Le Groupe de Recherche sur l’Expertise en Environnement (GREE) : présentation

Le Groupe de Recherche sur l’Expertise en Environnement (GREE) créé par Marc Delepouve (Université Lille1/HT2SCnam Paris), Saliha Hadna (HT2SCnam Paris), et Anne-Frédérique Paul-Antoine (Université Lille1/HT2SCnam Paris) à la suite des Journées Transversales de la Recherche sur l’Expertise (JTRE 2019-Cnam) propose de mener une réflexion collective autour des enjeux de l’expertise en matière d’environnement à travers trois axes : 1- Parties prenantes et acteurs de l’expertise ; 2- Processus de construction de l’expertise ; 3- Relations et frontières entre science et expertise. Depuis une trentaine d’années, on observe une multiplication des formes d’expertise et des figures d’experts (Vilkas, 2009). C’est particulièrement le cas dans les controverses environnementales, où se développe la contre-expertise dans le domaine de l’environnement, telle que celle de la CRIIRAD ou de l’ACRO dans les problématiques traitant du nucléaire (Topçu, 2006). Les années 1990 ont d’ailleurs été marquées par le développement d’« investigations des profanes » comme celles qui ont permis de mettre en lumière des cas de leucémie observés autour de l’usine de La Hague, ouvrant ainsi une réflexion politique autour de la crise de l’expertise (Lascoumes, 2002). L’objectif du GREE consiste à contribuer à l’analyse de cette crise et des défiances vis-à-vis de l’expertise, qui repose sur un croisement d’éléments épistémologiques et socio-politiques. 

La cristallisation de la défiance citoyenne, la médiatisation des scandales environnementaux et sanitaires ou encore la remise en question du système démocratique sont autant de paramètres qui ont donné lieu à une forte remise en cause de la figure de l’expert. Le premier axe du séminaire propose de discuter des contextes d’expertise, en s’interrogeant sur les experts, ainsi que sur les outils et dispositifs qui permettent d’affirmer le statut d’expert. Le deuxième axe s’intéresse à l’expertise comme processus de production d’une connaissance, et d’une certaine configuration des savoirs. L’expert, par sa présence dans le débat, établit, implicitement, une certaine catégorisation des savoirs en présence. Il s’agit de s’interroger sur les éléments qui constituent ce partage du savoir, et qui font qu’une parole est une parole « d’expert ». Le dernier axe développe quant à lui une réflexion plus épistémologique, qui consiste à rechercher comment s’agencent les savoirs scientifiques et les savoirs experts. La littérature en sciences humaines et sociales mobilise très souvent la notion d’expertise, sans réellement s’interroger sur la définition du savoir expert, et de sa délimitation avec la science. Si la science produit des « experts » – un historien peut être considéré comme un « expert » de la période du Moyen-Age – les experts ne sont pas toujours des scientifiques, au sens de détenteur d’un « bagage » et de compétences scientifiques. Le GREE s’interroge donc également sur les rapports, et les frontières entre le monde de l’expertise, et celui de la science.

La thématique retenue pour les activités du GREE est l’environnement, au sens large. Les problématiques environnementales telles que le réchauffement climatique, les pollutions diffuses, les politiques environnementales (…), sont autant de problématiques qui relèvent des compétences du GREE tout comme la question des représentations de la question (et de ceux qui s’en emparent) ou bien celle de la part croissante qu’occupe l’environnement dans les curriculums (formation initiale ou continue).

Contact : Saliha Hadna, responsable du GREE

saliha.hadna@lecnam.net

Equipe coordinatrice : Anne-Frédérique Paul-Antoine (Université Lille1/HTS2Cnam Paris), Saliha Hadna (HT2SCnam Paris), Alissia Gouju (2L2S, Université de Lorraine), Cyril Fiorini (HT2S Cnam Paris), Baptiste Soubra (HT2S Cnam Paris)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.