Le Groupe de Recherche sur l’Expertise en Environnement (GREE) : présentation

Le Groupe de Recherche sur l’Expertise en Environnement (GREE) créé par Marc Delepouve (Université Lille1/HT2SCnam Paris), Saliha Hadna (HT2SCnam Paris), et Anne-Frédérique Paul-Antoine (Université Lille1/HT2SCnam Paris) à la suite des Journées Transversales de la Recherche sur l’Expertise (JTRE 2019-Cnam) propose de mener une réflexion collective autour des enjeux de l’expertise en matière d’environnement à travers trois axes : 1- Parties prenantes et acteurs de l’expertise ; 2- Processus de construction de l’expertise ; 3- Relations et frontières entre science et expertise. Depuis une trentaine d’années, on observe une multiplication des formes d’expertise et des figures d’experts (Vilkas, 2009). C’est particulièrement le cas dans les controverses environnementales, où se développe la contre-expertise dans le domaine de l’environnement, telle que celle de la CRIIRAD ou de l’ACRO dans les problématiques traitant du nucléaire (Topçu, 2006). Les années 1990 ont d’ailleurs été marquées par le développement d’« investigations des profanes » comme celles qui ont permis de mettre en lumière des cas de leucémie observés autour de l’usine de La Hague, ouvrant ainsi une réflexion politique autour de la crise de l’expertise (Lascoumes, 2002). L’objectif du GREE consiste à contribuer à l’analyse de cette crise et des défiances vis-à-vis de l’expertise, qui repose sur un croisement d’éléments épistémologiques et socio-politiques. 

La cristallisation de la défiance citoyenne, la médiatisation des scandales environnementaux et sanitaires ou encore la remise en question du système démocratique sont autant de paramètres qui ont donné lieu à une forte remise en cause de la figure de l’expert. Le premier axe du séminaire propose de discuter des contextes d’expertise, en s’interrogeant sur les experts, ainsi que sur les outils et dispositifs qui permettent d’affirmer le statut d’expert. Le deuxième axe s’intéresse à l’expertise comme processus de production d’une connaissance, et d’une certaine configuration des savoirs. L’expert, par sa présence dans le débat, établit, implicitement, une certaine catégorisation des savoirs en présence. Il s’agit de s’interroger sur les éléments qui constituent ce partage du savoir, et qui font qu’une parole est une parole « d’expert ». Le dernier axe développe quant à lui une réflexion plus épistémologique, qui consiste à rechercher comment s’agencent les savoirs scientifiques et les savoirs experts. La littérature en sciences humaines et sociales mobilise très souvent la notion d’expertise, sans réellement s’interroger sur la définition du savoir expert, et de sa délimitation avec la science. Si la science produit des « experts » – un historien peut être considéré comme un « expert » de la période du Moyen-Age – les experts ne sont pas toujours des scientifiques, au sens de détenteur d’un « bagage » et de compétences scientifiques. Le GREE s’interroge donc également sur les rapports, et les frontières entre le monde de l’expertise, et celui de la science.

La thématique retenue pour les activités du GREE est l’environnement, au sens large. Les problématiques environnementales telles que le réchauffement climatique, les pollutions diffuses, les politiques environnementales (…), sont autant de problématiques qui relèvent des compétences du GREE tout comme la question des représentations de la question (et de ceux qui s’en emparent) ou bien celle de la part croissante qu’occupe l’environnement dans les curriculums (formation initiale ou continue).

Contact : Saliha Hadna, responsable du GREE

saliha.hadna@lecnam.net

Equipe coordinatrice : Anne-Frédérique Paul-Antoine (Université Lille1/HTS2Cnam Paris), Saliha Hadna (HT2SCnam Paris), Alissia Gouju (2L2S, Université de Lorraine), Cyril Fiorini (HT2S Cnam Paris), Baptiste Soubra (HT2S Cnam Paris)

Billet janvier 2021

“La chasse, une histoire avec le pouvoir”

De Christophe Baticle

Socio-anthropologue, Université Picardie Jules Verne, chercheur associé LARHRA, Université Grenoble Alpes (UGA)

Article paru dans la revue The Conversation : https://theconversation.com/la-chasse-une-histoire-avec-le-pouvoir-145191

Alors qu’une énième controverse sur les chasses dites « traditionnelles » s’engage en France, que l’actuel président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen (issu du Pas-de-Calais), engage une stratégie de reconquête tous azimuts (études scientifiques, communication, lobbying), on pourrait croire que la récente agitation médiatique révèle un paysage nouveau quant au poids politique des « adeptes de Diane (chasseresse) ».

