repères

Noël Barbe   Isac Chiva, ethnologie et politique patrimoniale, p. 148-163

Marie Thiann-Bo Morel

Maître de Conférences IRISSE, EA 4075 Faculté des Sciences de l'Homme et de l'Environnement Université de La Réunion

More Posts - Website

Appel à propositions de recherche du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

 Appel à propositions de recherche du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, dans le cadre du programme MOVIDA sur les changements de comportement pour des modes de consommation plus durable (date-limite 15 février 2013)
L’ambition de cet appel est d’approfondir des questionnements portant sur l’articulation des dimensions individuelles, collectives et institutionnelles dans les changements de comportement vers des modes de vie plus durables, en les inscrivant dans le contexte d’un monde fini, et en élargissant les champs disciplinaires invités à participer.
Cet appel cible 3 axes de questionnement :
  • Axe 1 : Quels sont les apports de l’économie du bien-être à l’exploration de la durabilité des modes de vie, notamment les recherches concernant la disjonction entre sentiment de bien-être et consommations matérielles ainsi que les recherches relatives aux capacités ?
  • Axe 2 : Quels sont les liens entre consommation, identité et norme sociale, qui pourraient favoriser le changement vers des modes de consommation durables ou au contraire le freiner ?
  • Axe 3 : Quelles incitations comportementales favorisent la durabilité des modes de vie ?
Les propositions sont attendues pour le 15 février.
Les modèles éditables pour les propositions sont téléchargeables sur le site du programme http://programme-movida.fr.