Ces soubresauts sont pourtant anciens, même si réactualisés par une nouvelle étape : un clivage entre centre et périphéries, sur fond de débat quant à la capitalocène, à savoir les effets du système de production sur l’environnement.

Mais au-delà des épiphénomènes, la notion de « ruralité » draine derrière elle un cortège de représentations, où la figure du chasseur joue un rôle de référentiel symbolique, et ce dans une partie des pays latins d’Europe depuis le courant des années 1980.

Chasseurs de gibier d’eau de la Somme
Chasseurs de gibier d’eau de la Somme en visite d’une chasse aux filets verticaux, Pyrénées-Atlantiques, 2 novembre 2003. Christophe Baticle

Pourquoi la référence à un type d’espace (champêtre) fournit aux chasses dites traditionnelles un angle de légitimation ? Comment alors expliquer que certaines pratiques de chasse aient à voir avec des processus de construction identitaire, bien qu’on les pensait relictuelles ?

Une légitimité en crise

Une question qui ne paraît pas incongrue lorsque l’on s’intéresse aux peuples de chasseurs-cueilleurs (tels les Pygmées en Afrique. En revanche, elle interpelle de plus en plus dans nos sociétés où s’affirme une tendance antispéciste, pour laquelle l’humanité n’est donc plus tout à fait au centre du raisonnement.

Aussi, depuis la fin des années 1960, et surtout à partir de la décennie suivante, l’acte de chasse a commencé à être appréhendé comme anachronique pour l’être humain et ce d’autant plus dans les pays considérés comme « avancés », alors lancés dans les « trente glorieuses » (1945-1975) et le « progrès ».

« Chasse à courre, la discorde depuis 40 ans » (INA).

Cette tendance au questionnement s’avère très clairement en progression depuis la période des premières manifestations d’opposition, dans ces mêmes années 1960, notamment à l’égard de la « grande vénerie » (la chasse à courre équestre), alors que le Rassemblement des opposants à la chasse (ROC) était créé en 1976.

Plus récemment, la discussion quant à la normativité virile a renforcé la critique sur un exercice très massivement masculin (près de 98 % dans l’Hexagone), les femmes ayant été généralement reléguées au petit piégeage.

Ceci étant, les appels à l’interdiction, partielle ou totale, s’inscrivent dans un mouvement écologiste plus global et une montée en puissance du véganisme, de préoccupation pour le bien-être animal, lequel mouvement s’insère lui-même dans une lame de fond revendiquant un nouveau contrat social avec la nature.

Or, c’est précisément en raison de la remise en question de sa légitimité qu’une revendication à se dire « chasseur » est apparue dans les années 1980, notamment en France et en Italie. L’histoire longue de la chasse peut nous éclairer sur plusieurs des processus de légitimation de cette activité.

Pendant l’Antiquité, une mission éducative

Si l’on remonte à l’Antiquité gréco-romaine, à laquelle on attribue classiquement un rôle fondateur pour les cultures latines, les auteurs confèrent généralement à la pratique cynégétique une mission éducative.

Sarcophage avec une chasse aux lions.
Face d’un sarcophage romain évoquant une chasse aux lions (musée du Louvre), première moitié du IIIᵉ siècle apr. J.-C. Wikimedia, CC BY-ND

Chasser consistait alors à suivre une formation socialisante quant aux manières d’être, valorisées et valorisantes, dans ces sociétés. Pour exemple, Jean‑Pierre Vernant et Marcel Détienne montrent que la ruse n’y était pas synonyme de « perversion », mais entrait dans le cadre d’une aptitude à saisir les moments opportuns afin de retourner une situation compromise (le kairos).

Ainsi, cette ruse dispose de sa déesse chez les Grecs anciens (Mètis) et le coup de théâtre ressort d’une disposition que doit développer l’adepte d’Artémis (divinité des animaux non domestiqués et à la fois de la chasse). L’ère antique consacra de la sorte une chasse compagnonnage pour reprendre l’expression d’Alain Schnapp.

Un (trop) rapide bond dans le Moyen Âge nous amène à y considérer l’exercice de la traque des animaux comme un symbole statutaire.

Le droit à capter (du bas latin captare qui donnera chasse) la vie des bêtes « sauvages » devient l’apanage de l’anoblissement, alors que le piégeage et les animaux de moindre importance sont parfois laissés à la discrétion du Tiers-État.

Un « art de faire » chevaleresque

Toutefois, la période médiévale voit progressivement le pouvoir royal contester ce monopole de la noblesse sur les gibiers les plus convoités.

Miniature tirée du Livre de chasse
 
Fébus chassant le lièvre, miniature du Maître de Bedford, tirée du « Livre de chasse », vers 1407 (BnF). Wikimedia

Charlemagne signifiera de la sorte son autorité sur le territoire revendiqué par son imperium.

Chez les hommes « bien nés » de ces sociétés massivement paysannes, de « grands » chasseurs vont contribuer à établir des codes du bien-exercer, comme Gaston Phoebus, comte de Foix dans la seconde moitié du XIVe siècle ou à la même époque Henri de Ferrières à qui on attribue un « Livre de la chasse ».

La cynégétique se rapproche, dans leur perspective, d’un art de faire chevaleresque qui contribue également à la préparation au combat.

La longue marche vers l’Absolutisme et ses réserves de chasse (les Capitaineries) aboutiront à associer la chasse dite à courre aux privilèges monarchiques et marqueront fortement tant la toponymie que la géographie des forêts du domaine royal.

Château de Chambord
Vue aérienne du château de Chambord, Loir-et-Cher, et ses terrasses ouvertes vers la forêt. Lieven Smits/Wikimedia, CC BY

Chambord en est une illustration rayonnante avec les terrasses de son château qui permettent de suivre l’évolution de la poursuite du gibier.

Magnifier la confrontation de l’homme avec la nature ensauvagée

La Renaissance, inspirée par une certaine représentation des fastes antiques, ne manquera pas de magnifier cette confrontation de l’homme avec la nature ensauvagée. L’opposition entre nature et culture y trouvera l’une de ses expressions, pour la meilleure fortune d’une culture élevée au rang de réalisation humaine d’un dessein divin.

À Versailles, les chasses du Roi-Soleil et de ses successeurs constituent le point d’acmé d’une fonction diplomatique ancienne qui perdure encore de nos jours.

La démarche cynégétique, considérée digne de ce nom, participe à un mode de distinction au sein de la société de cour, comme le montre Norbert Élias.

Estampe représentant la chasse au XVIIe
 
La grande chasse, estampe, Jacques Callot (1592-1635) représentant une chasse à courre. Gallica, CC BY

Il n’y a donc pas à se surprendre que cette pratique ait été la cible des révolutionnaires qui firent tomber une première fois la monarchie à la fin du XVIIIe siècle.

« La Saint-Barthélemy du petit lapin »

Chasser était devenu le signe d’une caste en perte de vitesse, aux prises avec les velléités de la bourgeoisie montante. Les acquis de la nuit du 4 août 1789, symboliques de la chute des privilèges, ne seront pourtant que de courte durée.

Très vite, Mirabeau obtient contre Robespierre que la propriété foncière soit désormais la clé de voûte du droit de chasse. La France entre dans le règne des propriétaires et le XIXe siècle exaucera cette ambition à fonder des formes de « fiefs » d’un genre nouveau, de la part des maîtres de forges qui sont alors les figures montantes de la révolution industrielle.

En parfaite concordance avec une société désormais organisée en classes sociales, on aura évité que ne se poursuive la « Saint-Barthélemy du petit lapin », consécutive à la courte ouverture universelle de la chasse, mais au prix d’une nouvelle figure de l’illégalisme : le braconnier.

Ses avatars romanesques se nomment Raboliot (Maurice Genevoix), Chutt-le-Hutteux (Paul Vimereu), Maurin-des-Maures (Jean Aicard) et autres Villemont (Léandre Boizeau) entrent dans la légende, suivis à la trace par leur jumeau sociologique, le garde-chasse, appartenant au même monde.

Procès de braconniers
La figure du braconnier reste longtemps ancrée dans la société française. Ici, un procès de braconniers, Melun, 1928. Agence Rol/Gallica, CC BY

La pratique reste scindée entre renouvellement d’un style aristocratique et modes de contournement de l’appropriation bourgeoise. Les chasses gardées se multiplient chez nombre de capitaines d’industrie qui épousent l’alternance résidentielle comme le faisaient les hommes de cour à la fin de l’Ancien Régime. Dans les interstices, petits paysans et ouvriers des campagnes tentent de se glisser sur ce qui subsiste de communs territoriaux, au risque de dépasser les bornes et de passer sous les Fourches caudines de la justice du garde champêtre.

De nouvelles sensibilités

Avec la généralisation du mode de production capitaliste, la seconde moitié du XIXe siècle fera pourtant naître de nouvelles sensibilités, qui plus tard permettront à ces raboliots de progressivement reconquérir du terrain. En effet, la ville se tapisse d’usines fumantes, avec la concentration en son sein de moyens productifs de plus en plus lourds.

La classe ouvrière devient davantage urbaine. Le courant romantique instaure une nouvelle approche de la nature, plus contemplative pour ceux qui en ont le loisir. Le bien-chasser devra désormais passer par la réprobation de toute viandardise. Les bidochards seront sommés de se conformer à la nouvelle éthique de la chasse qui prône l’excellence sportive à l’encontre de la quantité.

Chasseurs de renards en France dans les années 1950.
Battue aux renards dans la Sarthe dans les années 1950. Vincnet/Wikimedia, CC BY

Dans la première moitié du XXe siècle, la pression des « petites gens » se fait de plus en plus forte. En revanche, parmi les nouveaux hobereaux issus du monde des affaires, certains s’investissent sur les zones humides afin de capter la manne céleste du gibier migrateur, comme Joseph de Valicourt sur le littoral picard.

Une situation sociologiquement contrastée perdure, mais l’individualisme des « petits » chasseurs fait place à un début d’organisation collective. La loi de 1901 sur le droit d’association ouvre ainsi sur les Sociétés de chasse locales, lesquelles restent néanmoins souvent aux mains des gros fermiers propriétaires.

La revanche des manants

Les deux grands conflits mondiaux bouleverseront la donne, et ce en faveur des « basses classes ». Le prix du sang qu’elles ont payé rend le statu quo difficilement tenable. Les ouvriers urbains, souvent issus de l’exode rural, s’ouvrent eux aussi aux loisirs de plein air et trouvent dans la chasse une activité qui répond aux aspirations de leur culture, faite de labeur et rendant l’âpreté de l’acte cynégétique conforme à une éthique d’hommes, s’adonnant à un « plaisir » sans contredire leur rôle de nourrisseurs de la famille.

Ouverture de la chasse au gibier d’eau en marais d’intérieur, dans le Pas-de-Calais. 2000, INA.

En 1964, la majeure partie des départements situés sous la Loire passent sous la Loi Verdeille, qui permet aux chasseurs d’outrepasser le droit de propriété.

Pour autant, les grandes propriétés contiguës restent dérogatoires à l’obligation d’intégrer les Associations communales de chasse agréées. Dans la décennie suivante, les libertés qui persistaient sur le domaine public maritime se trouvent également encadrées par des associations concessionnaires de l’État. Un encadrement qui met fin à la « chasse banale », mais qui permettra l’émergence de puissants regroupements des classes populaires pratiquantes, au rôle capital dans l’émergence d’une identité chasseur.

« Chasseurs en colère »

En 1988, lors d’un référendum sur le statut de la Nouvelle-Calédonie qui n’intéresse guère le corps électoral, un ballon d’essai est lancé avec l’introduction de quelque 5 000 bulletins « Chasseurs en colère » dans les urnes du département de la Somme. Une colère sourde grondait depuis la décennie 1970, liée à la sortie d’une longue période pendant laquelle la légitimité de la chasse ne posait que peu de questions.

Le chasseur exerçait une prédation appréhendée comme « naturelle » au sens où elle s’insérait dans les normes sociétales du rapport à la nature. Elle y occupait, de ce fait, une fonction utile à l’apport en protéines animales, mais encore, notamment pour les paysans qui restaient majoritairement les suiveurs de Diane, à la lutte contre les « ravageurs » de leurs champs. Nature tant crainte qu’exploitée pour ses ressources, l’humain en était le démiurge désigné qui s’en défendait autant qu’il la dessinait.

En Ariège, contre-manifestation d’éleveurs et chasseurs lors d’une mobilisation écologiste, mai 2018.

L’exercice de la chasse s’y fondait sur une initiation à ce que serait la vie dans le village : interconnaissance et sociabilité masculine, parcours et surveillance du territoire, protection des cultures et complément alimentaire.

La conception qui surgit avec l’industrialisation de l’agriculture modifie sensiblement les conditions de cette légitimité à agir en prédateur, défenseur du poulailler contre le renard. Les chefs d’exploitations agricoles envisagent l’état de paysan comme rétrograde et revendiquent le droit à exercer une profession comme une autre, où le terroir n’est plus qu’un support de production. Ils se détachent progressivement de ce loisir qu’est devenue la chasse, investie par un nombre croissant d’ouvriers avec lesquels ils entretiennent des relations distanciées. Chasser ne s’insère plus dans un mode de vie intrinsèquement associé à une culture rurale.

Une question européenne

En 1979, l’Europe communautaire se saisit de l’environnement au travers de la faune migratrice transnationale. La Directive 79-409 met le feu au baril de poudre qui ne demandait qu’à exploser. En réglementant la chasse des oiseaux migrateurs, elle exprime la forte poussée des milieux qui veulent promouvoir un autre rapport à la nature, qui était jusque là mise au service de l’humanité.

On passe d’une nature corne d’abondance capricieuse à l’environnement qui pousse à penser les interrelations, alors que les grands changements en cours commencent à être dévoilés.

Dans cette conception, le chasseur tend à devenir un intrus, perturbateur « immoral » d’un « équilibre » à retrouver. Patrimonialisation, sanctuarisation et incongruité de la prédation deviennent des prescriptions qui rejettent le chasseur dans la « sauvagerie » d’un « autre âge ».

L’émergence d’un parti

Devant leur mise à l’index, la jonction entre les « sauvaginiers » (chasseurs de gibier d’eau) du Nord-ouest et les « paloumayres » (à l’affût des palombes) du Sud-ouest a fait émerger le parti politique Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT).

Non pas que la chasse n’ait été, de tout temps, éminemment politique (au sens des questions qui intéressent les codes de la vie collective), mais elle entrait dans l’arène de la politique.

C’est dans ce contexte de longue durée que les chasseurs sont passés d’une phase de leur histoire où « on allait à la chasse », à cette situation dans laquelle ils se revendiquent comme chasseurs.

Si cette pratique est ainsi devenue un référentiel identitaire, c’est en raison d’une double mutation qui marginalise ses adeptes : développement d’un capitalisme les cantonnant au loisir et développement d’un courant les attaquant sur le plan éthique. En conséquence, les chasseurs, comme leurs opposants, estiment se situer dans une lutte qui a trait à un choix civilisationnel.

Prix de thèse de la Fondation Terre Solidaire

La Fondation Terre Solidaire lance la première édition du Prix de Thèse en faveur d’une transition écologique, juste et solidaire. Trois lauréats seront sélectionnés par un jury, composé de chercheurs et d’acteurs, et présidé par l’économiste Gaël Giraud. Les dossiers de candidatures sont à retourner au plus tard le 31 janvier 2021 (inclus).

Informations complémentaires :

Atelier Habiter la transition: Le numérique face à la transition écologique

Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés

Prochaine séance de l’atelier : le Mercredi 27 janvier 2021 (10-17h)

Cycle « Pratiques sociales et politiques de transition »

Avec le soutien de la Fondation de l’Écologie Politique

Atelier thématique commun aux réseaux ACDD et ReHaL
En partenariat avec le Master “Habitat et ville durable – Pour une approche critique de la fabrique urbaine”

Programme de l’atelier :

Le Maltais rouge
40 rue de Malte 75011 Paris
Métro Oberkampf ou République

Entrée libre sur inscription :
reseau.acdd@cnrs.fr
(merci de mentionner la séance d’atelier concernée)

Appel à communication du RT 38 Sociologie de l’Environnement et des Risques

Le réseau thématique « Sociologie de l’environnement et des risques » s’inscrit dans la thématique générale du congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS) « Changer ? » en organisant des sessions consacrées aux liens entre société et environnement.

Appel à communication du RT 38 Sociologie de l’Environnement et des Risques:

L’appel à communication est prolongé jusqu’au 15 février 2021.

Le 9 ème congrès de l’AFS aura lieu à Lille du 6 au 9 juillet 2021.

Offre de stage de Master 2 Sociologie / SHS Appropriation locale de la Réserve Naturelle Nationale des prés salés d’Arès et Lège Cap-ferre

Durée : 6 mois (à définir à partir de 1er février ou 1er mars 2021),localisation: INRAE, unité ETBX–33650 Cestas Gazinet, permis de conduire vivement souhaité et déplacements prévus en Gironde (voiture de service).

Proposition de stage complète : stage 2021-master 2- CapARA

Offre de stage

Offre de stage de Master 2 en géographie (4-6 mois)
Evolution du système socio-environnemental d’une vallée alpine
Analyse diachronique de l’occupation du sol via des méthodes avancées
Analyse des dynamiques couplées entre la société et son environnement
 
Encadrement : Florie Giacona (INRAE, Grenoble), Taline Zgheib (INRAE Grenoble)
 
 
Contexte de l’offre de stage :
Les systèmes socio-environnementaux de montagne sont particulièrement sensibles. Ils réagissent ainsi fortement aux modifications macro-environnementales (sortie du Petit Âge Glaciaire et réchauffement global) et locales (activités anthropiques et usages des sols, évolutions sociétales), qui ont été sans précédents au cours des dernières décennies et tendent à s’accélérer. Les territoires de montagnes sont en outre exposés à des phénomènes spécifiques ou plus prononcés/exacerbés que dans d’autres milieux et générateurs de risque par leur interaction avec les enjeux humains et environnementaux.
Dans le contexte spécifique des systèmes socio-environnementaux de montagne, les risques naturels restent encore particulièrement peu étudiés et d’autant moins sur le temps long. Il existe ainsi un manque de compréhension des risques en montagne et leur évolution dans l’ensemble de leurs composantes biophysiques et sociétales.
L’unité ETNA d’INRAE possède une expertise reconnue sur les risques liés aux crues torrentielles et aux phénomènes gravitaires en montagne (avalanches, chutes de blocs, etc.). Ce stage s’inscrit plus particulièrement dans l’équipe MODERN qui s’attache notamment à la compréhension des trajectoires passées et futures des systèmes montagnards soumis aux risques.
 
Mission du / de la stagiaire :
Objectif
Ce stage a pour objectif de documenter l’évolution du système socio-environnemental sur les deux derniers siècles d’une vallée alpine.
Approche
Pour ce faire, le.a stagiaire s’appuiera principalement sur trois jeux de données permettant de caractériser l’occupation des sols : cartes anciennes, photographies aériennes et cadastre. Le travail se concentrera sur les pratiques qui peuvent avoir un effet sur les processus gravitaires (diminution/augmentation du couvert végétal, type de végétation). Cartes anciennes et photographies aériennes seront traitées notamment en appliquant la méthodologie développée par Zgheib et al. (2020) pour l’analyse diachronique de l’occupation des sols (Petit et Lambin, 2001, 2002). Elle associe méthodes de classification semi-automatiques et digitalisation manuelle et optimise la combinaison de cartes anciennes et de photographies aériennes. Cette méthodologie permettra de produire des résultats statistiques (surface, distribution altitudinale) à l’échelle de la vallée dans son entièreté ainsi que, plus finement, à l’échelle des sites soumis aux risques : couloirs d’avalanche, lit majeur, etc. En parallèle, seront caractérisés à partir du cadastre l’évolution du bâti (entre le début du XVIIIe siècle et aujourd’hui) et, au moins à l’échelle des sites soumis au risque, du parcellaire. 
Ces résultats seront couplés à des données de contexte socio-environnemental (évolution de la population, etc.) pour lesquels l’existant à INRAE devra être complété par des recherches dédiées (bibliographies, sites web) et des analyses dédiées.
Sur cette base, le.a stagiaire conduira une analyse des dynamiques couplées entre la société et son environnement, notamment en termes d’interactions génératrices de risque (évolution de l’exposition, des forêts à rôle de protection, etc.). 
 
Compétences attendues :
–        Le.a candidat.e doit être inscrit en Master 2
–        Maîtrise des logiciels de cartographie (SIG et dessin vectoriel)
–        Sensibilité pour les milieux montagnards et leurs problématiques
–        Curiosité, réactivité, esprit d’initiative
–        Intérêt pour l’interdisciplinarité
–        Connaissances et expérience en traitement d’images appréciée mais pas indispensable
–        Compétences rédactionnelles
 
Apport du stage pour l’étudiant.e :
Le.a stagiaire sera amené.e à collaborer avec d’autres disciplines (histoire, statistique, traitement d’images), permettant de se forger des compétences interdisciplinaires.
Le.a stagiaire renforcera ses compétences en géomatique et traitement d’images et acquerra des connaissances en matière de processus générateurs de risques naturels et de compréhension des socio-écosystèmes montagnards.
Ce travail de recherche pourra par la suite se poursuivre dans le cadre d’un doctorat (selon le profil du / de la candidate).
 
Conditions du stage :
Le.a stagiaire sera encadré.e par Florie Giacona (CR, INRAE) et Taline Zgheib (Doctorante, INRAE) et accueilli au sein d’INRAE – Grenoble.
Durée : 4-6 mois (selon les attendus du Master) sur la base de 35h/semaine, à partir de mars 2021 et avant le 30 septembre 2021.
En cas de confinement le stage pourra être maintenu (mise à disposition d’outils de travail adaptés aux missions, réunions régulières en visio-conférence…).
Gratification : selon le taux légal en vigueur à INRAE (environ 600€/mois).
 
Profil :
Etudiant.e en cours de validation de Master de géographie de l’environnement, aménagement, risques, sciences de l’environnement.
 
Candidatures et renseignements :
Les candidatures doivent être adressées jusqu’au 10 janvier 2021 par mail à Florie Giacona florie.giacona@inrae.fr. Les entretiens sont prévus début janvier.
Composition du dossier de candidature :
–        Un CV
–        Une lettre de motivation
–        Les relevés de notes du M1 et du M2 (en fonction des disponibilités)
 
Références :
Zgheib T, Giacona F., Granet-Abisttet A.-M., Morin S., Eckert E., 2020, « One and a half century of avalanche risk to settlements in the upper Maurienne valley inferred from land cover and socio-environmental changes », Global Environmental Changes, vol. 65, 21 p.
Petit C.C., Lambin E.F., 2001, « Integration of multi-source remote sensing data for land cover change detection », International Journal of Geographical Information Science, vol. 15, p. 785-803.
Petit C.C., Lambin E.F., 2002, « Impact of data integration technique on historical landuse/land-cover change: comparing historical maps with remote sensing data in the Belgian Ardennes », Landscape Ecology, vol. 17, p. 117-132.
 

Colloque Bases de données citoyennes en matière de biodiversité : Promesses et réalités

Vendredi 29 janvier 2021

La connaissance de la biodiversité en France est très fortement tributaire des réseaux naturalistes amateurs et de leur base de données. Les années 2000 ont vu des tentatives de systématisation de ces bases de données, jusqu’alors très différentes les unes des autres, selon le taxon, l’organisme qui les gère, ou la solution technique adoptée.

L’observatoire Faune France, prend place dans cet effort de systématisation et s’adosse à la plus grosse base de données citoyennes sur la biodiversité française. Toutefois peu est connu des profils, motivations, apprentissages etc. des personnes participantes à ce type de base de données. Une enquête menée en 2019 et 2020 par un consortium de chercheurs de Lyon et St-étienne a exploré ces dimensions, et propose un point d’orgue à sa recherche sous la forme d’un événement public de restitution et de réflexion. En visioconférence d’une journée avec 7 communications, l’événement permettra d’ouvrir une discussion sur les dimensions pragmatiques de ces bases de données, la didactique de ce type de sciences participatives, mais également l’exploration critique de ces manières de faire science qui intègrent des amateurs plus ou moins compétents, dans des formes plus ou moins collaboratives.

Programme et informations ci-dessous :

SOFT_ColloqBddBiodiv_Programme

Appel à communications : Sols et sous-sols dans la transition socio-écologique

Perspectives interdisciplinaires pour les sciences humaines et sociales

Ce colloque souhaite rassembler des chercheur.ses en sciences humaines etsociales s’intéressant à la façon dont les sols et les sous-sols sont convoqués par une série de promesses et de projets de transitions socio-écologiques. Stockages (CO2, déchets nucléaires), nouvelles extractions et nouvelles frontières (terres rares, métaux critiques, chaleur géothermique), séquestration du carbone dans les sols agricoles, bio-remédiations, sont quelques exemples de pratiques témoignant de l’enrôlement et de la traduction des sols, sous-sols et éléments qui les composent dans différents scénarios de transitions, eux-mêmes controversés. Ce colloque interroge en particulier la façon dont différentes strates et/ou entités du sol et du sous-sol se trouvent misesen contact, circulent, interagissent, produisent des effets attendus ou inattendus. Les propositions sont attendues avant le 30 novembre 2020. Le colloque se tiendra les 10 et 11 juin 2021 à Grenoble.

Appel à communications : Sols_sous-sols_transition_final_relancepostcovid

Thinking with Soils : Material Politics and Social Theory

Salazar Juan, Granjou Céline, Kearnes Matthew, Krzywoszynska Anna & Tironi Manuel (eds) 2020.

This book challenges scholars to attend more carefully to the ways in which they think about soil, both materially and theoretically. Contributors address a range of topics, including new ways of thinking about the politics of caring for soils; the ecological and symbiotic relations between soils; how the productive capacities and contested governance of soils are deployed as matters of political concern; and indigenous ways of knowing and being with soil.

The book, with a preface by Maria Puig dela Bellacasa, is representative of the rising interest in ‘the material’ in social sciences. Bringing together new modes of ‘critical description’ with speculative practices and methods of inquiry, it contributes to the exploration of current transformations in socioecologies, as well as in political and artistic practices, in order to address global ecological change.

Table of contents
PREFACE
Maria Puig della Bellacasa, University of Leicester, UK
Ch 1: Thinking-with Soils: An Introduction to the Edited Volume
Juan F. Salazar, Céline Granjou, Anna Krzywoszynska, Matthew Kearns, Manuel Tironi
Ch 2: Soil Theories: Relational, Decolonial, Inhuman
Manuel Tironi, Matthew Kearnes, Anna Krzywoszynska, Céline Granjou
and Juan Francisco Salazar

Ch 3: Mapping soil, losing ground? Politics of soil mapping
Juliette Kon Kam Kim and Céline Granjou
Ch 4: Soils and Commodification
Salvatore Engel-Di Mauro and Levi Van Sant
Ch 5: Knowing earth, knowing soil: epistemological work and the political aesthetics of regenerative agriculture
Matthew Kearnes and Lauren Rickards
Ch 6: To know, to dwell, to care: towards an actionable, place-based knowledge of soils
Anna Krzywoszynska with Steve Banwart and David Blacker
Ch. 7: Soiling Mars: “To boldly grow where no plant has grown before”?
Filippo Bertoni
Ch. 8: Geosocial polar futures and the material geopolitics of frozen soils
Juan Francisco Salazar and Klaus Dodds
Ch 9: A Mend to the Metabolic Rift? The Promises (and Potential Pitfalls) of Biosolids Application on American Soils
Nicholas C. Kawa
Ch. 10: Reclaiming freak soils: from conquering to journeying with urban soils
Germain Meulemans

Ch 11: Soil refusal: thinking earthly matters as radical alterity
Manuel Tironi

Ch 12: Geophagiac: Art, Food, Dirt
Lindsay Kelley

Séminaire biodiversités en mouvement : perspectives socio-politiques

Séminaire de recherche CERES

Organisé par Gaëlle Ronsin et Germain Meulemans

Séminaire public, en présentiel et en visio. Informations, salles et horaires mis à jour avant chaque séance.

Séminaire biodiversités en mouvement – programme S1 S2

http://ceres.ens.fr/enseignements/cours-et-seminaires/biodiversites-en-mouvement-perspectives-socio-politiques/